Jean-Pierre Bernès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jean-Pierre Bernés
Jean-Pierre Bernès
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Jean-Pierre Bernès, né le 10 février 1957 à Marseille, est un ancien dirigeant français de football et actuel agent de joueurs. Il opéra à l'Olympique de Marseille à l'occasion de l'affaire VA-OM.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence en 1978[1], il arrive à l'OM le 1er octobre 1981 en tant que salarié, après avoir participé bénévolement à la sauvegarde du club. Il a d'abord travaillé avec Claude Cuny (ex-patron de l'AS Nancy Lorraine), avant d'œuvrer sous les ordres de Bernard Tapie. Il a été inculpé dans l'affaire OM-VA. Il a écrit un livre, Je dis tout, sur sa période à l'OM. Il est révoqué du club en 1993 et est condamné à deux ans de prison en 1995.

Il est également radié à vie par la FFF en 1994, sanction annulée en 1996 par la FIFA.

Devenu agent, il s'associe avec Alain Migliaccio, son ami et agent numéro 1 de l'époque. Ils s'occupent ensemble notamment de Ribéry, Nasri et Ménez. Bruno Heiderscheid, l'agent de Ribéry de 2005 à 2007, estime que le duo a débauché son joueur, avec l'aide de Zidane, ce que le code de déontologie de la FIFA interdit. Il engage une action devant le tribunal arbitral du sport mais est débouté, le tribunal estimant que Heiderscheid ne pouvait lui-même pas être agent du fait de son casier judiciaire[2].

Jean-Pierre Bernès est l'agent de plusieurs joueurs de football tels que Alou Diarra, Jérémy Ménez, Adil Rami, Jérémy Mathieu, Jimmy Briand, Samir Nasri, Franck Ribéry, Nabil Fekir, Mathieu Valbuena ainsi que d'entraineurs de renom comme Didier Deschamps, Laurent Blanc, Christophe Galtier. Il est l'un des mieux rémunérés de France[3].

En date du 21 juin 2009, Jean-Claude Dassier, ancien président de l'Olympique de Marseille, tente de le convaincre de le rejoindre afin de gérer le recrutement du club phocéen. José Anigo, le directeur sportif en poste, s'y oppose : Anigo conditionne, en effet, sa collaboration avec le nouveau président au renoncement par ce dernier à l'arrivée de Bernès à l'Olympique de Marseille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-Pierre Bernès, retour au ballon » sur LibéMarseille,
  2. Laurent Telò et Benjamin Danet, « Migliaccio : l'ombre des lumières », L'Équipe magazine, vol. 1366,‎ , p. 34-45 (lire en ligne)
  3. France24.com Jean-Pierre Bernès, le paria devenu agent millionnaire 25 aout 2011