MC Jin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jin (rappeur))
Aller à : navigation, rechercher
MC Jin
Description de cette image, également commentée ci-après

Jin

Informations générales
Surnom Jin, Jin tha MC, 100 Grand Jin, The Emcee
Nom de naissance Jin Au-Yeung
Naissance (33 ans)
Miami, Floride, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, acteur
Genre musical Hip-hop, rap East Coast
Années actives Depuis 1997
Labels Ruff Ryders/Virgin, Crafty Plugz/Draft Records, Imperial, Universal Music Group, Catch Adventures, The Great Company
Site officiel mcjin.com/

MC Jin, de son vrai nom Jin Au-Yeung, né le à Miami en Floride, est un rappeur et acteur américain d'origine chinoise[1],[2],[3], appartenant au groupe Ruff Ryders.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jin Au-Yeung est né le 4 juin 1982, à Miami en Floride, d'immigrés chinois et de descendances hakka[4],[5]. Il grandit et est scolarisé à Miami où ses parents tiennent un restaurant chinois. Étudiant au John F. Kennedy Middle School de North Miami Beach, Jin participe à plusieurs battles avec ses pairs[6]. Après la fin de ses études en 2000, Jin décide de passe à autre chose[7] et de s'installer avec sa famille dans le Queens à New York, en 2001[6].

Freestyle Friday (2001)[modifier | modifier le code]

Au-Yeung se lance dans des freestyles et dans la vente de mixtapes dans la rue, dans des clubs de hip-hop et à d'autres endroits possibles. Lors d'une battle dans la rue, il est repéré par Kamel Pratt qui devient son manager et lance Crafty Plugz Entertainment. Il se popularise en participant à l'émission 106 and Park sur la chaîne américaine BET, plus particulièrement au segment Freestyle Friday. Il remporte sept battles consécutives, et accède au Freestyle Friday Hall of Fame[8].

Ruff Ryders (2002–2005)[modifier | modifier le code]

Après le Hall of Fame, Jin annonce sa signature au label Ruff Ryders. Son premier single sous Ruff Ryders s'intitule Learn Chinese. Il reprend la chanson Blind Man Can See It de James Brown (également samplé par Das EFX). Le second single extrait de l'album devait être I Got a Love en featuring avec Kanye West, mais ce sera finalement Senorita. L'album est originellement programmé pour l'été 2003, mais reporté pour plus d'un an par le label. En octobre 2004, Jin publie son premier album, The Rest Is History, qui atteint la 54e place du Billboard 200[9]. Les deux singles, Learn Chinese et Senorita, n'atteignent pas un énorme succès. Néanmoins, le clip de son titre Learn Chinese est le premier diffusé sur MTV Chi.

Après Ruff Ryders (2005–2008)[modifier | modifier le code]

Le 23 avril 2005, Jin et le rappeur Serius Jones s'engagent dans une battle. La battle est incluse dans le DVD Fight Klub[10]. Le 18 mai 2005, Jin révèle avoir mis sa carrière musicale en suspend dans le but d'explorer d'autres possibilités. Au final, il publie une chanson intitulée I Quit, produit par Golden Child. Cette annonce est incomprise par l'ensemble du public et marque la fin de Jin. Cependant, il revient plus tard sous un différent nom, The Emcee, et joue sur plusieurs chansons comme Dear Summer de Jay-Z. Il publie ensuite son single Top 5 (Dead or Alive) dans lequel il explore l'histoire des plus grands rappeurs. Avec le label indépendant CraftyPlugz/Draft Records, Jin publie son second album, The Emcee's Properganda, le 25 octobre 2005. Jin participe également à l'album Heroes of Earth de Leehom Wang. Ensemble, ils jouent Heroes of the Earth sur scène à Shanghai le 16 février 2006 dans un événement organisé par l'A&R Andrew Ballen. Ballen est le premier à faire jouer Jin dans son pays natal en 2003 à sa tournée The Rest is History[11].

Jin publie deux albums en 2006. Le premier, 100 Grand Jin, est une mixtape/album publiée le 29 août 2006. Le single extrait de l'album, FYI, possède son clip vidéo. Le second album au label et troisième album de Jin, s'intitule I Promise. Jin annonce travailler sur un nouvel album intitulé Birthdays, Funerals and Things in Between. Il publie une première chanson intitulée Open Letter to Obama le 24 avril 2007, qui deviendra l'une des huit chansons préférées du président américain sur MySpace[12]. Le 16 avril 2007, Jin publie une chanson dédiée au victimes du massacre de Virginia Tech intitulée Rain, Rain Go Away[13]. Plus tard la même année, Jin annonce un album en ligne en novembre 2006, I Promise ; il est publié le 23 octobre 2007[14].

Hong Kong (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

Jin collabore avec le rappeur malaisien Point Blanc pour la chanson One Day publiée en 2008[15],[16]. En 2008, Jin part pour Hong Kong d'abord pour trois mois afin de faire la promotion de son nouvel album ABC. L'album est écrit et enregistré aux États-Unis en 2006. Il publie son single Welcome to the Light Club sur Myspace[17]. Jin se dit chrétien et baptisé dans sa chanson Welcome to the Light Club[18]. Il participe à Millionaire de Far East Movement. Il participe à une chanson, World Premier produit par DJ Premier. Il collabore également avec le producteur Trendsetter (alias Mark Holiday).

