Mandukya karika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Karika)
Aller à : navigation, rechercher

La Kārikā ou Māṇḍūkyakārikā[1] ou encore Āgamaśāstra, attribué à Gauḍapāda et daté du VIe siècle environ, est le plus ancien commentaire d'une Upaniṣad et plus particulièrement de la Māṇḍūkya Upaniṣad déjà typique de l'Advaita Vedānta. Il préfigure les grands commentaires qui seront développées par Ādi Śaṅkara.

Structure du texte[modifier | modifier le code]

Le commentaire se compose de quatre kārikā qui sont:

  1. Āgama Prakarana.
  2. Vaitathya Prakaraṇa.
  3. Advaita Prakaraṇa.
  4. Alatasanti Prakaraṇa.

Karika I : Āgama[modifier | modifier le code]

C'est une paraphrase de la Mandukya Upanishad. Gaudapada introduit une touche personnelle lorsqu'il énumère les différentes causes ou origines de la création déjà connues à son époque : l'espace (en expansion), le temps, le désir (du Seigneur), la félicité (ananda), le jeu (lila cosmique). Il cite au passage l'illusion du rêve. C'est ce thème qui va être repris et développé dans le Karika II.

Karika II : Vaitathya[modifier | modifier le code]

"Le mensonge (non-vérité)".

À partir de là, Gaudapada, tout en s'appuyant sur le thème général de l'Upanishad (les quatre états de la conscience), développe ses propres thèses. Il compare l'état de rêve et l'état de veille. Il admet que le rêve est une représentation interne saisie par l'esprit et l'état de veille une représentation externe saisie par le même esprit. Mais, bien que l'un soit saisi comme irréel (le rêve) et l'autre comme réel (la veille), les deux sont illusoires (1à11).

Gaudapada pose ensuite la certitude fondamentale du Vedānta : le Soi (atman) est le seul connaissant des phénomènes (12). C'est lui qui modifie et limite les différents états de conscience. C'est "lui-même qui se représente comme extérieur à la conscience (13)"". (Il est donc à la fois le champ et le connaisseur du champ, l'objet et le sujet). Ce qui est intérieur est involué, ce qui est extérieur est manifesté. Mais tout est imaginé. "La différence est dans l'organe des sens (15)".

Vient ensuite la métaphore de la corde qui "imprécise dans les ténèbres, est prise pour un serpent...(17)" Cette métaphore qui deviendra par la suite un cliché de l'advaïta, sera reprise par Shankara qui en fera la base de sa doctrine de la surimposition. Pour filer la comparaison, la corde figure l'ātman et le serpent ce qui "est imaginé autre qu'il n'est (17)", l'ātman imaginé en tant qu'objet des sens, etc. Pour que l'illusion cesse, il suffit de reconnaître la corde, alors, "la fausse idée" (le serpent) disparaît. De même en ce qui concerne l'ātman qui "doit être réalisé comme non-dualité (18)".

Karika III : Advaïta[modifier | modifier le code]

Karika IV : Alatasanti[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Āgamaśāstra of Gauḍapāda. Gauḍapāda Ācārya, Vidhushekhara Bhattacharya. Motilal Banarsidass Publ., 1989. (ISBN 9788120806528)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]