Sœurs de Notre-Dame de Namur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sœurs de Notre-Dame de Namur
image illustrative de l’article Sœurs de Notre-Dame de Namur
Devise : Qu'il est Bon le Bon Dieu !
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine 8 septembre 1818
par Mgr Pisani de La Gaude
Approbation pontificale 28 juin 1844
par Grégoire XVI
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
Spiritualité ignacienne
But enseignement, missions
Structure et histoire
Fondation 2 février 1804
Amiens
Fondateur Julie Billiart & Françoise Blin de Bourdon
Abréviation S.N.D
Site web (en) site officiel
Liste des ordres religieux

Les sœurs de Notre-Dame de Namur (en latin : Congregationis Sororum Beatae Mariae Virginis) sont une congrégation religieuse féminine enseignante de droit pontifical.

Historique[modifier | modifier le code]

Sous l'inspiration du père Joseph Varin, (1769-1850) père de la Foi, Julie Billiart (1751-1816) et Françoise Blin de Bourdon (1756-1838) prononcent un vœu de chasteté le 2 février 1804 à Amiens et s'engagent à instruire les enfants pauvres[1]. Les premières constitutions religieuses sont rédigées par le père Varin qui s'inspirent des constitutions de la Compagnie de Jésus, il présente la règle aux sœurs le 2 juillet 1805 et le 15 octobre, Julie et trois compagnes prononcent leurs vœux religieux [2].

Cependant, Mgr Jean-François de Mandolx, évêque d'Amiens désire changer les constitutions et restreindre la congrégation à son seul diocèse, ce qui n'entre pas dans les vues de Julie Billiart. En 1809, les religieuses quittent le diocèse d'Amiens pour celui de Namur où elles sont reçues par l'évêque de Namur, Mgr Joseph Pisani de la Gaude, qui approuve l'institut le 8 septembre 1818[3]. La congrégation deviendra de droit pontifical le 28 juin 1844 par décret du pape Grégoire XVI ; ses constitutions sont approuvées le 27 novembre 1921.

Avec Ignacia Goethals, supérieure générale de 1838 à 1842, commencent les missions aux États-Unis : Cincinnati d’abord (1840) à l'appel de Mgr Purcell, puis en Oregon (1844). En Angleterre en 1845 et au Guatemala en 1859. La septième supérieure générale ouvre les missions africaines : au Congo belge (1894) et Rhodésie (1899 ; maintenant Zimbabwe). L’expansion continuera sans ralentir au XXe siècle : au Japon en 1924 et en Chine en 1929. D’autres fondations sont faites plus tard au Nigeria, au Brésil et au Pérou. En Italie, les sœurs ouvrent une école dans un quartier pauvre de Rome en 1931.

Le 12 février 2005, Dorothy Stang, née aux États-Unis d'Amérique en 1931 et membre de cette congrégation est assassinée au Brésil. Elle y vivait et travaillait depuis 1966.

Formation[modifier | modifier le code]

En 1818, à la demande de Mathias Wolff, Françoise Blin de Bourdon forme à la vie religieuse 6 jeunes filles néerlandaises. Cela donne naissance aux sœurs de Notre-Dame d’Amersfoort qui elle-même donna naissance aux congrégations de Jésus, Marie et Joseph (1840, à Bois-le-Duc ; 1384 religieuses) et de Notre-Dame de Coesfeld (1850, à Coesfeld, en Allemagne). Dans les années 1950 les religieuses forment également deux congrégations africaines de droit diocésain : les sœurs de Saint-Vincent de Paul (à Zèle, au Congo) et les sœurs de Sainte-Marie de Kisantu (Congo).

Plaque de commémoration de la fondation dans la cathédrale d'Amiens

Activités et diffusion[modifier | modifier le code]

Les sœurs se dédient à l'enseignement et sont actives dans les pays de mission.

Elles sont présentes en :

La maison généralice est à Rome.

Au 31 décembre 2005, la congrégation comptait 1781 religieuses réparties dans 628 maisons.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sainte Julie Billiart » (consulté le 3 février 2018)
  2. Charles Clair, La Vénérable Mère Julie Billiart, fondatrice et première supérieure générale de l'institut des sœurs de Notre-Dame à Namur, Tournai, Arthur Savaète, (lire en ligne), p. 68
  3. Vie de la mère Julie Billiart, fondatrice de L'institut des sœurs de Notre Dame de Namur, Tournai, Casterman, (lire en ligne), pp.  95 à 164

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Linscott, Quiet revolution. The educational experience of Blessed Julie Billiart and the sisters of Notre-Dame de Namur, Glasgow, 1966.