Jin publie un album avec son ami Hanjin Tan en 2010. Le 10 juillet 2010, Jin collabore avec le chanteur Hanjin Tan (chinois : 陳奐仁) pour un autre album en chinois intitulé 買一送一[19]. En décembre 2010, Jin se joint à Donald Tsang pour un clip vidéo de Noël intitulé Rap Now, 2010. La vidéo atteint plus de neuf millions de vues sur YouTube[20],[21].

En fin 2013, Jin signe un contrat avec le label The Great Company. Il y publie une première chanson, Hypocrite (The Gold Chapter). Le 21 décembre 2013, Jin publie son premier EP sous ce label, intitulé Hypocrite. Le 21 octobre 2014, il publie son premier album au label, intitulé XIV:LIX[22]. L'album fait participer Teesa, Hollis, Stacie Bollman, Tim Be Told, Bére et Storm.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 2004 : The Rest Is History
  • 2005 : The Emcee's Properganda
  • 2006 : 100 Grand Jin
  • 2006 : I Promise
  • 2007 : I Promise
  • 2007 : ABC

Singles[modifier | modifier le code]

  • Learn Chinese featuring Wyclef Jean (2003)
  • Senorita (2004)
  • Top 5(Dead or Alive) (octobre 2005)
  • FYI featuring YungMAC (2006)

Singles non parus sur album[modifier | modifier le code]

  • Hater Hater (2006)
  • Backpack Backpack (2006)
  • So Sick (remix) - Ne-Yo featuring Jin (2006)
  • Fuck Jay-Z (2006)
  • Come Closer - Juggy D featuring Jin (2005)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Jin – Bio » (version du 25 septembre 2010 sur l'Internet Archive)
  2. (en) The Changing Face of Cantopop: MC Jin. Time Out Hong Kong, 19 juillet 2011, (consulté le 25 novembre 2011).
  3. (en) MC Jin – 立立乱 MV. Asian Hip Hop Times, 25 septembre 2011, (consulté le 25 novembre 2011).
  4. Wing-Sze Lee, « MC Jin, re-branded », South China Morning Post,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Jason Birchmeierv, « Jin – Overview », AllMusic (consulté le 23 mars 2009).
  6. a et b Ta-Nehisi Coates, « Just Another Quick-Witted, Egg-Roll-Joke-Making, Insult-Hurling Chinese-American Rapper », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  7. (en) Chang, Jeff. « Look at me: Chinese American rapper Jin attacks invisibility » (version du 22 octobre 2004 sur l'Internet Archive). San Francisco Bay Guardian, 26 octobre 2004, (consulté le 25 novembre 2011).
  8. (en) Kim, Kevin, Y. Repping Chinatown. ColorLines. 2004–2005. vol. 7, no. 4, (consulté le 22 mai 2014).
  9. (en) « Artist Chart History – Jin », sur Billboard (consulté le 28 décembre 2010).
  10. (en) Jin The Emcee : Rap, Hip-Hop Interview. Riotsound.com, (consulté le 25 novembre 2011).
  11. « MC Jin in Shanghai » (version du 24 novembre 2011 sur l'Internet Archive)
  12. (en) Staff writer. Jin Explains Barack Obama Tribute. XXL, 26 avril 2007, (consulté le 21 septembre 2015).
  13. « Rain, Rain Go Away » (version du 8 mars 2008 sur l'Internet Archive). theemcee.com, (consulté le 20 septembre 2011).
  14. (en) Jin Re-Issues, 2006 Internet Album To Stores. BallerStatus, 23 octobre 2007), (consulté le 20 septembre 2011).
  15. (en) Going into rap-tures. The Sun (Malaisie). 17 décembre 2010, (consulté le 25 septembre 2015).
  16. « Projects » (version du 5 mai 2010 sur l'Internet Archive) Materealize, (consulté le 25 septembre 2015).
  17. (en) Battle rapper Jin finds the Light. Rapzilla. 29 août 2009, (consulté le 25 septembre 2015).
  18. (en) Isha "Ice" Cole, « Jin The MC Becomes Christian Rapper », AllHipHop,‎ (consulté le 25 novembre 2011).
  19. (en) Gonzalez, Miguel, Jr., 1er septembre 2010, Chinese-American Rapper MC Jin Discovers God, Cantonese. Wall Street Journal, (consulté le 25 septembre 2015).
  20. (en) « 曾荫权拍MV贺新年活力四射 手舞足蹈唱Rap »,‎ (consulté le 17 septembre 2011).
  21. (en) Kane Wu (25 février 2011). "Donald Tsang: you've got a message". China Daily (HK Edition), p. 4, (consulté le 25 septembre 2015).
  22. (en) Martin, Asia, 5 novembre 2014. Album Review: MC Jin Track-By-Track Review of XIV: LIX. Pop-Break, (consulté le 25 septembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]