José de Acosta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Acosta.
José de Acosta
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de José de Acosta

Naissance
Medina del Campo
Décès
Salamanque
Nationalité Drapeau de l'Empire espagnol Empire espagnol
Activité principale
Missionnaire et naturaliste

José d'Acosta, né vers 1539, mort le 15 février 1600, était un jésuite espagnol du XVIe siècle, missionnaire et naturaliste en Amérique latine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Medina del Campo en Espagne vers 1539, il y devint novice de la Compagnie de Jésus à l'âge de treize ans. Quatre de ses frères avaient déjà rejoint ce même Ordre religieux avant lui. D'abord professeur de théologie à Ocana, il quitte l'Espagne, en avril 1569, pour être envoyé à Lima, au Pérou, où les Jésuites s'étaient établis l'année précédente. À Lima, Acosta occupe à nouveau la chaire de théologie ; sa réputation d'orateur l'avait précédé. En 1571, il se rend à Cuzco en tant que visiteur du collège des Jésuites qui venait d'y être fondé. Il retourne à Lima, trois ans plus tard, pour occuper de nouveau la chaire de théologie.

Comme supérieur provincial des Jésuites - il est nommé en 1576 - Acosta fonde un certain nombre de collèges, dont ceux d'Arequipa, de Potosí, de Chuquisaca, de Panama et de La Paz, malgré la forte opposition du vice-roi, Francisco de Toledo, comte d'Oropesa. Sa charge l'obligeant à sillonner en personne une grande étendue de territoire, il acquiert une connaissance pratique de cette vaste province et de sa population indigène. Il joua un rôle très important au conseil de province de 1582 à Lima.

Appelé en Espagne par le Roi en 1585, il est, à son retour, retenu au Mexique (Nouvelle-Espagne), où il se consacre à rassembler des observations sur ce pays et le peuple des Aztèques. À son retour en Espagne en 1588, il gagna les bonnes grâces de Philippe II en l'entretenant de ce qui concernait le 'Nouveau Monde'. Puis, pour rendre compte de ses travaux dans cette région, il se rend à Rome auprès de son Supérieur Général Claudio Acquaviva, qui l'envoya en Espagne en 1589 avec la charge de visiteur des provinces d'Aragon et d'Andalousie.

En 1594, il est de nouveau à Rome où il occupe la chaire de théologie à l'Université pontificale grégorienne à Rome, puis fut supérieur à Valladolid. Au moment de sa mort, le , il était recteur du collège de Salamanque.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Historia natural y moral
Historia natural y moral

Outre sa publication des procès-verbaux des conseils de province de 1567 et 1583 et de plusieurs travaux d'importance exclusivement théologique, Acosta est surtout connu comme l'auteur de De Natura Novi Orbis, De promulgatione Evangelii apud Barbaros, sive De Procuranda Indorum salute et avant tout, de l'Historia natural y moral de las Indias. Les deux premiers ont paru à Salamanque en 1588, le dernier à Séville en 1590, et ils furent peu après leur publication traduits dans différentes langues. C'est principalement la Historia natural y moral qui établit sa réputation de bon connaisseur anthropologique des peuples d'Amérique du Sud (Incas et Aztèques).

Deux œuvres de José Acosta, De procuranda Indorum salute et la Historia natural y moral de las Indias eurent une influence majeure sur Alonso de Sandoval quand il écrivit, vers 1623, son De instauranda aethiopum salute.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adovasio, J. M. et David Pedler. The Peopling of North America. " North American Archaeology. Blackwell Publishing, 2005. p. 32.
  • Kish, George. (1970). « Acosta, José de ». Dictionary of Scientific Biography 1: 48. New York : Charles Scribner's Sons.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Et divers ouvrages théologiques.

Références[modifier | modifier le code]

Cet article comprend des passages issus de la Catholic Encyclopedia de 1913, texte appartenant au domaine public

  1. Histoire naturelle et morale des Indes tant occidentales qu'orientales composée en castillan par Joseph Acosta ; traduite en français par Robert Regnault Cauxois (1598) disponible sur Gallica