Jean-Luc Maréchal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Luc Maréchal
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
École Boulle (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jean-Luc Maréchal, né le à Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), est un graveur-médailleur français. Ancien maître graveur à la Monnaie de Paris, il est l'auteur de nombreuses pièces de monnaie et médailles, dont la pièce de 10 francs Génie de la Bastille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Formé à l'école Boulle de 1962 à 1966, Jean-Luc Maréchal est l'élève de Pierre Mignot (professeur d'atelier de gravure en modelé de 1963 à 1991)[1]. À la fin de sa formation, diplôme en poche, il sort major de promotion (promotion 1962)[2].

Afin de parfaire ses connaissances, il travaille dans différentes entreprises avant de s'associer, en 1972, avec Georges Bergevin (ancien élève de l'école Boulle) comme artisan-graveur jusqu'en 1977[3].

Entrée à la Monnaie de Paris[modifier | modifier le code]

En prévision d’une présentation de ses travaux à une exposition sur les Arts du métal, Jean-Luc Maréchal prit rendez vous avec Pierre Dehaye, président de la Société d’encouragement des métiers d’art (SEMA)[4]. Le rendez-vous eut lieu dans son bureau de directeur de la Monnaie de Paris, car il avait la double fonction.

À l’issue de cette entrevue, Pierre Dehaye lui annonça qu'Émile Rousseau, graveur général des monnaies, souhaitait le rencontrer, car celui-ci cherchait des graveurs pour l’atelier dont il avait la charge. Jean-Luc Maréchal se présenta au rendez-vous par politesse, sans donner suite à sa demande.[réf. souhaitée]

Ce n’est que quelques mois plus tard qu’il est revenu sur son refus, et dès lors, il entama une préparation méthodique afin de passer et réussir le difficile concours d’entrée. Sur les neuf candidats… il fut reçu premier.[réf. souhaitée]

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1977, il arrive à la Monnaie de Paris. Il y finit sa carrière en 2006 comme maître graveur. Pendant cette période, il créa la pièce de 10 francs Génie de la Bastille[5] qui fut la dernière pièce gravée en taille directe, avec la pièce de 20 francs Mont-Saint-Michel.

Travail au sein de la Monnaie de Paris[modifier | modifier le code]

  • Médaille : Hôpital Esquirol (1980)
  • Médaille : Andrés Bello (1981)
  • 10 francs Génie de la Liberté (1988)[3],
  • Monnaie commémorative : Champollion (1988)
  • Série commémorative : Trésors du Nil (1988)
  • Monnaie commémorative : Gaspard Monge (1988)
  • Médaille : Institut du monde arabe (1997)
  • Monnaie commémorative : Louis Braille (1999)
  • Monnaie commémorative : Soufflot (2000)
  • Série commémorative : Histoire de l'Europe par son architecture (2000)
  • Monnaie commémorative : Art moderne (2000)
  • Monnaie commémorative du 250e anniversaire de la naissance de Mozart (2006)

Galerie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

International Coin Design Competition 2001[modifier | modifier le code]

Au mois d’, nouvellement nommé maître graveur, Jean-Luc Maréchal se retrouvait avec la fonction de chef de service de la gravure par intérim[réf. nécessaire]. La Monnaie du Japon organisait un concours international de création de monnaie, l’International Coin Design Competition (ICDC), concours ouvert à des créateurs du monde entier, sur un sujet libre[6]. Il y participe avec le graveur Nicolas Cozon et reçoivent le titre honorifique de Lauréat de l’ICDC Most Excellent Work[7].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Amoureux de la Roumanie, pays qu'il visita 31 fois, il a édité une nouvelle intitulée Roumanie si proche et si lointaine, qui reçut en 1993 le prix Charles Antonin de la Fédération française de cyclotourisme[8]. Il fut animateur du jumelage entre Savigny-le-Temple et Comarnic[9].

À la retraite depuis 2006[10], il contribue à faire connaître son métier à travers des salons numismatiques[11] et au sein de la Fédération française des associations numismatiques (FFAN)[12] en expliquant les différentes étapes de la création d'une médaille ou d'une monnaie grâce à ses dessins[13] et commentaires compréhensibles par le grand public.

