Chafik Sarsar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chafik Sarsar
Image dans Infobox.
Chafik Sarsar lors d'une conférence de presse au Media Center de l'ISIE.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
محمد شفيق صرصارVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Juriste, universitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Chafik Sarsar (arabe : شفيق صرصار), de son nom complet Mohamed Chafik Sarsar, né le 8 janvier 1966 à Tunis[1],[2], est un juriste et universitaire tunisien, spécialiste de droit public[3].

Il est élu le 9 janvier 2014 à la tête de l'Instance supérieure indépendante pour les élections par l'assemblée constituante. Le 9 mai 2017, il annonce sa démission.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est titulaire d'un diplôme d'études approfondies en droit public intérieur obtenu en 1990, d'un diplôme de la Fondation universitaire Kurt Bösch obtenu en 2007 et d'un doctorat d'État en droit public obtenu en 2008[4].

Maître de conférences agrégé puis professeur à la faculté de droit et des sciences politiques de Tunis[5], par ailleurs professeur à l'Institut supérieur de la magistrature[2], il est nommé à divers postes de l'université de Tunis - El Manar, dirigeant notamment son département des sciences politiques[4]. Il est par ailleurs membre de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, secrétaire général de l'Association des recherches sur la transition démocratique[2], membre fondateur de l'Association arabe du droit constitutionnel[4] et membre du comité scientifique de la Revue tunisienne de science politique[6].

Le 9 janvier 2014, il est élu à la tête de l'Instance supérieure indépendante pour les élections par l'assemblée constituante[4] en remplacement de Kamel Jendoubi.

En 2016, il reçoit le prix de la Fédération internationale des systèmes électoraux[7].

Le 7 février 2017, il est élu président de l'Organisation des organes d'administration des élections arabes en marge des travaux de sa deuxième assemblée générale[8]. Le 9 mai, il présente sa démission tout comme deux autres membres de l'instance à la suite de désaccords internes[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mohamed Chafik Sarsar » [PDF], sur isie.tn (consulté le 7 septembre 2016).
  2. a b et c Olpha Slama, « Chafik Sarsar : "la date des élections dépend des choix de l'ANC" », sur espacemanager.com, (consulté le 7 septembre 2016).
  3. « Mohammad Chafik Sarsar », sur leaders.com.tn, (consulté le 7 février 2017).
  4. a b c et d « Tunisie : qui est Mohamed Chafik Sarsar », sur turess.com, (consulté le 7 septembre 2016).
  5. « Décret », Journal officiel de la République tunisienne, no 89,‎ , p. 2942 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le 7 mai 2017).
  6. Rihab Boukhayatia, « La Revue tunisienne de science politique voit le jour », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 24 février 2019).
  7. « Chafik Sarsar reçoit le prix de la Fédération internationale des systèmes électoraux », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 22 octobre 2016).
  8. « Chafik Sarsar élu président de l'organisation des organes d'administration des élections arabes », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 7 février 2017).
  9. « Démission de Chafik Sarsar et de deux membres de l'ISIE », sur businessnews.com.tn, (consulté le 9 mai 2017).
  10. « Tunisie : pourquoi Chafik Sarsar a annoncé sa démission de la présidence de l'instance électorale », sur jeuneafrique.com, (consulté le 22 mai 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]