Joseph Gastaldo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph Gastaldo
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de

Joseph Gastaldo dit Galibier, alias Garin, né le à Moûtiers (Savoie) et mort le à Besançon, fut un dirigeant de la Résistance française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cavalier, Gastaldo est au front le et termine la guerre avec une citation. De 1927 à 1931, il est en Syrie où il découvre sa vocation, le renseignement. À l'école de guerre, il fait la connaissance d'Henri Frenay. Parlant couramment allemand et tchèque, il est en poste à Prague en 1938.

En 1940, le capitaine Gastaldo commande un groupement tchèque qu'il réussit à faire embarquer pour la Grande-Bretagne. Lui-même passe en zone Sud, dans l'armée de l'armistice. À Saint-Affrique, il organise une filière d'évasion. Muté à Bourg-en-Bresse comme chef du 2e bureau de l'état-major de la 7e région militaire, il prend contact avec Frenay à Lyon (novembre 1942). Bientôt, il est chef du 2e bureau de l'état-major de l'Armée secrète.

Le , Gastaldo (sous la fausse identité de Garin, professeur) et un agent de liaison de Daniel Cordier, Jean-Louis Théobald dit Jean-Jacques Terrier, sont arrêtés non loin du métro La Pompe où ils avaient rendez-vous avec Charles Delestraint. Tous sont emprisonnés à Fresnes.

Le , Gastaldo, Delestraint et Émile Schwarzfeld sont déportés. Mis au camp du Struthof, Gastaldo est transporté à la prison de Brieg (Brzeg) en Pologne puis au KL Gross-Rosen. Le , il saute du train en pays sudète pendant un transport vers Flossenburg. Marchant de nuit, il est repris, battu, et mis au camp de Reichenau où il est libéré par les armées alliées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]