Le Ventre de l'Atlantique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Ventre de l'Atlantique est le premier roman de l'écrivaine sénégalaise Fatou Diome. Il est sorti en 2003 aux éditions Anne Carrière.

Ce roman met en scène les rêves d'émigration des jeunes Sénégalais. Il a une dimension autobiographique, les lieux (Niodior, Strasbourg) et la vie de la narratrice coïncidant avec ce que l'on sait de la vie de l'auteur.

Résumé[modifier | modifier le code]

À Strasbourg, la narratrice doit renseigner au téléphone son demi-frère Madické sur le déroulement des matchs de football de l'équipe nationale d'Italie qu'il ne peut pas suivre à la télévision sur son île de Niodior, au large du Sénégal. Comme les garçons de son âge, il projette de venir lui aussi en France pour devenir un célèbre et riche footballeur, s'identifiant à quelques brillants Sénégalais jouant dans les clubs français ou européens. Le livre est un incessant aller et retour entre le Sénégal, et même plus étroitement la petite île, où seul l'instituteur tente d'ouvrir les yeux des adolescents sur la fragilité de leur rêve, et la France, où la narratrice décrit sans concession la situation faite aux immigrants vite devenus clandestins, face au racisme et aux menaces d'expulsion. Mais elle est lucide aussi avec son village d'origine, où l'analphabétisme, la situation des femmes, le pouvoir des marabouts, la tendance à tout exiger de ceux qui se sont expatriés, sont évoqués sans fard. De même qu'est soulignée l'inégalité foncière entre le Français qui peut sans visa faire du tourisme (même sexuel) au Sénégal, et le Sénégalais pour lequel l’obtention d'un visa pour la France est un parcours semé d'obstacles, y compris financiers.

Qui est la narratrice ?[modifier | modifier le code]

La quatrième de couverture appelle la narratrice Salie, et c'est ainsi que la désignent les rares personnages qui l'appellent par son prénom. Mais dans le chapitre 11, elle dit : "mon prénom, des plus courants au Sénégal, est communément donné à l'aînée des familles musulmanes. Il est en outre si facile à prononcer que les coopérants en affublent volontiers leurs petites bonnes." Ce qui correspond plutôt à Fatou, prénom de l'auteur...

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

En octobre 2005, c'est pour ce livre que Fatou Diome a reçu le LiBeraturpreis[1]. Ce prix littéraire, doté de 500 € et d'une invitation à la Foire du livre de Francfort, est décerné chaque année par un comité de lectrices à une écrivaine originaire d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique Latine.

Le Ventre de l'Atlantique a également reçu en 2003 le Prix des Hémisphères Chantal Lapicque, destiné à "soutenir et promouvoir le rayonnement et l’usage de la langue française à travers le monde"[2]. Il propose au public français des œuvres se rapportant à des personnages ou des situations rencontrés hors de France métropolitaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]