La Nouvelle Lune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Nouvelle lune
La Nouvelle Lune
Image illustrative de l'article La Nouvelle Lune
Caricature de Jules Grévy par André Gill, en une du numéro du 7 mai 1882.

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Format In-folio
Genre Presse satirique
Prix au numéro 10 centimes
Date de fondation
Ville d’édition Paris

Directeur de publication S. Heymann
ISSN 1256-0839

La Nouvelle Lune est un journal satirique français fondé en 1880.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le directeur de La Nouvelle Lune est S. Heymann. Commissionnaire en journaux (il est le vendeur principal du Gil Blas) et éditeur, il dirige également un autre titre satirique, Le Journal des abrutis. Les bureaux de La Nouvelle Lune sont installés chez lui, au no 13 de la rue du Croissant, puis au no 167 de la rue Montmartre, au cœur de la « République du Croissant ».

Le titre du journal fait explicitement référence à La Lune (1865-1868) et revendique l'héritage des avatars de ce titre, L’Éclipse (1868-1876), La Lune Rousse (1876-1879) et La Petite Lune (1878-1879), tous dominés par le crayon du célèbre caricaturiste André Gill. Ce dernier, répondant en octobre 1881 aux offres d'Heymann ainsi qu'à l'invitation de son disciple et ami Émile Cohl, fournit quelques portraits-charges à La Nouvelle Lune. L'hebdomadaire publiera également les derniers dessins de Gill, réalisés à la maison de santé de Saint-Maurice. Jusqu'en 1886, la plupart des caricatures sont l’œuvre de Cohl, les autres étant notamment dues à Demare, Coll-Toc et Bridet.

Comme ses modèles, La Nouvelle Lune est de tendance républicaine et anticléricale. Fondée avant la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, elle subit la censure le 22 août et le 5 septembre 1880[1].

Initialement hebdomadaire, sa parution est bimensuelle entre juillet 1883 et décembre 1885.

De qualité inégale dès ses débuts, La Nouvelle Lune décline à partir de mai 1886, car elle ne publie désormais que très peu de nouveaux dessins et se contente de réemployer tant bien que mal d'anciennes gravures.

Collaborateurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Donald Crafton, Emile Cohl, Caricature, and Film, Princeton, 1990, p. 25-26.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Grand-Carteret, Les Mœurs et la caricature en France, Paris, Librairie illustrée, 1888, p. 587-588.
  • Jean Valmy-Baysse et Jean Frappat, André Gill l'impertinent, Paris, éditions du Félin, 1991, p. 210-211.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :