Jean Konan Banny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant ivoirien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique ivoirien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Banny.
Jean Konan Banny
Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Jean Konan Banny
Naissance (87 ans)
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Nationalité Ivoirienne
Profession
Famille
François Konan Banny (père)
Charles Konan Banny (frère)
Firmin Brou (demi-frère)

Jean Konan Banny fils de François Konan Banny, frère aîné de l’intendant-général François Konan Banny, frère aîné de Charles Konan Banny, demi-frère de l'ex-conseiller spécial de la primature Firmin Brou, est un homme politique ivoirien membre du PDCI né le . Ministre de la Défense dans les années 1960, il fut un politicien proche de Félix Houphouët-Boigny après l'indépendance. En 1963, il est arrêté dans le cadre du complot du chat noir sous l'ordre de son ami Houphouët-Boigny avec 95 autres inculpés, dont Ernest Boka (mort sans explication), le ministre de la Justice Germain Coffi Gadeau, celui de l'Information Amadou Thiam, le vice-Premier ministre Jean-Baptiste Mockey. Il est jugé par la Cour de sûreté de l'État de Yamoussoukro et condamné à mort comme cinq autres inculpés, puis gracié et libéré en 1967 (en 1990, Houphouët-Boigny reconnaitra que cette histoire était un complot politique inventé).

Il fut ministre résident du district autonome de Yamoussoukro (selon une formule officielle).

Aujourd'hui il est membre du Conseil des sages du PDCI (qui comprend une centaine de vétérans). Il dirige également la Société fruitière du Bandama (une unité industrielle qui produit et exporte du jus de fruits, principalement d'ananas).

Voir aussi[modifier | modifier le code]