Jean-Louis Théobald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Louis Théobald
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Jean-Louis Théobald, dit Taverny, alias Jean-Jacques Terrier, né le à Besançon et mort le à Paris, est un résistant et un diplomate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant en médecine devenu agent de liaison de Daniel Cordier auprès de Charles Delestraint, Théobald est envoyé à Paris afin de préparer l'implantation de la délégation de Jean Moulin en zone Nord (fin mars 1943).

Les autres agents de la délégation de Paris sont Daniel Cordier Bip-W, Laure Diebold Mado, Hugues Limonti Germain, Georges Archimbaud, Louis Rapp. Ils sont rejoints par Claire Chevrillon et Jacqueline Pery d'Alincourt.

Joseph Van Dievort Léopold et Suzanne Olivier Dominique Lebon font la navette Paris-Lyon tous les jours.

Le , en compagnie de Joseph Gastaldo, Théobald est arrêté, non loin du métro Rue de la Pompe, sous l'identité de Terrier, étudiant. Gastaldo et Théobald avaient rendez-vous avec le général Delestraint.

Le , Archimbaud, Rapp et Jacqueline d'Alincourt sont arrêtés à Paris en même temps que Laurent Girard monté de Lyon.

Emprisonné à Fresnes, Théobald subit 18 interrogatoires. En janvier 1944, il s'évade pendant le transport de déportation et gagne l'Afrique du Nord via la France et l'Espagne. Incorporé au 1er régiment de fusiliers marins (1re division française libre), il se bat en Italie.

Débarqué en Provence, Théobald participe à la libération de Toulon, Lyon, Belfort.

Ayant servi en Indochine et en Algérie, le capitaine de vaisseau Théobald intègre l'administration de la France d'Outre-mer. Il termine sa carrière dans le corps diplomatique, aux États-Unis et en Allemagne.

Il a épousé la comédienne Michèle André et a deux enfants.

Il meurt le , à l’âge de 89 ans à l’hôpital du Val-de-Grâce à Paris[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Décès du résistant Jean-Louis Théobald », sur lefigaro.fr,

Bibliographie[modifier | modifier le code]