Cocody

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cocody
Blason de Cocody
Héraldique
Cocody
Hotel communal de Cocody
Administration
Pays Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Région District autonome d'Abidjan
Département Abidjan
Maire Jean-Marc Yacé
Démographie
Population 447 055 hab. (2014[1])
Densité 3 387 hab./km2
Géographie
Coordonnées 5° 21′ 23″ nord, 3° 58′ 57″ ouest
Superficie 13 200 ha = 132 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire
Voir sur la carte administrative de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Cocody
Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire
Voir sur la carte topographique de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Cocody
Cocody dans le district d'Abidjan

Cocody est une commune du département d'Abidjan située dans Abidjan nord. Commune résidentielle dont certains quartiers ont conservé des maisons construites dans un style dit «colonial», elle est la commune des classes les plus aisées de la société ivoirienne. Beaucoup d'expatriés occidentaux y résident.

Le maire de Cocody est Jean-Marc Yacé depuis le .

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Cocody, déformation de Cocoly, est née d’un petit village qui était situé à l’emplacement du stade Géo-André, actuel stade Félix-Houphouët-Boigny. Le village était habité par les autochtones Ébriés autrefois appelés «Tchamans», qui étaient répartis en onze fratries regroupées en six groupes ou «goto» dont les Bidjans, les Djédo, les Gnagon, les Kowês et les Noutoua. Cocody est l’un des tout premiers villages d’Abidjan. C’est à la suite d'une bagarre entre les «Tchamans» que sept villages se sont constitués. Blockauss, autrefois appelé Anokouaté, servait d’intermédiaire entre certains villages en litige.

Cocody s’étend petit à petit vers Blockauss à la faveur de l’essor économique de 1905, jusque sur les sites actuels de la Polyclinique Sainte-Anne-Marie. En 1929, les sites de la savonnerie Blohorn l’entraînent au pied de l’hôtel Ivoire non loin du village de Blockauss.

L'expansion de Cocody se poursuit lorsqu'Abidjan est érigée en capitale en 1934.

En 1960, Cocody réalise ses premières constructions. Ce sont les 160 logements, dans le souci de loger tous les agents de l’État. 29 ans plus tard, Cocody voit la naissance du nouveau quartier appelé Angré.

Le [2], Cocody est érigée en commune avec l’élection d’un maire par les conseillers municipaux. Dès lors, quatre villages faisant autrefois partie de la sous-préfecture de Bingerville sont rattachés à la commune: Anono, M’pouto, M’badon et Akouédo. Arsène Usher Assouan est le premier maire de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

Cocody Danga[modifier | modifier le code]

«Danga» vient de «Daka» («rejeté», «exclus» en tchaman), du nom du village situé au bord de la lagune, dans le sud du quartier actuel, où on exilait les criminels en l'absence de prison[3].

Le village de Daka, initialement au bord de la lagune, a été détruit en 1854 par la maison de commerce Régis à la suite de l'attaque d'une de ses chaloupes par les habitants[3]. La fuite des habitants de Daka dans la brousse après les représailles des Français aboutit à la naissance du village d'Anono[3].

Blokosso[modifier | modifier le code]

Le quartier Blockauss ou Blokosso doit son nom au fort français, le «blockhaus», à l'ombre duquel se trouvait une maison de commerce fortifiée (factorie) appartenant à la maison Régis[4]. Celle-ci achetait directement aux Tchamans de l'huile de palme et de l'or.

Angré-Château[modifier | modifier le code]

A Angré 8e Tranche se trouve un marché vivrier sur le modèle du marché gouro d'Adjamé, le marché COCOVICO créé en 2008[5].

Deux-Plateaux[modifier | modifier le code]

Le quartier Deux-Plateaux est également une zone résidentielle très prisée, mais tend à devenir une zone commerciale, particulièrement sécurisée, avec notamment son quartier "le Vallon" où les terrains sont parmi les plus chers de la commune[6].

D’autres quartiers ont été aménagés pour accueillir de nouveaux résidents fortunés : Beverly-Hills, Palmeraie-Extension, Angré-7e-Tranche, 8e-Tranche…[7]

Autres quartiers[modifier | modifier le code]

  • Riviera 2
  • Cocody-Ambassades
  • M'pouto
  • Sicogi-Espérance

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Hôtel communal de Cocody (Abidjan)
  • L'Hôtel Ivoire, aujourd'hui Sofitel Ivoire, premier et unique cinq-étoiles du pays, entièrement rénové en 2011[7], et qui fut pendant longtemps le seul d'Afrique à disposer d'une patinoire[8].
  • L'immense marché couvert permettait de trouver, sur deux étages, une grande variété de ce que l'artisanat de l'Afrique de l'Ouest peut produire, mais celui-ci a été victime d'un grave incendie en 2007. Il n'a pas encore été réhabilité à ce jour.

Éducation[modifier | modifier le code]

Le premier lycée de Cocody a été inauguré en 1954.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune compte un club de football évoluant en championnat de Côte d'Ivoire de football D3, l'ASC Cocody.

Maires[modifier | modifier le code]

Personnalités remarquables[modifier | modifier le code]

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://news.abidjan.net/h/518921.html Résultats RGPH 2014: la Côte d’Ivoire compte 23 millions d’habitants
  2. I- 1- Le milieu général : La Commune de Cocody - MemoireOnline.com
  3. a b et c Kouiti, « Connaissez vous l'histoire de Cocody Danga? - Opera News », sur ci.opera.news (consulté le )
  4. Pierre Trichet, « Victor Régis, l'armateur marseillais qui voulait une mission catholique à Ouidah. Pour les 150 ans de l'arrivée au Dahomey de la Société des Missions Africaines », Histoire et missions chrétiennes, no 18,‎ , p. 149-181 (lire en ligne)
  5. « Les Amazones des marchés Gouro », sur ivorianfood, (consulté le )
  6. Weblogy, « immo.ci - Biens Immobilier en côte d'ivoire, annonces des particuliers, professionnels et agences immobilières à Abidjan, Grand-Bassam, bouaké, daloa et toutes les autres villes du pays », sur www.immo.ci (consulté le )
  7. a b c d et e « Côte d’Ivoire : Cocody la coquette – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  8. L'Hôtel Ivoire n'est plus le seul à être équipé d'une patinoire en Afrique. Il en existe maintenant à Nairobi au Kenya, à Rabat au Maroc et au Cap en Afrique du Sud
  9. Site des anciennes élèves du Lycée Sainte-Marie

Liens externes[modifier | modifier le code]