Jean-Marie Bachelot de La Pylaie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bachelot.
Jean-Marie Bachelot de La Pylaie
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Fougères (France)
Décès
Marseille (France)
Nationalité française
Champs botanique
Institutions Muséum d'histoire naturelle de Paris

Auguste-Jean-Marie, baron Bachelot de La Pylaie est un botaniste, explorateur, dessinateur, minéralogiste, ethnologue et archéologue français, né le à Fougères et mort le à Marseille.

Sa curiosité et son ouverture d'esprit peu communes l'ont poussé à mener une activité scientifique à la fois intense et très variée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à Laval, puis à Paris, au Muséum national d'histoire naturelle où il est l'élève de Georges Cuvier (1769-1832) et de Henri-Marie Ducrotay de Blainville (1777-1850).

Il est un grand voyageur, principalement à travers la France mais aussi en Afrique et en Amérique et séjourne notamment deux fois dans les îles de Saint-Pierre-et-Miquelon. Les collections qu'il en rapporte sont au Muséum d'histoire naturelle de Paris.

En 1816, il est à bord de la frégate Cybèle, et observe la baie Saint-Georges durant une tournée d’inspection de trois mois à Terre-Neuve et à Saint-Pierre-et-Miquelon. Entre 1816 et 1819, il est le premier collecteur connu d'espèces locales à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Après un séjour d'herborisation sur Belle-Île, il passe le mois de décembre et de sur les îles d'Hoëdic puis de Houat. En janvier, les conditions climatiques hivernales ne lui permettent plus de s'adonner à sa passion, la collecte des algues. Au lieu de retourner sur le continent comme il l'avait initialement prévu, il s'attarde dans les îles, sympathise avec les habitants et entreprend de décrire leur vie, leurs activités, et l'histoire naturelle de leur environnement. Il est alors surnommé le "père-goémon".

Il est également l’auteur des diverses études archéologiques sur la Bretagne. En 1843, il parcourt le Finistère pour y dresser une liste des monuments "antiques", décrivant par exemple un Noël à Brasparts[1] ou la rudesse de l'auberge de Sainte-Marie-du-Ménez-Hom.

Ses biographes, confrontés à une longue période improductive de sa vie scientifique, s’interrogèrent sur une éventuelle condamnation au bagne après 1830[2], et surtout sur les motifs de cette condamnation éventuelle : une affaite de mœurs pour certains[3],[4] ; qui se basent sur des témoignages oraux transmis entre savants : une raison politique pour le colonel Gillot. Bachelot, dont les idées politiques semblent avoir fluctué[5] a très clairement exprimé des opinions républicaines, au moins une fois, dans un document sur l’enseignement[6]. Mais la date de cette profession de foi (1848) peut donner à penser à une forme d’opportunisme, et des idées républicaines en 1830, si elles justifiaient une surveillance policière, ne justifiaient pas une condamnation au bagne.

La mention du nom de Bachelot de la Pilaye dans le registre des pédérastes de la Préfecture de police de Paris[7] appelait des recherches en vue de confirmer les témoignages oraux recueillis par l’un de ses biographes. Si l’affaire qui valut le départ de Bachelot de l’île d’Yeu vers 1830 n’a pas été éclaircie, les archives du Puy-de-Dôme conservent les minutes d’un procès de Bachelot de la Pilaye en date du 23 septembres 1852 qui confirment les goûts du naturaliste pour les adolescents. Bachelot qui séjournait en Auvergne a commis des actes tombant sous le coup des articles 330 et 334 du Code pénal, qui lui valurent une condamnation à 8 mois d’emprisonnement et à 200 francs d’amende par le Tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Châteaulin au milieu du XIXe siècle (gravure de Jean-Marie Bachelot de la Pylaie)
  • Voyage à l'île de Terre-Neuve. 1820.
  • Études cryptogamiques, ou Monographies de divers genres de mousses, précédées d'une Notice sur les environs de Fougères, et d'un essai sur la classification des mousses. Paris, 1815.
  • Notice sur l'île de Terre-Neuve et les Îles Voisines. Mémoire de la Société Linnénne de Paris, 1825.
  • Flore de Terre-Neuve et des îles Saint-Pierre et Miclon. Paris, A.-F. Didot, 1829 mais celle-ci ne sera pas achevée, seul le premier tome paraissant disponible sur Gallica.
  • Précis géologique sur le bassin de calcaire tertiaire des environs de Dinan. Dinan, 1834.
  • Éclipse de soleil observée à Nantes, le 15 mai 1836. Nantes, imprimerie de Hérault.
  • Recherches et découvertes archéologiques faites depuis Nantes jusqu'à l'embouchure de la Loire. 1836. Nantes, imprimerie de Hérault.
  • Études archéologiques mêlées d'observations et de notices diverses. Bruxelles, Deprez-Parent 1848
  • Nécessité dans l'intérêt de la France et du peuple, de composer pour les écoles un nouveau livre de lecture. Schneider, Paris, 1848.
  • Études archéologiques et géographiques  ; reprint de l'édition de 1850, société archéologique du Finistère à Quimper 1970.
  • Notice sur l'ancienne église de Notre-Dame-Garde-Fortune et des Périls, aujourd'hui dite de Prisce. A. Goupil, Laval, 1891.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://ville-brasparts.forum-actif.net/t333-un-noel-a-brasparts-en-1843
  2. Maurice Honoré, « Question », L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux,‎ , p. 44
  3. Dr Marcel Baudoin, Un grand Fougerais, préhistorien de la première heure : Bachelot de la Pilaie (1786-1856), Imp. P. Saffray, 31 p.
  4. Ch. Broyer, « Bachelot de la Pylaie naturaliste et archéologue (1786-1856) », Bulletin de la Société des Naturalistes et des Archéologues de l’Ain.,‎ 1938.
  5. Alfred Jamaux, « Bachelot de la Pylaie en politique », Bulletin et mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie du pays de Fougères., no 46,‎ , p. 178-206.
  6. Bachelot de la Pylaie, « Nécessité dans l'intérêt de la France et du peuple, de composer pour les écoles un nouveau livre de lecture. », Bulletin de la Société pour l'instruction élémentaire.,‎
  7. Collectif, Le Registre infamant., Paris, Quintes-feuilles, , 538 p. (ISBN 978-2-9532885-6-8)
  8. Jean-Claude Féray, Bachelot de la Pylaie in Le Registre infamant, Paris, Quintes-feuilles, , 538 p. (ISBN 978-2-9532885-6-8), p. 178-206.

Bach.Pyl. est l’abréviation botanique standard de Jean-Marie Bachelot de La Pylaie.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI