Joseph Pisani de La Gaude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Joseph Pisani de la Gaude)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaude (homonymie).
Joseph Pisani de La Gaude
Image illustrative de l'article Joseph Pisani de La Gaude
Mgr Pisani de La Gaude, alors évêque de Vence
Biographie
Naissance à Aix-en-Provence
Aix-en-Provence
Décès à Namur
Namur
Évêque de l’Église catholique
Dernier titre ou fonction Évêque de Namur
Namur
Vence

Gemino sub sydere tuta
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Charles-François-Joseph Pisani de La Gaude, né à Aix-en-Provence (France) le [1] et décédé à Namur (Belgique) le est le dix-septième évêque du diocèse de Namur de 1804 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille toscane dont les ancêtres s’étaient installés en Provence au XVe siècle, Pisani de La Gaude est d’abord avocat à la Cour des Comptes du Parlement d’Aix – y suivant les traces de son père – avant d’embrasser la carrière ecclésiastique, sous l’influence de son oncle, Mgr de Reboul Lambert, évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux (un diocèse de la Drôme fusionné avec celui de Valence en 1801). Il est ordonné prêtre en 1773[1] et, pendant quelque temps, bien que prêtre, poursuit son travail à la Cour des Comptes. Quelques années plus tard, son oncle le choisit comme vicaire général de son diocèse.

Évêque pré-revolutionnaire[modifier | modifier le code]

En 1783, Pisani est nommé évêque de Vence (en Provence) et reçoit l’ordination épiscopale le [2]. Il est chassé de son siège en 1791 par les révolutionnaires. Il passe alors une dizaine d’années en exil à Nice et en Italie : Nice (1791-1792), Rome (1792-1794), Venise (1794-1797), Pesaro (1797-1798), à nouveau Venise (1798-1801) et Rome (1801-1802). Dans la réorganisation des diocèses qui suit le Concordat de 1801, le diocèse de Vence est supprimé et Pisani doit donner sa démission. Il rentre en France en 1802, et, en 1803, il se trouve à Paris à la recherche d'un nouveau siège épiscopal.

Sarcophage de Joseph Pisani de la Gaude, dans la cathédrale de Namur

Évêque à Namur[modifier | modifier le code]

À la suite de la démission de l’évêque de Namur Claude de Bexon en septembre 1803, le siège de la ville mosane est vacant. Le diocèse passe par une crise, un schisme local a éloigné de l’Église les « Stévenistes » (disciples de l’ancien vicaire général Corneille Stevens). Le pape Pie VII cherche un ancien évêque, homme d’expérience pour reprendre en mains le diocèse de Namur. Pisani de la Gaude est son choix. Nommé le par le Premier Consul Bonaparte, confirmé par le Pape le , Pisani prend possession de son diocèse le 15 août de la même année[3].

Comme évêque, il est très actif dans la reconstruction et réorganisation de la vie pastorale du diocèse. De nouvelles paroisses sont créées. Pour l’éducation, il fait appel à des congrégations religieuses. Il invite entre autres Julie Billiart à s’installer à Namur et donne en 1809 son approbation canonique à la nouvelle congrégation des Sœurs de Notre-Dame. Avec ses soutiens et encouragements, la congrégation se développe rapidement à partir de son « quartier général » namurois.

Durant sa période namuroise il soutient financièrement la rénovation[4] de la Cathédrale Notre-Dame de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Après la bataille de Waterloo et la chute de Napoléon, Pisani obtient la réconciliation de Corneille Stevens, même si le mouvement d'opposition des Stévénistes continue en se transformant en Petite Église apostolique. Il est fait également baron de l'Empire[5].

Charles-François-Joseph de Pisani de La Gaude meurt à Namur le .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Il n'existe à ce jour aucune monographie sur Mgr de Pisani de la Gaude. Néanmoins plusieurs livres et articles de revue en ont parlé. Citons : Nicolas-Joseph Aigret, Histoire de l'église et du chapitre de Saint-Aubain, Namur, 1881, p. 533-543 ; Dictionnaire biographique namurois, notice Pisani de la Gaude, Namur, 1999, p. 198-199.
  • N.-J. Aigret, Histoire de l'église et du chapitre de Saint-Aubain à Namur, Namur, Imprimerie de Veuve F.-J. Douxfils, , 663 p. (lire en ligne).
  • D. Meynen, « Armoiries des Évêques de Namur aux périodes française et hollandaise (1780-1831) », sur http://www.historic.be/, (consulté le 12 octobre 2010).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, vol. I-Z, Fayard, (ISBN 2-213-60485-1), p. 511
  2. Sa fiche sur catholic-hierarchy.org
  3. Tout ce qui précède se retrouve dans Monseigneur Pisani de la Gaude : une nomination forcée, par quoi ou par qui ? par le Chanoine Daniel Meynen, archiviste de l'Évêché de Namur ; article publié dans les Annales de la Société Archéologique de Namur, année 2003, pp. 189-228.
  4. Source: Mention des bienfaiteurs de la cathédrale gravé sur plaque de marbre sur les piliers du chœur de la Cathédrale
  5. Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d'Empire, Tallandier, (ISBN 2-235-02302-9), p. 270