Khata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Richard Gere reçoit un khata des mains du 14e dalaï-lama
Pour le militant mongol voir Hada.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hadda.
Le 24 mai 1951, lendemain de la signature de l’accord en 17 points, Ngabo Ngawang Jigme (à droite) remet une khata à Mao Zedong (à gauche)
Khadags bleues nouées à une stèle de pierre à Manzshir Khiid en Mongolie

Une khata (tibétain : ཁ་བཏགས, Wylie : kha btags་; Mongol cyrillique : хадаг (khadag), API : /xɑtk/; chinois : 哈达 ; pinyin : hādá) ou « écharpe de félicité » bouddhiste est une écharpe traditionnelle de cérémonie utilisée au Tibet et en Mongolie. Elle symbolise la pureté, la bienveillance, le bon présage et la compassion. Elle est d'ordinaire en soie, et parfois en coton ou en nylon. Les khatas tibétaines sont généralement blanches, symbolisant le cœur pur du donateur[1], mais l'on en trouve également de couleur jaune or. Les khadags mongoles sont d'ordinaire bleues, symbolisant le ciel (tengri), mais parfois également blanches.

La khata se donne dans des circonstances diverses. Elle s'offre à l'occasion d'une fête à un hôte ou lors de mariages, funérailles, naissances, remises de diplômes, à l'arrivée et au départ d'invités. Les Tibétains accompagnent ce don ordinairement de la formule bienveillante de « tashi delek » (c'est-à-dire « meilleurs souhaits »)[2]. La signification d'une khata est liée à un souhait de longue vie.

La khata est également présentée à un lama, qui la rend.

En Mongolie, les khadags sont souvent nouées à des ovoos, des stupas ou des arbres et des rochers particuliers.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :