Ouverture d'esprit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'ouverture d'esprit désigne la sensibilité à de nouvelles idées.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'ouverture d'esprit est en lien avec « la manière dont les personnes abordent les opinions et les connaissances des autres et intègrent l'idée que d'autres devraient être libres d'exprimer leurs opinions et que la valeur de leurs connaissances devrait être reconnu »[1],[2]. Il existe différentes échelles pour mesurer l'ouverture d'esprit[3]. Le fait que l'école devrait mettre l'accent sur l'ouverture d'esprit préférentiellement au relativisme dans son enseignement scientifique, la communauté scientifique n'utilisant pas une manière relativiste de penser, a été débattu[4].

L'ouverture d'esprit est généralement considérée comme un attribut personnel important pour une participation efficace dans une équipe de direction et d'autres groupes[5].

Selon What Makes Your Brain Happy and Why You Should Do the Opposite, l'étroitesse d'esprit, ou une réticence à considérer de nouvelles idées, peut résulter sur l'aversion naturelle du cerveau pour l'ambiguïté. Selon cette vision, le cerveau possède un rapport du type « recherche et destruction » avec l'ambiguïté et des signes de contradiction dans les différentes croyances actuelles tendent à le placer dans une position inconfortable en introduisant ainsi l'ambiguïté[6]. Une recherche confirme que les personnes fermées d'esprit sont moins tolérantes à la dissonance cognitive[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dean Tjosvold et Margaret Poon, « Dealing with scarce resources: openminded interaction for resolving budget conflicts », Group & Organization Management, vol. 23, no 3,‎ , p. 237–58 (DOI 10.1177/1059601198233003).
  2. Traduction de « the way in which people approach the views and knowledge of others, and incorporate the beliefs that others should be free to express their views and that the value of others’ knowledge should be recognized », (en) Rebecca Mitchell et Stephen Nicholas, « Knowledge Creation in Groups: The Value of Cognitive Diversity, Transactive Memory and Open-mindedness Norms », University of Sydney, Australia,‎ (lire en ligne).
  3. (en) Haiman, Franklyn S., « A revised scale for the measurement of open‐mindedness », Speech Monographs, vol. 31, no 2,‎ , p. 97–102 (DOI 10.1080/03637756409375396, lire en ligne)
  4. (en) Patricia Harding, William Hare et Hare, « Portraying Science Accurately in Classrooms: Emphasizing Open-Mindedness Rather Than Relativism », Journal of Research in Science Teaching, vol. 37, no 3,‎ , p. 225–236 (DOI 10.1002/(SICI)1098-2736(200003)37:3<225::AID-TEA1>3.0.CO;2-G).
  5. (en) Hambrick, Donald C., « The Top Management Team: Key to Strategic Success », Strategy Research Center, Graduate School of Business, Columbia University, vol. 30, no 1,‎ , p. 88–108 (JSTOR 41165268).
  6. (en) David DiSalvo, What Makes Your Brain Happy and Why You Should Do the Opposite, Prometheus Books, (ISBN 1616144831).
  7. (en) Hunt Jr., Martin F. et Miller, Gerald R., « Open- and closed-mindedness, belief-discrepant communication behvior, and tolerance for cognitive inconsistency », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 8, no 1,‎ , p. 35–37 (PMID 5638020, DOI 10.1037/h0021238, lire en ligne).