Maurice Leloir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Leloir)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leloir (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Maurice Leloir
Maurice Leloir 1920.jpg

Maurice Leloir en 1920

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie

Maurice Leloir, né le à Paris où il est mort le , est un illustrateur, aquarelliste, dessinateur, graveur, écrivain et collectionneur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils et élève du peintre Auguste Leloir et de l'aquarelliste Héloïse Suzanne Colin fille du peintre Alexandre Colin, il expose tout d'abord au Salon des artistes français, dont il devient sociétaire. Il participe avec de nombreux autres peintres à l'École de Crozant dans les vallées creusoises.

Plaque commémorative au no 21 de l'avenue Gourgaud à Paris

Autour des années 1890, Maurice Leloir et ses élèves inondent le marché du livre d'images, inspirées de photographies, représentant avec exactitude les costumes et les attitudes du passé, très appréciées des bibliophiles. Illustrateur prolifique de livres, notamment pour enfants, comme le Richelieu de Théodore Cahu, de revues et d'éventails, il fonde la Société d'histoire du costume en 1907.

Son frère, Alexandre-Louis Leloir, également illustrateur, fut un peintre reconnu. Guy de Maupassant lui dédia en 1884 la nouvelle Idylle.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Maurice Leloir réalise quelques tableaux dont La maison Fournaise (huile sur bois) exposé au musée Fournaise de la ville de Chatou, mais malheureusement volé en 1999[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Bernardin de Saint-Pierre (Illustrations de Maurice Leloir), Paul et Virginie, Paris, Librairie artistique, H. Launette et Cie 1888, 29 × 28 cm, 208 p. 
  • Alexandre Dumas (121 et 128 dessins de Maurice Leloir gravés sur bois par Jules Huyot), Les Trois Mousquetaires, Paris, Calmann Lévy, 1894, 30 × 21 cm, 2 volumes de 502 et 473 p. 
  • Une femme de qualité au siècle passé, Paris, 1778, Paris : J. Boussod, Manzi, Joyant et Cie, 1899
  • Alexandre Dumas (113 et 129 dessins de Maurice Leloir gravés sur bois par Jules Huyot), La dame de Monsoreau, Paris, Calmann Lévy, 1903, 30 × 21 cm, 2 volumes de 499 et 488 p. 
  • Gustave Toudouze (ill. Maurice Leloir), Le Roy soleil, Paris, Boivin & Cie, (réimpr. 1908, 1917, 1931) (1re éd. 1904), 92 p., 37,2 × 30,3 cm Relié pleine percaline bleue, premier plat estampé d'un décor polychrome représentant le Roy soleil, titre estampé doré en long au dos (lire en ligne)
  • Théodore Cahu (ill. Maurice Leloir), Richelieu, Paris, Combet et Cie, (1re éd. 1901), 84 p., 37,4 × 30,5 cm Relié pleine percaline vert lierre, premier plat estampé d'un décor polychrome représentant Richelieu
  • Cinq mois à Hollywood avec Douglas Fairbanks, Paris : J. Peyronnet et Cie, 1929
  • Histoire du costume de l'Antiquité à 1914, t. VIII-XII, ouvrage publié sous la direction de Maurice Leloir, préface d'Henri Lavedan, Paris : Ernst, 1933-1949
  • Dictionnaire du costume et de ses accessoires, des armes et des étoffes : des origines à nos jours, Paris : Gründ, 1950
  • ''Les confessions de Jean-Jacques Rousseau. Maurice Leloir illustre (eaux-fortes gravées par Champollion, Teyssonieres, Milius, Ruet, etc.) une superbe édition (préfacée par Jules Claretie) en 2 volumes in-4° (sur vélin de luxe plus 48 vol. de grand luxe sur Japon) publiée par la librairie artistique H. Launette, en 1889 ; ces illustrations sont reprises dans une nouvelle édition à la librairie Jules Tallandier, vers 1925 (3 volumes in-8° reliés Collection « Les chefs d'œuvre de l'esprit »).


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]