Kamel Jendoubi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kamel Jendoubi
Illustration.
Kamel Jendoubi lors d'une conférence de presse de l’Isie
Fonctions
Ministre tunisien auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile et des Droits de l'homme[1]
Président Béji Caïd Essebsi
Premier ministre Habib Essid
Gouvernement Essid
Prédécesseur Poste créé
Successeur Mehdi Ben Gharbia
Biographie
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Tunis, Tunisie
Nationalité tunisienne
Parti politique Indépendant
Diplômé de Institut d'administration des entreprises
Université Paris II

Kamel Jendoubi (arabe : كمال الجندوبي), né le 8 août 1952 à Tunis, est un militant des droits de l’homme et homme politique tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jendoubi est titulaire d’un diplôme de l’IAE de Paris et d’un diplôme d'études approfondies de l’Université Panthéon-Assas[2].

Il est membre et président de plusieurs associations de défense des droits de l’homme, notamment le Réseau euro-méditerranéen des droits de l'homme depuis 2003[3].

En 2011, il est élu par la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique comme président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections chargée de l’organisation de l’élection d’une assemblée constituante[4].

En octobre 2012, Kamel Jendoubi est à nouveau chargé de l’organisation d’élections en 2013[5], à la suite d'un accord de la troïka sur le futur régime politique[6]. Toutefois, le scrutin est repoussé et Chafik Sarsar, enseignant universitaire en droit constitutionnel, est finalement élu président de la nouvelle Instance supérieure indépendante pour les élections[7].

Le 23 janvier 2015, il est nommé au poste de ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile dans le gouvernement de Habib Essid[8]. Le 6 janvier 2016, il prend aussi en charge les Droits de l'homme[9].

Le 5 décembre 2017, il est désigné, par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme à la tête d’un groupe d’experts internationaux et régionaux pour enquêter sur les violations des droits de l'homme au Yémen[10].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Commandeur de l’Ordre tunisien de la République (2011)[11] ;
  • Prix Hermès pour la promotion de la liberté d'expression et de l'échange des informations en Méditerranée (2016)[12].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Que vive la République ! Tunisie (1957-2017) [sous la dir. de], éd. Alif, Tunis, 2018[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministre tunisien auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile jusqu'au 12 janvier 2015
  2. « Biographie de Kamel Jendoubi, ministre chargé des Relations avec les Instances constitutionnelles, la Société civile et les Organisations des droits de l’homme », sur businessnews.com.tn, (consulté le 5 décembre 2017)
  3. « Qui est Kamel Jendoubi ministre des Relations avec les Instances constitutionnelles, la Société civile et les Droits de l’homme ? », sur leaders.com.tn, (consulté le 5 décembre 2017)
  4. Sadok Sayedi, « Membres du Conseil de l’instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique », sur tunisienumerique.com, (consulté le 5 décembre 2017)
  5. « Tunisie : élections en été 2013 », sur lefigaro.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
  6. « Tunisie : accord de la coalition au pouvoir sur le futur régime politique », sur lemonde.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
  7. « Chafik Sarsar, officiellement, nouveau président de l’ISIE », sur businessnews.com.tn, (consulté le 5 décembre 2017)
  8. « Tunisie : le Premier ministre désigné présente son gouvernement », sur lepoint.fr, (consulté le 5 décembre 2017)
  9. « Tunisie : liste complète des ministres du nouveau gouvernement Essid », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 5 décembre 2017)
  10. « Kamel Jendoubi nommé président d'un groupe d'experts sur le Yémen par le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 5 décembre 2017)
  11. « Des personnalités décorées par le président de la République par intérim », sur leaders.com.tn, (consulté le 5 décembre 2017)
  12. « Kamel Jendoubi, lauréat du Prix Hermès de la liberté d'expression », sur kapitalis.com, (consulté le 5 décembre 2017)
  13. « 60 ans après, la République tunisienne remise en débat », sur leaders.com.tn, (consulté le 2 juin 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]