Grand-pensionnaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Adriaan Pauw, grand-pensionnaire de Hollande de 1631 à 1636 et de 1651 à 1653.

Le grand-pensionnaire (en néerlandais : raadpensionaris) était le titre officieux du pensionnaire des États de Hollande, c'est-à-dire du secrétaire de l'organe exécutif et législatif de la province de Hollande. Ce sont les Français qui, selon l'étiquette diplomatique de l'époque, y ajoutèrent au XVIIe siècle le préfixe grand, pour souligner la préséance de facto de la fonction hollandaise sur celles des autres provinces néerlandaises.

Organisation constitutionnelle des Provinces-Unies[modifier | modifier le code]

La république des Provinces-Unies est une oligarchie organisée à ses origines autour d'une division entre pouvoir civil et pouvoir militaire. Tout cumul entre ces deux domaines était perçu comme un retour à l'absolutisme supposé de Philippe II d'Espagne. Les pouvoirs étaient donc strictement séparés et pris en charge dans chaque province par deux officiers nommés par les états provinciaux. Le pouvoir civil était assumé par le pensionnaire (raadpensionaris en néerlandais) , qui n'était officiellement que le secrétaire du comité exécutif de l'assemblée, mais qui dominait de fait l'ordre du jour et les débats de l'assemblée entière. Le pouvoir militaire et le maintien de l'ordre public revenaient au stathouder, fonction antérieure à la création de la république : le stathouder était l'héritier des anciens gouverneurs militaires qui assuraient le commandement de l'armée en l'absence du souverain.

Le poids de la province de Hollande dans la république faisait de ses institutions les plus influentes de l'ensemble de la république : le stathouder et le pensionnaire de Hollande dominaient et éclipsaient leurs collègues des autres provinces. C'est pourquoi le pensionnaire de Hollande était désigné comme le « Grand-pensionnaire » par la diplomatie européenne. Il s'agissait d'une pure courtoisie de chancellerie destinée à souligner le poids de ce fonctionnaire. Le titre n'avait en effet aucune existence au sein de la république.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le titre changea durant le XVIIe siècle : Johan van Oldenbarnevelt portait le titre d'Avocat des États de Hollande alors que Johan de Witt portait bel et bien le titre nominatif de pensionnaire des États de Hollande. La Gueldre, par exemple, avait aussi ses pensionnaires, mais comme l'ascendance démographique, économique et fiscale de la Hollande était écrasante, l'influence de ceux-ci ne put égaler celle des Hollandais.

Le Roi Louis XIV écrivait comme formule de politesse à l'attention d'un grand-pensionnaire « Hoog mogende » (en français le plus haut possible). Chose curieuse, une plaque en pierre de récupération d'origine inconnue portant cette mention est apposée dans les briques d'un château classé de la province d'Anvers en Belgique[réf. nécessaire].

Évolution de la fonction[modifier | modifier le code]

Les menaces militaires incessantes contre les Provinces-Unies pousseront fréquemment les bourgeois à accorder aux stathouders des pouvoirs exceptionnels en temps de guerre, reléguant le pouvoir civil du grand-pensionnaire au second rang, d'où une rivalité entre les deux fonctions.

Sous la République batave, en 1806 le grand-pensionnaire est le chef du gouvernement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]