Jean Mauricheau-Beaupré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaupré.
Jean Mauricheau-Beaupré
Naissance
Marseille
Décès (à 76 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la France France
Activité principale
Autres activités
Conjoint
Klara Maria Grathwohl
Descendants
Anne

Jean Mauricheau-Beaupré, né le à Marseille et mort , appartient au monde du renseignement. Dit JMB, dit Fontaine dans la Résistance, dit Monsieur Jean et Mathurin chez les mercenaires du Biafra, il est souvent présenté comme l'« archétype de la barbouze française »[1]. Il est le fils de l'historien d'art et conservateur de musée Charles Mauricheau-Beaupré.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Marseille, Jean Mauricheau-Beaupré, élevé au sein même du château de Versailles et très introduit dans le milieu des beaux-arts grâce à son père, s'engage, après des études de journalisme, dans la France libre en juin 1943, en Algérie. D'abord affilié au réseau Kléber, il devient chef de groupe du réseau Alliance rattaché au SR Air (Groupe Maurice 5) qui opère dans le sud-est de la France (littoral méditerranéen de Marseille à la frontière italienne) et termine la guerre avec le grade de sergent parachutiste affecté aux FAFL. Fervent gaulliste (il est apparenté à la famille du général) et membre du RPF, il entre ensuite à la DGER, organe de renseignement qui deviendra le SDECE en 1946 où il intègre le service "Action". Habitant à l'époque dans les combles du Louvre, il donnait tous ses rendez-vous aux Tuileries. Journaliste en parallèle à Paris Match, il est nommé en 1957 rédacteur en chef du Courrier de la colère, organe du mouvement gaulliste créé par Michel Debré, pour lequel il écrira de nombreux articles de manière anonyme. Après l'arrivée du général de Gaulle au pouvoir, il entre officieusement au cabinet du premier ministre avant de rejoindre les réseaux africains de Jacques Foccart et d'œuvrer, en tant que chargé de mission au secrétaire général pour la Communauté (de décembre 1959 à juin 1974) au rapprochement de la France avec le président congolais Fulbert Youlou (1961-août 1963), puis avec d'autres chefs d'État tels que Tshombé, Félix Houphouët-Boigny, etc. pour lesquels cet homme de l'ombre au caractère exalté mène de nombreuses opérations "spéciales".

De son bureau d'Abidjan, il joue un rôle non négligeable dans la guerre du Biafra (1967-1970) : il considère, avec les milieux chrétiens dont il est proche, que ce conflit est d'abord religieux et soutient l'ethnie des Ibos en leur envoyant en masse des mercenaires (dont Bob Denard) et des armes. Vingt ans plus tard, il sera l'un de ceux qui équiperont les milices de Charles Taylor avant qu'elles n'envahissent le Liberia. « Maniaque du secret »[2], « barbouze en chef des réseaux Foccart »[3], Jean Mauricheau-Beaupré, pilier de la Françafrique, est considéré comme une illustration exemplaire de la politique africaine française des années 1960 et 1970.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (21e division).

Marié à Klara (Claire) Maria Grathwohl (née le 21 février 1920) avec qui a eu une fille, Anne (Mme Jean-Jack Tissier).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Bat (Paris I Panthéon – Sorbonne) et Pascal Geneste (Archives nationales), Jean Mauricheau-Beaupré : de Fontaine à Mathurin, JMB au service du Général, Revue Relations internationales - Presses universitaires de France, no 142, 2010, 140 p. (ISBN 9782130580140)
  2. Roger Faligot et Pascal Krop, La piscine : Les services secrets français (1944-1984), Le Seuil, , 426 p. (ISBN 978-2020087438)
  3. Pierre-Michel Durand, L'Afrique et les relations franco-américaines des années soixante : Aux origines de l'obsession américaine, L'Harmattan, , 556 p. (ISBN 978-2296046054)

Lien externe[modifier | modifier le code]