Jerome Charyn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jerome Charyn
Description de l'image JEROME_LS_BW.jpg.
Naissance (81 ans)
Bronx, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

  • Darlin' Bill

Jerome Charyn, né le dans le Bronx à New York (États-Unis), est un romancier américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auteur d'une cinquantaine d'œuvres (romans, romans policiers, nouvelles, bandes dessinées en collaboration, essais biographiques, textes autobiographiques, ouvrages sur la culture américaine, ouvrages sur New York…), Charyn s’est bâti au fil du temps la réputation d’un écrivain prolifique et imaginatif. Michael Chabon le décrit comme étant « l’un des plus importants écrivains de la littérature américaine ». Le New York Newsday dépeint Charyn comme « un Balzac américain contemporain » et le Los Angeles Times le décrit comme étant « d’entre tous les écrivains américains, absolument unique ».

Charyn est né en 1937, d'un père d'origine polonaise et d'une mère d'origine biélorusse ayant tous les deux émigré aux États-Unis dans les années 1920s. Son enfance se déroule dans les quartiers pauvres du Bronx, et Charyn grandit sous la protection de son frère aîné, Harvey, qui deviendra plus tard inspecteur de police à la brigade criminelle de Manhattan et lui servira de guide pour pénétrer le monde du crime new-yorkais qu'il placera au cœur de ses romans policiers.

il fait des études de littérature comparée à l'université de Columbia, à New York, et en sort diplômé avec mention. Il publie ses premières nouvelles dans des magazines dès 1963, et son premier roman en 1964 tout en occupant divers postes d'enseignant dans des universités américaines parmi les plus prestigieuses (City University of New York, Stanford ou Princeton notamment). En 1971, il publie Eisenhower, my Eisenhower, son septième roman dont il a souvent dit qu'il lui a permis de trouver sa voix. Mais c'est en 1974 qu'il connaît un succès public avec la publication de Blue Eyes, son premier roman policier: si le commissaire Isaac Sidel n'y occupe encore qu'un rôle secondaire, les onze volumes qui suivront développeront le personnage au fil d'une saga qui établit Charyn comme l'un des maîtres du genre. On dit qu'il fut le dernier auteur publié par Marcel Duhamel dans la "Série Noire" de Gallimard. Sa popularité en France l'a conduit à y passer plusieurs mois par an pendant des années: enseignant le cinéma à The American University in Paris jusqu'en 2009, il a tenu une chronique dans Libération. Le Magazine pendant quelque temps.

Son œuvre protéiforme inclut des romans policiers mais aussi des romans historiques, des romans autobiographiques, de nombreux ouvrages sur l'histoire de New York (dont il est considéré comme l'un des spécialistes) ou sur la culture américaine (le cinéma, les gangsters…), plusieurs bandes dessinées écrites en collaboration avec des dessinateurs souvent européens, des essais biographiques et des textes autobiographiques dans lesquels il réinvente son enfance et sa jeunesse dans le Bronx.

Au fil de sa carrière, Charyn a été récipiendaire de nombreuses distinctions : pour son roman Darlin' Bill, publié en 1981, il reçoit par exemple le prix Rosenthal de l'Académie américaine des arts et des lettres. En 1986, il partage avec François Boucq le prix de la meilleure bande dessinée décerné par le Festival d'Angoulême pour La Femme du magicien[1], la première de leurs collaborations. En 1996, il est fait officier des Arts et des Lettres par le ministre français de la Culture Philippe Douste-Blazy. Il vit aujourd'hui à New York.

Son personnage Isaac Sidel, héros de plusieurs romans policiers, apparaît dans Des chrétiens et des Maures de Daniel Pennac, un bref roman qui fait se croiser l'univers de Sidel et celui de la famille Malaussène. Charyn répondra à ce crossover par un autre récit court intitulé Appelez-moi Malaussène, publié dans Le Monde en 1996..

Passionné par le baseball (il a consacré un essai biographique à Joe DiMaggio), Charyn est est également un très bon joueur de tennis de table, un sport dont il raconte l'histoire avec passion dans Ping-pong (Sizzling Chops and Devilish Spins).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

Romans policiers[modifier | modifier le code]

  1. Saga Isaac Sidel:
  • Zyeux bleus ((en) Blue eyes, 1973)
  • Marilyn la dingue ((en) Marilyn the wild, 1974)
  • Kermesse à Manhattan ((en) The education of Patrick Silver, 1976)
  • Isaac le mystérieux, Balland, 1981 (Secret Isaac, 1978), trad. Daniel Mauroc (première traduction française: Le Ver et le solitaire, Balland 1979).

Ces quatre titres constituent ce que l'on appelle The Isaac quartet (La tétralogie de Isaac) bien que le personnage se retrouve dans bien d'autres livres.

