Xian de Damxung

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
image illustrant le Tibet image illustrant le monde chinois
Cet article est une ébauche concernant le Tibet et le monde chinois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Dāngxióng Xiàn
当雄县 འདམ་གཞུང་རྫོང་
Localisation du xian de Damxung (en rose) dans la ville-préfecture de Lhassa (en jaune)
Localisation du xian de Damxung (en rose) dans la ville-préfecture de Lhassa (en jaune)
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province ou région autonome Tibet
Préfecture Lhassa
Statut administratif Xian
Code postal 851500[1]
Démographie
Population 42 000 hab.
Géographie
Coordonnées 30° 31′ 04″ Nord 90° 45′ 46″ Est / 30.517778, 90.762778
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Dāngxióng Xiàn

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Dāngxióng Xiàn
Liens
Site web www.dangxiong.gov.cn

Le xian de Damxung (chinois : 当雄县 ; pinyin : dāngxióng xiàn ; tibétain : འདམ་གཞུང་རྫོང་, Wylie : dam gzhung rdzong, pinyin tibétain : Damxung Zong, THL : dam shyung dzong) est un xian (district), administratif de la région autonome du Tibet en République populaire de Chine. Il est placé sous la juridiction de la ville-préfecture de Lhassa.

Histoire[modifier | modifier le code]

La deuxième invasion mongole du Tibet, entre 1251 et 1253, décidée par Möngke Khan, voit d'une part Qoridai, le commandant des troupes mongoles, soumettre à la domination mongole toute la région jusqu'à Damxung (Dangquka), au nord-est de Lhassa, d'autre part une armée commandée par Dupeta ou Dobeta pénétrer dans le pays jusqu'à Dam, tuant, pillant, incendiant des maisons, détruisant des temples[2],[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population du district était de 38 473 habitants en 1999[4], 42 000 selon une citation datant de 2008[5]

Séisme[modifier | modifier le code]

Un séisme d’une magnitude de 6,3 sur l'échelle de magnitude du moment (Mw) (selon l’Institut de géophysique américain (USGS)) a touché cette région le 6 octobre 2008 entraînant la mort de 30 personnes selon les autorités locales, et 9 selon les équipes de secours sur place[5].

Immolation[modifier | modifier le code]

Selon Radio Free Asia, un jeune Tibétain de 22 ans s'est auto-immolé le 7 juillet dans le district de Damshung (Dangxiong, en chinois) proche de Lhassa. Transporté à l'hôpital, il y serait décédé[6],[7]. Il s'agit du quatrième cas d'auto immolation par le feu de Tibétains dans la région autonome du Tibet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Codes postaux et téléphoniques de la région autonome du Tibet, (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel
  2. (en) Luciano Petech, Tibetan Relations with Sung China and with the Mongols, p. 173-203, in China among Equals. The Middle Kingdom and its neighbours, 10th-14th centuries, Morris Rassaki (ed.), University of California Press, Berkeley, Los Angeles, London 1983, p. 182.
  3. Hugues-Jean de Dianous, « Le Tibet et ses relations avec la Chine », Politique étrangère,‎ p.45 : « En 1253, l'empereur Mongkou (Hien Tsong) de la dynastie impériale mongole des Yuan, qui régnait alors sur la Chine, envoya une armée au Tibet, qui fut incorporée à l'empire Yuan. Ainsi qu'on l'a vu, il y avait eu antérieurement des rois au Tibet ; mais à partir de 1275, le pouvoir politique et l'autorité suprême religieuse en firent plus qu'un dans ce pays, quand l'empereur mongol Koubilaï eut reconnu le chef de la secte bouddhiste sa-skay-pa, Phagspa, comme chef du Tibet ».
  4. (en) National Population Statistics Materials by County and City - 1999 Period, in China County & City Population 1999, Harvard China Historical GIS
  5. a et b Tibet/séisme : neuf morts et non 30 comme annoncé dans un premier temps
  6. Man Self-Immolates Near Lhasa, 9 juillet 2012
  7. Les immolations, “une forme de protestation politique”,Courrier International, juillet 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]