Judith Revel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Revel.
Judith Revel
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance (51 ans)
Nationalité Française
Pays de résidence France
Profession
Enseignant-chercheur
Activité principale
Professeur des universités, université Paris Ouest Nanterre La Défense
Formation
Conjoint

Judith Revel, née le 12 juin 1966, est philosophe, italianiste et traductrice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de l'historien et ancien président de l'EHESS Jacques Revel, ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, Judith Revel est spécialiste des pensées française et italienne contemporaines. Après un premier doctorat de philosophie obtenu en Italie , elle a soutenu en France une thèse de doctorat en philosophie sous la direction de Marcel Gauchet (EHESS, 2005)[1].

Elle a passé de nombreuses années en Italie, a été maître de conférences à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne puis

professeure de philosophie contemporaine à l'université Paris Nanterre depuis 2014. Elle est membre du laboratoire Sophiapol (EA3932).

Elle est membre du Centre Michel Foucault, du conseil scientifique de l'IMEC, du conseil scientifique du Collège International de Philosophie.

Ses recherches sont en grande partie axées sur la pensée de Michel Foucault, à qui elle a consacré plusieurs livres et de nombreux articles, en particulier autour de deux thèmes - les rapports entre philosophie du langage et littérature (développés en particulier par Foucault dans les années 1960), et le passage de la biopolitique à la subjectivation (chez Foucault entre la fin des années 1970 et au début des années 1980).

Elle est en particulier redevable aux travaux du philosophe américain d'Arnold I. Davidson, avec lequel elle a en commun une tentative de réactualisation des thématiques éthico-politiques foucaldiennes.

Depuis le début des années 2010, elle travaille plus généralement sur la philosophie du second après-guerre, et sur la manière dont une certaine pratique de la philosophie a problématisé à la fois sa propre situation historique et la possibilité d'intervenir sur le présent en entrecroisant les références à la pensée politique, à l'historiographie et à l'esthétique. Dans ce contexte, elle développe un travail sur l'usage philosophique des archives, et sur la tension entre les concepts d'archive (au singulier) et d'archives (au pluriel). Plus généralement, elle étudie les différentes représentations de l'histoire dans la pensée française depuis les années 1950.

Elle prolonge aussi son enquête du côté de certaines lectures italiennes du poststructuralisme français (opérais et post-opéraisme italiens, pensées de Giorgio Agamben et de Roberto Esposito, Italian Theory).

Elle développe enfin une série de thèses sur les théorisations du politique avant et après 1968 et sur la refonte nécessaire des concepts politiques de la modernité, dans le silage de l'opéraïsme italien et plus particulièrement des analyses du philosophe Antonio (dit Toni) Negri, dont elle est la femme. Elle travaille en particulier sur la notion de "commun" comme alternative à la dichotomie publique/privé.

Parallèlement aux enseignements qu'elle tient dans son université, Judith Revel a animé entre 2008 et 2015 un séminaire de recherche à l'EHESS consacré à l'histoire des engagements intellectuels au XXe siècle (avec Perrine Simon-Nahum).

Elle co-anime depuis 2011 un séminaire à l'ENS Ulm (avec P. Simon-Nahum) sur les rapports entre pensée politique, linguistique et expérimentation littéraire en France depuis 1945.

Bibliographie (livres en français)[modifier | modifier le code]

  • Michel Foucault, expériences de la pensée éd. Bordas 2005 (ISBN 978-2047299449)
  • Qui a peur de la banlieue? éd. Bayard jeunesse 2008  (ISBN 978-2227477575)
  • Dictionnaire Foucault éd. Ellipses 2009  (ISBN 978-2729841799)
  • Foucault, une pensée du discontinu éd. Fayard/Mille et une nuits 2010 (ISBN 978-2755501452)
  • Dictionnaire politique à l'usage des gouvernés, éd. Bayard, 2012.
  • Un malentendu philosophique. Foucault, Derrida et l'affaire Descartes, éd. Bayard Culture 2015 (ISBN 978-2227487185).
  • Foucault avec Merleau-Ponty. Ontologie politique, présentisme et histoire, éd. Vrin, 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]