  • Un bon flic ((en) The Good Policeman, 1992), trad. Marc Chénetier
  • Les Filles de Maria ((en) Maria's Girls, 1992), trad. Marc Chénetier
  • L'Homme de Montezuma ((en) Montezuma's Man, 1993), trad. Marc Chénetier
  • Rue du petit ange ((en) Little Angel Street, 1994), trad. Marc Chénetier
  • El Bronx ((en) El Bronx, 1997), trad. Marc Chénetier
  • Citizen Sidel ((en) Citizen Sidel, 1999), trad. Marc Chénetier
  • Appelez-moi Malaussène ((en) Call Me Malaussene, 2000), trad. Marc Chénetier
  • Sous l'œil de Dieu ((en) Under the Eye of God, 2012), trad. Marc Chénetier
  • (en) Winter Warning, Pegasus Books, 2017
  1. Autres:
  • Frog ((en) Paradise Man, 1987), trad. Marc Chénetier
  • Elseneur ((en) Elsinore, 1991), trad. Marc Chénetier
  • Mort d'un roi du tango ((en) Death of a Tango King, 1998), trad. Marc Chénetier

Romans[modifier | modifier le code]

  • Il était une fois un Droshky[2] ((en) Once upon a Droshky, 1964)
  • (en) On the Darkening Green, 1965
  • (en) Going to Jerusalem, 1967
  • (en) American Scrapbook, 1969
  • Eisenhower, mon Eisenhower (Eisenhower, my Eisenhower, 1971), trad. de Daniel Mauroc, Balland 1981 (première traduction française: Cul bleu)
  • (en) The Tar Baby, 1973
  • Le Marin blanc du président ((en) The Franklin Scare, 1977)
  • (en) The Seventh Babe, 1979
  • Poisson-chat, Seuil, 1982 ((en) The Catfish Man. À Conjured Life, 1980), trad. Daniel Mauroc
  • Darling Bill, Seuil, 1983 ((en) Darlin' Bill. À love story of the Wild West, 1980), trad. Daniel Mauroc
  • Arnold, le geek de New York, 1980 (en collaboration avec Michel Martens, paru en feuilleton dans Libération)
  • Panna Maria ((en) Panna Maria, 1982)
  • Le Nez de Pinocchio ((en) Pinocchio's Nose, 1983), trad. Marc Chénetier
  • Cris de guerre avenue C ((en) War cries over Avenue C, 1985), trad. Marc Chénetier
  • Une petite histoire de guerre ((en) Back to Bataan, 1993)
  • (en) The crimelover's case book, 1996
  • Capitaine Kidd ((en) Captain Kidd, 1999), trad. Marc Chénetier
  • (en) Hurricane Lady, 2001
  • La Lanterne verte ((en) The Green Lantern: A Romance of Stalinist Russia, 2004), trad. Marc Chénetier
  • Johnny Bel-Œil : Un conte de la Révolution américaine ((en) Johnny One-Eye: A Tale of the American Revolution, 2008)
  • La Vie secrète d’Emily Dickinson ((en) The Secret Life of Emily Dickinson, 2010), trad. Marc Chénetier
  • Jerzy Kosinski ((en) Jerzy Kosinski, 2011)
  • Moi, Abraham ((en) I Am Abraham: A Novel of Lincoln and the Civil War, 2014)

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • L'Homme qui rajeunissait, 1993 ((en) The Man Who Grew Younger and Other Stories, 1967)
  • Bronx amer: Treize nouvelles, 2014 ((en) Bitter Bronx: Thirteen Stories, 2015), trad. Marc Chénetier

Bandes dessinées ou textes illustrés[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Ouvrages sur la culture américaine[modifier | modifier le code]

  • Metropolis ((en) Metropolis, 1986)
  • Movieland ((en) Movieland, 1989)
  • Du ventre de la bête : New York, illustrations de François Boucq, 1993
  • Ping-pong ((en) Sizzling Chops and Devilish Spins, 2001), trad. Marc Chénetier
  • C'était Broadway ((en) Gangsters and Gold Diggers. Old New York, the Jazz Age, and the Birth of Broadway, 2003)
  • New York aquarelles, illustrations de Fabrice Moireau, 2005

Ouvrages autobiographiques[modifier | modifier le code]

  • La Belle Ténébreuse de Biélorussie ((en) The Dark Lady from Belorusse, 1997), trad. Marc Chénetier
  • Le Cygne noir ((en) The Black Swan, 2000), trad. Marc Chénetier
  • Bronx Boy ((en) Bronx Boy: A Memoir, 2002), trad. Marc Chénetier

Ces trois volumes constituent des récits d'enfance largement fictionnalisés.

Essais biographiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Hemingway : Portrait de l'artiste en guerrier blessé, coll. « Découvertes Gallimard/Littératures » (no 371), 1999
  • Sténo sauvage - La vie et la mort d'Isaac Babel, 2007 ((en) Savage Shorthand: The Life And Death Of Isaac Babel, 2005)
  • Tarantino, 2009 ((en) Raised by Wolves: The Turbulent Art and Times of Quentin Tarantino, 2006)
  • Marilyn : La Dernière Déesse, coll. « Découvertes Gallimard/Arts » (no 517]]), 2007 ((en) Marilyn: The Last Goddess, 2008)
  • (en) Joe DiMaggio: The Long Vigil, 2012

Autres documents[modifier | modifier le code]

  • Charyn le mysterieux un film de Christophe Derouet (1999) produit par La huit et Sunday Morning

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mattéo Sallaud, « BD : au festival d’Angoulême, le prix du meilleur album prend du poids chaque année », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  2. Pierre Lebedel, « Jerome Charyn », La Croix,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Bosser, « Boucq, Charyn : la fusion de deux univers », dans DBD n°88, .
  • Stéphane Jarno, « « Little Tulip » , de Boucq et Charyn : Que reste-t-il de leurs amours ? », Télérama,‎
  • Sophie Vallas, Jerome Charyn et les siens. Autofictions, Presses Universitaires de Provence, 2013.
  • Sophie Vallas (ed.), Conversations with Jerome Charyn, The University Press of Mississippi, 2014 (a collection of 13 interviews published between 1992 and 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]