Liber de laudibus Sanctae Crucis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raban Maur présentant le livre des louanges de la Sainte Croix à Grégoire IV (Codex Vindobonensis 652, Vienne)

Le Liber de laudibus Sanctae Crucis ou Opus in honorem Sanctae Crucis conditum (livre des louanges de la Sainte Croix) est un ouvrage rédigé par l'abbé de Fulda, Raban Maur, archevêque de Mayence, en l'an 810, pour l'empereur Louis le Pieux.

Contenu[modifier | modifier le code]

Ce livre exalte la Croix comme signe de la Résurrection du Roi des rois. Les miniatures polychromes qui ponctuent les deux copies les plus remarquables de ce livre représentent le signe de la Crucifixion et du crucifié. Ces copies sont d'une part le manuscrit enluminé de la Bibliothèque apostolique vaticane, sous la cote Codex Vaticanus Reginensis latinus 124, datant de 825-826; et d'autre part le manuscrit enluminé de la Bibliothèque nationale autrichienne, conservé sous le nom de Codex Vindobonensis 652 et datant de 830-842.

Ce livre est écrit dans le contexte historique de la fin de la première querelle des images byzantines et des discussions autour des Libri Carolini dans l'Empire franc. Raban Maur expose donc sa représentation du Christ, comme étant étroitement liée à la vénération du signe de la Croix. Ses vingt-huit calligrammes poétiques tiennent une position centrale dans cet ouvrage. Ce chiffre, multiple de sept, est à l'époque considéré comme un numerus perfectus. Le texte est illustré de miniatures qui sont autant d'éléments explicatifs et poétiques, reliant le symbole de la Croix au mystère du Christ, roi de la terre et du cosmos, et à la fois homme et Dieu crucifié, dans sa double nature.

Codex Vaticanus Reginensis latinus 124[modifier | modifier le code]

Calligramme de Louis le Pieux représenté comme miles Christi dans le codex de la Bibliothèque vaticane

Ce manuscrit enluminé était destiné d'abord à l'archevêque Astolphe de Mayence, mais à sa mort, il fut dédié à l'archevêque de Mayence, Otgar, et a été composé en 825-826. Il se compose de 61 pages de parchemin:

  • Miniature de l'archevêque Otgar de Mayence, folio 1 verso
  • Miniature (Dedicatio) de saint Martin, folio 2 verso
  • Don du livre au pape Grégoire IV, folio 3 verso
  • Poème calligramme en l'honneur de l'empereur Louis le Pieux, folio 4 verso
  • 28 calligrammes poétiques, à partir du folio 8 verso
  • Poème de la Sainte Croix en hexamètre, folio 37 recto
  • Prologue de la seconde partie, folio 43 verso
  • Seconde partie des calligrammes à partir du folio 44 recto

Ce codex a d'abord fait partie de la bibliothèque diocésaine de Mayence, puis est retourné à l'abbaye de Fulda. L'empereur Rodolphe II le mentionne dans une lettre du 15 juin 1598 et le fait venir à Prague pour être copié. Les Suédois s'en saisissent pendant la Guerre de Trente Ans et il figure ensuite dans la bibliothèque de la reine Christine. Après sa conversion au catholicisme et sa mort à Rome, sa bibliothèque est léguée par testament à Innocent XI.

Manuscrits du Liber de laudibus Sanctae Crucis[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]