La Question (livre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Question.
La Question
Auteur Henri Alleg
Pays Drapeau de la France France
Genre Autobiographie
Éditeur Éditions de Minuit
Date de parution 12 février 1958
Nombre de pages 111
ISBN 978-2-70-730175-8

La Question est un livre autobiographique d'Henri Alleg, publié en français en 1958 et en anglais. Il y narre et dénonce la torture des civils pendant la guerre d'Algérie.

Contexte[modifier | modifier le code]

Henri Alleg est arrêté le , soit le lendemain de l'arrestation de Maurice Audin, par les hommes de la 10e division parachutiste. Il est séquestré un mois à El-Biar où il est torturé et subit de multiples interrogatoires, dont un mené après une injection de penthotal. Il est ensuite transféré au camp de Lodi où il reste un mois puis à Barberousse, la prison civile d'Alger. C'est là qu'il écrira La Question, dissimulant les pages écrites et les transmettant à ses avocats.

Le livre s'ouvre avec la formule : « En attaquant les Français corrompus, c’est la France que je défends. » Il y accuse nommément André Charbonnier et Philippe Erulin[1] d'être les principaux auteurs de sa torture, ainsi que ses complices subalternes. Roger Faulques est également présent à un moment de ses interrogatoires[2], se vantant d'être « le fameux capitaine SS ». Jacques Massu, au travers de son aide de camp le lieutenant Mazza, est cité, mais n'est pas présent.

Henri Alleg fait dire à l'un de ces officiers :

« Tu vas parler ! Tout le monde doit parler ici ! On a fait la guerre en Indochine, ça nous a servi pour vous connaître. Ici, c'est la Gestapo ! Tu connais la Gestapo ? Puis, ironique : Tu as fait des articles sur les tortures, hein, salaud ! Eh bien ! maintenant, c'est la 10e D.P. qui les fait sur toi[3]. »

Un livre censuré[modifier | modifier le code]

Dans La Question, il raconte sa période de détention et les sévices qu'il y a subis, en pleine guerre d'Algérie. Tout d'abord publié en France aux éditions de Minuit, l'ouvrage est immédiatement censuré. Les exemplaires mis en vente sont saisis le 27 mars malgré les interventions de André Malraux, Roger Martin du Gard, François Mauriac et Jean-Paul Sartre auprès du président René Coty[4]. Nils Andersson le réédite en Suisse, quatorze jours après l'interdiction frappant en France. Malgré son interdiction en France, ce livre a considérablement contribué à révéler le phénomène de la torture en Algérie en confortant les témoignages qui s'étaient multipliés dans la presse au cours de l'année 1957. Sa censure n'a pas empêché sa diffusion clandestine à 150 000 exemplaires[5].

Adaptation à l'écran[modifier | modifier le code]

La Question de Laurent Heynemann, sorti sur les écrans en 1977, est une adaptation du livre, avec Jacques Denis dans le rôle d'Henri Charlègue[N 1], Nicole Garcia dans celui de sa femme, et notamment Jean Benguigui. Le film ne reprend pas à l'écran toutes les descriptions terribles d'Alleg mais était sorti avec une interdiction aux moins de 18 ans. Laurent Heynemann remporta en 1977 le Prix spécial du Jury au Festival International du Film de Saint-Sébastien.

Édition[modifier | modifier le code]

  • La Question, Éditions de Minuit, 1958. ISBN 2-7073-0175-2 (publié pour la première fois le 18 février 1958, saisi le 27 mars 1958, réédité en 1961 et en 2008).

La réédition de 2008 est suivie de l'article de Jean-Pierre Rioux « La torture au cœur de la République » publié dans Le Monde des 26 et 27 avril 1998.

  • Réédition par les éditions Rahma, Alger, en 1992.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Personnage inspiré par l'histoire de Henri Alleg

Références[modifier | modifier le code]

  1. p. 35
  2. p. 98
  3. Henri Alleg, La question, Éditions de Minuit, 1965, p. 33
  4. « Torture : le livre qui fit scandale », article de Michel Pierre dans L'Histoire de février 2008.
  5. Jean-Yves Mollier, « Les tentations de la censure entre l'État et le marché » in Jean-Yves Mollier, Où va le livre ? édition 2007-2008, La Dispute, coll. « États des lieux », 2007, p. 117

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]