Lionel Barbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbe (homonymie).
Lionel Barbe
Description de cette image, également commentée ci-après

Lionel Barbe en 2013 à Paris.

Naissance (42 ans)
Nationalité Français
Institutions Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Diplôme Docteur en sciences de l'information et de la communication
Directeur de thèse Francis Balle
Renommé pour Recherches sur internet

Lionel Barbe est un universitaire français né le .

Il est maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université Paris Ouest Nanterre La Défense depuis 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il fait une maîtrise de géographie à Paris 1 (1999), obtient un DESS de communication et multimédia à Paris 2 en 2001 ; il soutient en 2005 une thèse de doctorat à l'Institut français de presse, intitulée «Internet, du média à l'individu média : enjeux socio-économiques de la presse en ligne, le cas français comparé aux cas européen et américain»[1], sous la direction de Francis Balle. En 2007-2009, il est ATER à Lille III, puis il est recruté en 2009 par l'UFR de communication de l'université de Nanterre Paris Ouest La Défense (UPONLD). Il est membre de l'équipe de recherche «Traitement et appropriation des connaissances par les TIC» (Tactic, EA 1738).[réf. souhaitée]

Il a exercé plusieurs années comme chef de projet et directeur de projet dans des entreprises privées, avant de se diriger vers la recherche et l'enseignement[2].

Activités de recherche et d'enseignement[modifier | modifier le code]

Ses activités de recherche concernent essentiellement les modèles d'édition collaboratifs sur le Web et leur impact sur les informations d'actualité et les connaissances. Il est responsable d'un séminaire de master 1, intitulé « Communication rédactionnelle et multimédia » (CRDM), centré sur l'enrichissement de l'encyclopédie en ligne Wikipédia par les étudiants[3].

Depuis 2003, il étudie les médias participatifs et en particulier Wikipédia ; il a notamment mis en avant la prépondérance des gros contributeurs sur l'encyclopédie libre[4],[5]. Il a également étudié les usages de Facebook au début de son extension en France[6] et leurs conséquences sur les liens sociaux[7]. Il s'est aussi intéressé à la typologie des utilisateurs sur les médias dits « citoyens », notamment Agoravox[8].

En 2012 et 2013, il a piloté le projet WEUSC (Wikipédia, évaluation et usages des savoirs collaboratifs) à l'Institut des sciences de la communication du CNRS[9]. Ce projet a donné lieu, le 5 juin 2013, à l'organisation de la journée WOSNI (Wikipédia, objet scientifique non identifié), qui a réuni une quinzaine de chercheurs de différentes disciplines autour de trois thèmes : la place et le statut des experts dans Wikipédia, la gouvernance et Wikipédia, les corpus et terrains d'étude. Un ouvrage est publié en mars 2015, sous la direction de Lionel Barbe, Louise Merzeau et Valérie Schafer, dans la collection « Intelligences numériques » dirigée par Lionel Barbe et Louise Merzeau.

Lionel Barbe milite pour une meilleure compréhension de la culture collaborative par les enseignants et les chercheurs et pour un investissement plus important des experts dans l'encyclopédie libre [10]. Il s'intéresse à l'innovation sur le Web et considère que, par son appel aux amateurs, Wikipédia en a été un terreau fertile : « Est-ce que Wikipédia aurait pu être créé par des experts ou dans un labo ? Probablement pas, parce que l'avantage du profane c'est justement qu'il n'est pas limité par un système de pensée, qu'il ne s'inscrit pas dans un modèle théorique préalable[11]. »

Publications[modifier | modifier le code]

Direction de volumes[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Lionel Barbe, Internet, du média à l'individu média : enjeux socio-économiques de la presse en ligne, le cas français comparé aux cas européen et américain, Paris, université Paris 2 (thèse de doctorat en sciences de l'information et de la communication), 2005, 423 pages.
  • « Mutations des frontières de la connaissance à l'heure du Web 2.0 », Hermès, no 63, Murs et frontières, CNRS éditions, 2012, p. 169-174.
  • Avec M. Arnaud, « Peut-on apprendre avec des nuages ? », Documentaliste - Sciences de l'information, no 47, Présence numérique, ADBS éditions, 2010, p. 56-67.
  • « Wikipedia, un trouble-fête de l'édition scientifique », Hermès, no 57, Sciences.com, CNRS éditions, 2010, p. 69-75.
  • « Experts, professionnels et profanes : Jeux d'acteurs dans la co-construction des informations et savoirs sur le Web participatif et collaboratif », actes de la conférence internationale ISKO 2009, Lyon, éd. Université Jean-Moulin Lyon 3/Enssib.
  • Avec E. Delcroix, « Émergence et appropriation des dispositifs socio-techniques : Le cas de Facebook, vers des communautés de pratiques », Sciences de la société, no 75, 2008, p. 115-125.
  • « Wikipedia et Agoravox : Des nouveaux modèles éditoriaux ? », Document numérique et société : Actes de la conférence DocSoc, ADBS éditions, 2006, p. 171-184.
  • (Article collectif) Un enjeu de société, avec Michel Arnaud, Milad Doueihi, Emmanuel Kessous, Antoinette Rouvroy, Hélène Legras & Michèle Rive, Revue Documentaliste, 2010, 47, no 1, 56.

Documents sonores[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (février 2017)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse, université Paris 2, notice SuDoc, consultée en ligne le 1.03.15.
  2. CV en ligne.
  3. Lionel Barbe, « Du puits de science au passeur de science, enseigner avec Wikipédia », blog.wikimedia.fr.
  4. Guillaume Cazeaux, « Internet et la formation du citoyen », dans Gilles Rouet, Usages politiques des nouveaux médias, L'Harmattan, , p. 50
  5. Guillaume Cazeaux, Odyssée 2.0 : La démocratie dans la civilisation numérique, 2014, Armand Colin, passage en ligne.
  6. Alban Martin et Eric Delcroix, Facebook, on s'y retrouve, 2008, Pearson, p. 10-11.
  7. Sihem Najar, Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée, 2012, Karthala, p. 18.
  8. Frank Rebillard, Le Web 2.0 en perspective : une analyse socio-économique de l'internet, 2007, L'Harmattan, p. 51.
  9. Page du projet WEUSC sur le site de l'ISCC.
  10. David Larousserie, « un objet scientifique non identifié », Le Monde,‎ (consulté le 14 janvier 2016)
  11. Lionel Barbe, conclusion de la journée WOSNI à l'ISCC, 5 juin 2012, dailymotion.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]