Georges Lafosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Georges Touchard-Lafosse.
Georges Lafosse
Lafosse, Georges (Triboulet, 1880-06-06).jpg
Portrait de Lafosse par J. Blass (Le Triboulet, 6 juin 1880).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 36 ans)
AsnièresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jules Georges LafosseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
Maître

Georges Lafosse, né le à Bougival[1] et mort le à Asnières, est un dessinateur, caricaturiste, graveur et illustrateur français.

Parcours[modifier | modifier le code]

Jules-Georges Lafosse, fils du peintre et lithographe Jean-Adolphe Lafosse, est l’lève de Picot, il expose quelques œuvres aux Salons de 1865 et 1865[2].

L'un des principaux caricaturistes des débuts de la Troisième République et du journal L’Éclipse, Lafosse est connu pour ses portraits à charge façon grosse tête, ses trombines, un style alors novateur que reprendront nombre de dessinateurs de presse au cours des décennies et du siècle suivants.

Il dessine également pour Le Tintamarre, et surtout la revue satirique Le Trombinoscope, le tout composé par son complice Touchatout (Charles Léon Bienvenu).

Il participe à quelques albums mémorables, avec Andre Gill et Albert Robida, comme La dégringolade impériale (v. 1872), l’Histoire tintamarresque de Napoléon III (1874-78).

Lafosse dessina également pour quelques affiches relatives aux arts du spectacle (Le Chevalier Lubin, opéra-comique en un acte, 1865), des partitions, des comptes-rendus critiques d'opéra, des romans populaires, etc.

À la fin de sa vie, il dessine pour Le Triboulet sous le pseudonyme « A. Grippa ».

Atteint de phtisie, il meurt le 27 mai 1880, à son domicile du no 4 de la rue du Château, à Asnières[3].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales des Yvelines, état civil de Bougival 1840-1848, acte no 55 (vue 125 sur 350).
  2. Émile Bellier de La Chavignerie et Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l'École française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, t. I, Paris, Renouard, 1882, p. 874.
  3. Archives départementales des Hauts-de-Seine, état civil d'Asnières-sur-Seine, registre des décès de 1880, acte no 115 (vue 31 sur 80).

Liens externes[modifier | modifier le code]