Jean-Marie Gleize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gleize.
Jean-Marie Gleize
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Marie Gleize, né à Paris le , est un écrivain et poète français.

Éléments biographiques et travaux[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ancien élève de École normale supérieure de Saint-Cloud, Jean-Marie Gleize est professeur de lettres à l'université d'Aix-en-Provence, puis à la section littéraire de l'École normale supérieure de Lyon, où il a dirigé le Centre d’études poétiques (1999-2009)[1].

Proposant le concept de simplification lyrique en 1987, son travail de critique l'amène à penser, dans les années 1990, la nudité et la littéralité comme des concepts d'analyse poétique et artistique. Il les met en pratique dans son écriture littéraire à partir de Léman, en 1990, premier ouvrage d'un cycle encore en cours. Cherchant à faire une poésie réaliste tout en reconnaissant l'impossibilité d'un résultat purement objectif, son écriture, fragmentaire, s'attache à divers dispositifs incluant les notes, l'inclusion de textes hétérogènes, la citation intertextuelle allant jusqu'à l'appropriation, les références cinématographiques et la photographie.

Outre ses différentes publications, il assure la direction de la revue Nioques qu'il a créée en 1990 et dans laquelle sont tentées diverses expériences d'écriture réaliste, dans la continuité des avant-gardes historiques des années 1960-70.

Certains de ses textes ont été illustrés et édités en livres de bibliophilie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Francis Ponge, Larousse, 1981
  • Donnant lieu, Lettre de casse, 1982
  • La Nuit des dons, Ecbolade, 1983
  • Poésie et figuration, Seuil, coll. « Pierres vives », 1983
  • Comme envers Dieu, Æncrages, 1984
  • Puritas impuritatis, Ecbolade, 1984
  • Instances, Collodion, 1985
  • De chant, Ecbolade, 1985
  • Game over, La Main Courante, 1986
  • Simplification lyrique, Seghers, 1987
  • Commencé par un mot, entre, La Sétérée, 1987
  • Pièces : les mots et les choses, Belin, 1988
  • Couleur bord de fleuve, La Sétérée, 1988
  • Francis Ponge, Seuil, coll. « Les Contemporains », 1988
  • Le temps n’existe pas, Æncrages, 1989
  • Léman, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1990
  • Circonstances, La Tuilerie tropicale, 1991
  • A noir. Poésie et littéralité, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1992
  • Rimbaud Comme, Hachette, 1993
  • Tout doit disparaître, Collodion, 1993 (ISBN 2-906701-24-6)
  • Ils sortent, La Main Courante, 1994
  • Le Théâtre du poème : Vers Anne-Marie Albiach, Belin, 1995
  • Le Principe de nudité intégrale, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1995
  • La Poésie : textes critiques, XIVe – XXe siècle, réunis par J.-M. Gleize, Larousse, coll. « Textes essentiels », Paris, 1995 (ISBN 2-03-741020-4)
  • La nudité gagne, Al Dante, 1996
  • Naître encore, avec Franck Fontaine, Al Dante, 1997
  • Altitude zéro, Java, 1998
  • Les Chiens noirs de la prose, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1999
  • Non, Al Dante, collection Niok, 2000
  • Quelque chose contraint quelqu’un, Al Dante, 2000
  • Néon, actes et légendes[2], Seuil, 2004
  • D'où vient la lumière ?, avec Bernard Plossu et Patrick Sainton, Images en manœuvre, 2004
  • Film à venir, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2007
  • Tarnac, Éditions Contre-pied, 2009
  • Sorties, Questions théoriques, coll. « Forbidden Beach », 2009
  • Tarnac, un acte préparatoire, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2011
  • « Opacité critique », dans Toi aussi tu as des armes - Poésie et politique, ouvrage collectif, Paris, La Fabrique éditions, 2012, 202 p. (ISBN 978-2-35872-025-0)
  • La Sainte-Victoire de loin en proche, avec Olivier Domerg (écrivain poète, éditeur), Sarah Kérynia (poète), Eric Bourret (photographe), Brigitte Palaggi (photographe), Patrick Sainton (plasticien) et Véronique Vassiliou, Éditions contre-Pied / Autres & Pareils, T.35-36, 2012 (ISBN 978-2-9162-5238-4)
  • Le Livre des cabanes, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2015
  • Writing the Real: A Bilingual Anthology of Contemporary French Poetry, Enitharmon Press, 2016

Textes illustrés[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'ENS de Lyon.
  2. Gleize met en série des morts dont celle de Gilles Tautin, « poussé dans la Seine le lundi 10 juin 1968 ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Wall-Romana, « Is 'Postpoetry' Still Poetry? Jean-Marie Gleize's Dispositif-Writing », Forum for Modern Language Studies, 47,4 (2011), 442-453

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]