Jean-Luc Maréchal est par ailleurs passionné d'histoire locale, passion qu'il met en mouvement en tant que membre du Centre d’études clunisiennes[14] dans la ville de Cluny, dans laquelle il réside. Bénévole dans l'association La Maison des Dragons, il fit gagner à cette dernière l'une des récompenses en jeu dans l'émission culturelle de France 2 Sauvons nos trésors[15],[16]. Il fut l'architecte du rapprochement entre l'association La Maison des Dragons et Villages-en-vie[17]. Il est enfin l'animateur des Secrets de maison à Cluny, œuvrant pour la restauration et le partage de l'histoire de maisons remarquables à Cluny[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pierre Mignot, un personnage, mon maître pour l’apprentissage de la gravure et de la vie. Profession : professeur d’atelier de gravure en modelé à l’école Boulle de 1963 à 1991. », (consulté le 27 juillet 2019)
  2. « Listes des anciens élèves et promotions de l’école Boulle depuis sa création en 1886 », sur Nicolas Salagnac - Graveur médailleur (consulté le 4 octobre 2019)
  3. a et b « Jean Luc Maréchal et le groupe Facebook « Les inconnus de la Numimatique » », sur Numismag, (consulté le 3 octobre 2019).
  4. Viaduc des arts 23 et avenue Daumesnil 75012 Paris 12 France, « Société d'encouragement aux métiers d'art, Sema | Centre national des arts plastiques », sur www.cnap.fr, (consulté le 27 juillet 2019)
  5. Arrêté du 9 mars 1988 fixant les caractéristiques de la nouvelle pièce de 10 F (lire en ligne)
  6. « International Coin Design Competition : Japan Mint », sur www.mint.go.jp (consulté le 27 juillet 2019)
  7. (en) « The Designs for the International Coin Design Competition from 2000 to 2005 », sur www.mint.go.jp (consulté le 4 octobre 2019)
  8. Jean-Luc Maréchal & co-auteurs, Le Guidon et la Plume : Dix récits de voyages à vélo, vol. 1, F.F.C.T., , 111 p. (ASIN B07TWR1B4L, lire en ligne)
  9. Jean-Luc Maréchal & co-auteurs, Les feuilles de Savigny : Mensuel d'informations locales de Savigny-le-Temple, N°271, Mairie de Savigny-le-Temple, , 24 p. (lire en ligne), p. 4,5
  10. « Départ à la retraite de Jean-Luc Maréchal », sur Club Photo de la Monnaie de Paris (consulté le 3 octobre 2019)
  11. « Aucamville. Le salon numismatique prend de la valeur », sur ladepeche.fr (consulté le 27 juillet 2019)
  12. « Numis-Expo 2018 : Aucamville au Tableau d'Honneur ! », sur ffan.eu (consulté le 27 juillet 2019)
  13. « L'établi du graveur », sur ffan.eu (consulté le 27 juillet 2019)
  14. « Explorer le Cluny médiéval », sur Le journal de Saône et Loire (consulté le 3 octobre 2019)
  15. « Sauvons nos trésors France 2 - La Maison des Dragons », sur France 2 (consulté le 3 octobre 2019)
  16. « Sauvons nos trésors : quels sont les 3 vainqueurs de la soirée ? », sur Télé 7 Jours (consulté le 3 octobre 2019)
  17. « Villages-en-vie et la Fondation de la maison des dragons unis », sur Le journal de Saône et Loire (consulté le 3 octobre 2019)
  18. « Association Secrets de maison à Cluny / Jean-Luc Maréchal », sur France 3 Bourgogne (consulté le 3 octobre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Théret, Le franc : Les monnaies, les archives, Paris, Les Chevau-légers, , 1126 p. (ISBN 978-2-37909-000-4), p. 25 à 31, p. 970 à 972, p. 1010 et p. 1049.

Liens externes[modifier | modifier le code]