Lac Namtso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Namtso
tibétain : གནམ་མཚོ་
mongol : ᠲᠩᠷᠢ ᠨᠠᠭᠤᠷ
chinois : 纳木错
Image illustrative de l’article Lac Namtso
Vue sur le lac Namtso et le rocher du Tashido (2005)
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Région autonome Tibet
xian Damxung (Lhassa) et
Baingoin (Nagchu)
Géographie
Coordonnées 30° 55′ 48″ nord, 85° 40′ 42″ est
Type Lac salé
Superficie 1 920 km2
Longueur 70 km
Largeur 30 km
Altitude 4 718 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne

125 m
33 m
Volume 0,77 km3
Hydrographie
Bassin versant 10 741 km2
Îles
Nombre d’îles 5
Géolocalisation sur la carte : Région autonome du Tibet
(Voir situation sur carte : Région autonome du Tibet)
Namtso tibétain : གནམ་མཚོ་ mongol : ᠲᠩᠷᠢ ᠨᠠᠭᠤᠷ chinois : 纳木错
Géolocalisation sur la carte : Chine
(Voir situation sur carte : Chine)
Namtso tibétain : གནམ་མཚོ་ mongol : ᠲᠩᠷᠢ ᠨᠠᠭᠤᠷ chinois : 纳木错

Le lac Namtso (tibétain : གནམ་མཚོ་, Wylie : gnam mtsho, pinyin tibétain : Nam Co, THL : Namtso, translittération en chinois : 纳木错 ; pinyin : nàmù cuò Nam Co est son nom officiel international en Chine), également appelé en mongol Tangri Nagur ou Tenger nuur (mongol classique et Mongol de Chine : ᠲᠩᠷᠢ ᠨᠠᠭᠤᠷ (Tangri naɣur), khalkha : Тэнгэр нуур (Tenger nuur) littéralement lac céleste), est l'un des lacs les plus célèbres du Tibet.

Monastère

Il est un lieu saint du bouddhisme tibétain. De nombreux fidèles se réunissent autour du lac pour une grande cérémonie qui s'y déroule l'année du mouton, tous les douze ans. Il abrite également le monastère sur la péninsule de Tashi Dor située à son extrémité sud-est.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Ce lac salé est situé à environ 110 km NNO du centre-ville de la ville-préfecture de Lhassa, sur la frontière entre le district de Damxung, situé sur le territoire de cette ville-préfecture, et celui de Baingoin, situé dans la préfecture de Nagchu. Culminant à 4 718 m au-dessus du niveau de la mer, il mesure 70 km de long pour 30 km de large, couvrant 1 920 km2.

relief autour du lac

Souvent considéré comme le plus haut lac du Tibet, voire du monde, le Namtso est cependant supplanté par de nombreux petits lacs situés à des altitudes supérieures à 5 500 m, tant dans les Andes que dans l'Himalaya. En ce qui concerne les lacs d'une taille supérieure à 50 km2, le lac d'eau douce le plus élevé est le Sengli (5 386 m, 78 km2), tandis que le plus haut lac salé est le Meiriqie (5 354 m, 64 km2). Le Namtso est cependant le plus haut lac du monde d'une superficie supérieure à 500 km2. Quant au plus grand lac salé de Chine, cette distinction revient au lac Qinghai, deux fois plus étendu.

Le lac a cinq îles inhabitées de taille raisonnable, en addition d'un ou deux affleurements rocheux. Les îles sont utilisées comme retraite spirituelle par les pèlerins, traversant la surface gelée du lac en hiver, et emportant leur nourriture. Ils passent alors l'été là-bas, devant attendre une nouvelle prise des eaux avant de pouvoir retourner sur la rive.

L'île la plus grande se trouve à l'extrémité nord-ouest du lac, mesurant 2 100 m de long pour 800 m de large, avec un sommet de 100 m de haut en son centre. Elle se trouve à une distance de 3,1 km de la berge. L'île la plus éloignée est, elle, à une distance minimale de 5,1 km de la berge.

Faune[modifier | modifier le code]

Namtso
Terme tibétain
Écriture tibétaine གནམ་མཚོ་
Wylie gnam mtsho
API [namtsʰo]
Pinyin tibétain Nam Co
THL Namtso
Terme chinois
Sinogrammes traditionnels 納木錯
Sinogrammes simplifiés 纳木错
Pinyin Nàmù Cuò
Namucuo.JPG

On trouve autour du lac des animaux rares comme les yacks sauvages et les antilopes tibétaines.

Lkhazan Khan, khan mongol du khan qoshot et roi du Tibet au XVIIIe siècle, aimait s'y adonner à la chasse[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat autour du lac est sujet à des changements abrupts, et les tempêtes de neige sont fréquentes dans toute la chaîne du Nyainqêntanglha.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Grousset, L'Empire des steppes, Paris, Payot, , 669 p. (lire en ligne), p. 656

Voir aussi[modifier | modifier le code]