Liberté frisonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte, des découpages territoriaux le long d'une côte.
Les Pays de Frise

La Liberté frisonne ou Liberté des Frisons (frison oriental : Fryske frijheid, néerlandais : Friese Vrijheid) est le régime d’absence de féodalité et de servage que connut la Frise, la région initialement habitée par les Frisons, du XIIe au XVe siècle. La Frise historique comprenait les provinces actuelles de Frise et de Groningue ainsi que celles de Frise occidentale aux Pays-Bas et de Frise orientale en Allemagne. Durant la période de « Liberté frisonne », la contrée n’avait pas de seigneur souverain propriétaire et administrateur du pays. La Liberté frisonne se développa dans le cadre de disputes répétées pour les droits de la noblesse locale.

Origines[modifier | modifier le code]

Le premier signe de la liberté frisonne fut l’assassinat en 993 du Comte de Hollande, Arnould de Frise occidentale. Ce comte frison fut tué lors d’une tentative rebelle à la soumission de ses sujets. L’assassinat d’un autre comte, Henri le Gras en 1101, est considéré de facto comme le début de la liberté frisonne. Cette paix fut officiellement reconnue par Guillaume II, roi des Romains (il ne fut jamais sacré empereur du Saint Empire Romain Germanique) le 3 novembre 1248, qui l'accorda en reconnaissance de l'aide que lui apportèrent les Frisons lors du siège d’Aix la Chapelle. En 1417 le statut des Frisons fut confirmé par l’Empereur Sigismond. Plus tard, l’empereur Louis IV abrogea ces droits et inféoda le Comte de Hollande avec la Frise.

Une autre version prétend que cette Liberté fut octroyée à Magnus Forteman (en) par Charlemagne dans ses Kareslprivilege en récompense de la conquête de Rome. Diverses sources ont parlé des Kareslprivilege, encore appelés Magnuskerren. L’original en a été perdu bien que selon certaines, ils avaient été inscrits sur les murs d’une église qui pourrait avoir été située à Almenum (en), à Ferwoude ou à Oldeboorn. En 1319, plus de 500 ans après la mort de Charlemagne, une copie en fut inscrite au registre de Guillaume III de Hollande. Certains historiens considèrent ces privilèges de Charlemagne comme une invention d’ères postérieurs et pensent que toutes les copies qui furent trouvées sont des faux.

Indépendamment des origines de la liberté frisonne, du Xe au début du XVIe siècle, la Frise traversa une période de développement incomparable, presque entièrement hors des structures du système féodal introduit par Charlemagne.

Implications[modifier | modifier le code]

L’absence de toute autorité châtelaine signifie qu’il n’existait pas d’administration centralisée. De même, tout système législatif ou judiciaire était absent. En vue de disposer d’un système légal organisé, les chefs locaux tentèrent d’admettre et de faire appliquer des règles à l’ensemble de la région de Frise. Des délégations juridiques et politiques des diverses contrées se réunissaient dans des assemblées à l’Upstalsboom (nl) d’Aurich. Plus tard ces réunions se tinrent encore à Groningue.

En plus des arrangements de l’Upstalsboom, une tentative fut faite de recourir à l’ancienne loi telle qu’elle était inscrite dans les 17 Keuren et 24 Landrechten (les 17 Actes et 24 Droits médiévaux) de la Lex Frisionum (en), la Loi des Frisons de 785. Mais même lorsqu’un système uniforme légal avait une fois été adopté, l’absence de pouvoir central dans la région faisait qu’il était impossible de démêler les finesses de la loi et que son application était laissée à l’initiative des communautés locales.

Statue de Pier Gerlofs Donia. Héros populaire en Frise, farouche combattant pour la liberté. Sous sa férule la liberté frisonne reprit brièvement vie.

Il n’existait pas de chevalerie ni d’état de chevalerie représentatif à la diète (Riddershap) en Frise. Là, l’idée féodale de noblesse qui octroyait le droit de contrôle sur la région était estimée incompatible avec « la liberté frisonne ». La région ignorait aussi les travaux forcés (servage). Certains « nobles » avaient cependant toujours une influence primordiale dans la région par suite de leurs grandes propriétés terriennes. Le droit de vote en matière d’administration locale relevait de la propriété territoriale. Une personne possédant une parcelle unitaire de terre avait une voix. Cela signifie qu’une personne possédant de grandes surfaces pouvait exprimer plus de votes. Les électeurs utilisaient leur influence pour choisir un maire dans l’une des 30 municipalités représentant la totalité de Frise. Chacune disposait de 11 votes.

Fin[modifier | modifier le code]

Édit du duc Albert III de Saxe[modifier | modifier le code]

Les conflits régnant entre les Schieringer (en) et les Vetkoper (en) contribuèrent largement à la fin de la liberté frisonne. L’absence d’une autorité effective contribua également à l’éclosion des disputes.

Les argumentations incitaient les étrangers à interférer dans les querelles entre Frisons, parfois en se basant sur d’anciens droits. Simultanément, le non-respect des lois résultant de ces querelles déclencha le sentiment de besoin d’un souverain. À ce moment, le podestat Frison Juw Dekama (en), partisan Schieringer, fit appel à l’aide auprès d’Albert III, Duc de Saxe.

Cette période est décrite par Petrus Thaborita (en).

La liberté frisonne disparut dans les autres contrées frisonnes en différentes périodes. En Frise occidentale, elle s'acheva plus tôt plus tôt par la conquête des Comtes de Hollande.

Dans la région de Groningue, l’absence de pouvoir durant les XIVe et XVe siècles fut remplacé par la ville de Groningue. La cité conclut divers traités avec ses voisins en vue d’établir une commission avec pouvoir de gouverner et de siéger en appel. Par le pouvoir tenu de la ville, elle était en mesure aussi de remplir ces fonctions en tant que surveillante. La ville de son côté était connue pour être une solide cité frisonne, championne de la liberté frisonne.

Mais ayant vu la puissance d’Albert de Saxe en Frise, la ville fut contrainte de chercher de l’aide auprès d’un noble étranger. Après une courte période durant laquelle Charles Duc de Gueldre fut finalement reconnu comme seigneur, c’est Charles Quint qui annexa la ville et sa région et l’intégra à son empire, en faisant appel aux vieux droits de l’évêque d’Utrecht.

En Frise orientale, la liberté frisonne prit fin vers la moitié du XVe siècle avec la montée en puissance de la Maison de Cirksena (en).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) O. Vries, Het Heilige Roomse Rijk en de Friese Vrijheid (Le Saint Empire Romain Germanique et la liberté frisonne) (Leeuwarden 1986)
  • (nl) MP van Buijtenen, De grondslag van de Friese vrijheid (Les fondements de la liberté frisonne) (Assen 1953).

Articles connexes[modifier | modifier le code]