Johan de Witt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Johan de Witt
Grand Pensionary Johan de Witt.jpg
Johan de Witt en Grand Pensionnaire (1669) par Jan de Baen (Rijksmuseum Amsterdam).
Fonctions
Garde des Sceaux
-
Grand-pensionnaire
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
Groene Zoodje (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Famille
De Witt (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Conjoint
Enfant
Johan de Witt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Andries de Witt (oncle)
Cornelis de Graeff (oncle)
Pieter de Graeff (cousin)
Andries Bicker (en) (beau-père)
Jan Gerritsz. Bicker (en) (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Dir. de thèse

Johan de Witt, en français Jean de Witt, né le à Dordrecht et mort le à La Haye, seigneur de Zuid- en Noord-Linschoten, Snelrewaard, Hekendorp et IJsselvere, est un homme politique de la république des Provinces-Unies, qui a été grand-pensionnaire de 1653 à 1672. Johan de Witt est le plus important représentant de la bourgeoisie hollandaise dans le gouvernement de la république, qu'il dirige de fait pendant une vingtaine d'années.

Il meurt massacré par la foule, ainsi que son frère Cornelis, à la suite de l'invasion des Provinces-Unies par la France en 1672, au début de la guerre de Hollande[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales et formation[modifier | modifier le code]

Johan de Witt naît dans une famille patricienne de la ville de Dordrecht.

Il étudie le droit à l'université de Leyde.

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Mais il s'intéresse aussi aux mathématiques et est l'auteur d'un traité, Elementa curvarum linearum[2] traitant de la génération des sections coniques au moyen de pantographes. Cet ouvrage est publié en annexe de la réédition de la Géométrie de René Descartes dont la deuxième partie de l'édition latine date de 1661 (bien que le texte définitif date de 1659) par un ami de de Witt, Frans van Schooten, professeur de mathématiques à Leyde.

Il s'intéresse aussi au développement du calcul des probabilités. Dès 1670, il publie le premier traité moderne[3] d'évaluation des rentes viagères par l'espérance mathématique (de la valeur actuelle des paiements futurs) sous le titre Waardije van Lyf-renten naer Proportie van Los-renten.

Grand Pensionnaire[modifier | modifier le code]

Une des clés de la réussite politique de De Witt réside dans son étroite collaboration avec son oncle Cornelis de Graeff, un des plus influents régents d'Amsterdam.

En 1653, à seulement 28 ans, il est choisi comme pensionnaire de Hollande (fonction appelée couramment « grand-pensionnaire »), c'est-à-dire porte-parole et secrétaire (de fait : président) des États provinciaux de Hollande.

La première guerre anglo-néerlandaise (1652-1654)[modifier | modifier le code]

Depuis 1652, les Provinces-Unies (qui sont en paix avec l'Espagne depuis 1648) sont en guerre contre l'Angleterre à l'époque où celle-ci est une république dirigée par Cromwell. En 1654, il conclut la paix avec l'Angleterre, qui demande l'exclusion de la famille d'Orange-Nassau du stathoudérat, car depuis le mariage de Guillaume II avec Marie Henriette Stuart, fille de Charles Ier, Cromwell se défie des liens entre les Stuarts et la maison d'Orange.

Grandeur et décadence des frères de Witt, 1675

La deuxième guerre anglo-néerlandaise (1665-1667)[modifier | modifier le code]

Pendant la deuxième guerre anglo-néerlandaise (1665-1667), les Néerlandais bénéficient du grand incendie de Londres de 1666 ainsi que du raid sur la Medway mené par Michiel de Ruyter en 1667.

En tant que grand-pensionnaire, Johan de Witt supervise les négociations menant à la signature du traité de Breda[4] (31 juillet 1667) menées conjointement avec la France, qui a participé, quoique de façon limitée, au conflit. Ce traité prévoit l'assouplissement des dispositions de l'édit de Navigation anglaise ainsi que la conservation des conquêtes effectuées pendant la guerre : les plantations du Suriname passent donc aux Provinces-Unies alors que la Nouvelle-Néerlande revient à l'Angleterre.

Politique intérieure[modifier | modifier le code]

Sur le plan intérieur, il renforce la souveraineté des provinces. En 1667, par l'Édit perpétuel, De Witt et ses partisans (Andries de Graeff, Gaspar Fagel et Gillis Valckenier) abolissent la fonction de stathouder de Hollande et essaient d'influencer d'autres provinces pour faire de même, notamment la Zélande et Utrecht, ce qui revient à diminuer le rôle de la maison d'Orange-Nassau.

En étau entre France et Angleterre (1668-1670)[modifier | modifier le code]

Johan-de-witt.jpg

En 1668, les ambitions évidentes de Louis XIV aux Pays-Bas espagnols, notamment durant la guerre de Dévolution, inquiètent l'opinion publique néerlandaise.

