José Cobos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

José Cobos
Image illustrative de l’article José Cobos
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (52 ans)
Lieu Strasbourg
Taille 1,80 m (5 11)
Poste Défenseur
Parcours junior
Années Club
-Drapeau : France RC Strasbourg
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1986-1993Drapeau : France RC Strasbourg 170 (13)
1993-1996Drapeau : France Paris SG 110 0(1)
1996-1998Drapeau : Espagne Espanyol Barcelone 054 0(1)
1998-1999Drapeau : France Toulouse FC 023 0(0)
1999-2005Drapeau : France OGC Nice 191 0(7)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1993Drapeau : France France A'002 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 1er mars 2014

José Cobos est un footballeur français, né le à Strasbourg. Il évolue au poste de défenseur du milieu des années 1980 au milieu des années 2000.

Formé au RC Strasbourg, il joue ensuite au Paris SG avec qui il remporte la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1996, le championnat de France en 1994 ainsi que la Coupe de France et la Coupe de la Ligue en 1995. Après des passages à l'Espanyol de Barcelone et au Toulouse FC, il termine sa carrière de joueur à l'OGC Nice.

Il devient par la suite entraîneur-adjoint à l'OGC Nice pendant deux ans puis, exerce la même fonction auprès de l'équipe du Gabon en 2010. Son frère Vincent est également footballeur professionnel.

Il est élu conseiller municipal de la ville de Nice à la suite des élections municipales de 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Comme son grand frère Vincent Cobos, il est formé au Racing Club de Strasbourg et y a débuté en professionnel à 19 ans, le . Arrière gauche souvent très offensif, il devient un des chouchous du public de la Meinau et sera un des grands artisans de la remontée du club en première division en 1992. Il s'affirme comme un des meilleurs joueurs en France à son poste et son nom est alors souvent évoqué pour l'équipe de France où il sera finalement barré par Bixente Lizarazu.

Son transfert au Paris Saint-Germain en 1993 provoque la colère de l'entraîneur alsacien Gilbert Gress qui avait fait de Cobos un de ses joueurs clés. José Cobos ne parvient pas à s'imposer comme un titulaire indiscutable dans la capitale mais participe tout de même à la période faste du club qui remporte à cette époque le championnat de France et la Coupe des vainqueurs de coupe.

Comme de nombreux autres joueurs français, Cobos choisit alors de partir à l'étranger, en Espagne mais sa carrière est freinée par des blessures. Après un bref passage à Toulouse FC, il atterrit finalement à Nice en deuxième division. Cobos est alors considéré comme un joueur à la carrière déclinante mais sur la Côte d'Azur il va connaître une seconde jeunesse et s'affirmer comme un joueur emblématique de l'OGC Nice. Il est un des piliers de l'équipe lorsque le club obtient sur le terrain le droit de remonter en Ligue 1 et ira en personne défendre le dossier de Nice devant la Ligue pour obtenir que le club joue au plus haut niveau malgré ses difficultés financières.

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Après une carrière bien remplie, il intègre le staff de l'OGC Nice. Une fois passé d'entraîneur adjoint à la cellule de recrutement en janvier 2007, il quitte ses fonctions au sein de l'OGC Nice en octobre 2007 pour des divergences d'opinions. En , José Cobos rejoint l'AS Monaco en tant que coordinateur sportif. Il est remercié le , à l'issue de sa période d'essai, par le nouveau Président, Étienne Franzi[1]. Il est ensuite adjoint de Gernot Rohr, responsable de l'équipe nationale du Gabon.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 2014, il se lance en politique en figurant en 43e position sur la liste conduite par le maire de Nice, Christian Estrosi, pour les élections municipales de 2014[2]. Il est finalement élu conseiller municipal le , à l'issue du deuxième tour, la liste du maire sortant recueillant près de 49 % des voix (soit 52 sièges)[3]. En 2017, il est candidat LR aux législatives, suppléant de la députée sortante Marine Brenier.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En Équipe de France[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]