Johan de Witt voit sa politique pro-française s'écrouler face à l'agitation pro-anglaise des Orangistes, qui entraînent dans leur sillage les régents des grandes villes.

Louis XIV est alors persuadé que la Triple alliance entre la Suède, les Provinces-Unies et l'Angleterre, établie pour contrecarrer ses desseins sur les Pays-Bas espagnols, est le fruit de la fourberie de De Witt, ne se sent plus tenu par l’alliance de 1663[réf. nécessaire]. Il cherche alors à créer une coalition contre la république en concluant avec Charles II d'Angleterre un traité secret, le traité de Douvres (1er juin 1670).

La défaite face à la France, l'arrestation et le lynchage (1672)[modifier | modifier le code]

En 1672, « l'année désastreuse », Johan de Witt ne peut empêcher Louis XIV d'envahir les Pays-Bas dans le cadre de la guerre de Hollande.

Accusé d'avoir livré la république à la France et de vouloir faire assassiner le prince Guillaume III d'Orange-Nassau, il est emprisonné avec son frère Cornelis en attente d'un jugement pour haute trahison.

Mais le procès ne peut pas avoir lieu : le , les deux hommes sont massacrés par une foule orangiste qui force les portes de leur cellule, puis mutile sauvagement leurs corps.

Les corps des frères De Witt sur le Groene Zoodje du Lange Vijverberg à La Haye, par Jan de Baen (Rijksmuseum Amsterdam)[5].

Maxime Rovère décrit ainsi la scène[6] :

« On se bouscule pour les voir, on leur arrache leurs vêtements, et à force d’onduler comme un océan en furie, la foule se découvre avide de les toucher, finit par leur ouvrir le ventre, puis se découvre avide de flairer leur sang, avide de s’en mettre sur elle. On parvient à suspendre les cadavres éviscérés au gibet… et on les frappe encore, encore et encore jusqu’à ce qu’ils perdent toute forme… »

La populace qui s'était amassée devant la prison mutila les cadavres des deux frères et leur arracha le cœur. Leurs membres, fraîchement découpés, furent vendus aux enchères[7]. Selon certaines sources, des parties de leurs corps (dont un œil) auraient été mangées par leurs compatriotes[8],[9].

Scandalisé, Baruch Spinoza, proche des deux frères, souhaite afficher dans la rue qui a vu mourir les frères Witt un placard contre leurs assassins : Ultimi Barbarorum (« Les ultimes barbares », c'est-à-dire « les plus barbares d’entre les barbares »[6]), ce dont on le dissuade afin de lui éviter de subir le même sort.

Johan de Witt dans la culture[modifier | modifier le code]

  • Le film Michiel de Ruyter, sorti en France le sous le titre Armada, présente la scène du lynchage des deux frères.

Hommages[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Provinces-Unies sont un État fédéral issu en 1581 de l'insurrection des Pays-Bas contre Philippe II, formé de sept provinces, dont la Hollande est la plus riche et la plus importante. C'est pourquoi le pensionnaire de Hollande est (à l'étranger) appelé « grand-pensionnaire » tandis que les Provinces-Unies y sont souvent appelées « la Hollande ».
  2. Texte rédigé entre 1649 et 1659 ; cf. Grootendorst, Jan de Witt's Elementa Curvarum Linearum, Liber Primus, Springer, 2000.
  3. Sur ce point, cf. l'analyse historique détaillée d'H. Le Bras, Naissance de la mortalité, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », , 384 p. (ISBN 2020406446), II. L'argent et la mort, « 1. Probabilités, annuités et mortalité ».
  4. Cf. Herbert H. Rowen, John de Witt, Statesman of the True Freedom, Cambridge University Press, (réimpr. 2002), « A snarling peace », p. 125-140
  5. Au dos du tableau on trouve la mention manuscrite suivante : « Ce sont les corps de Jan et Cornelis de Witt peints par un peintre de premier plan, d'après nature, le soir à onze heures, encore accrochés sur l'estrapade. Cornelis est celui sans perruque. Jan de Witt a ses propres cheveux. Ceci est la seule peinture d'après nature [d'un tel acte perpétré] le 20 Août 1672 et donc vaut beaucoup d'argent. »
  6. a et b (en) Charles Hadji, « Ultimi barbarorum : la haine, toujours recommencée ? », sur The Conversation, (consulté le )
  7. Site lemonde.fr, article de J. Félix-Faure "Un lynchage vieux de trois siècles", consulté le 18 décembre 2021.
  8. Google Livre "Histoire de la patrie depuis l'époque la plus reculée jusqu'à nos jours l'usage de l'adolescence - Volume 2, page 83" de F. Douchez, 1838.
  9. (en) Is it true that an angry mob of Dutchmen killed and ate their own prime minister in 1672?, par Eugen Byrne, sur Historyextra, BBC World History Magazines.
  10. Site https://www.dumaspere.com/, chapitre IV "Les massacreurs" du roman "La tulipe noire" d'Alexandre Dumas, 1850.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]