Jean-Jules Allasseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Jules Allasseur
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Jean-Jules AllasseurVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Jules Allasseur, né à Paris le [1], où il est mort le [2], est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sépulture de Jean-Jules Allasseur, Paris, cimetière de Montmartre.

Jean-Jules Allasseur est fils de Pierre Allasseur, natif de Noisy le Sec, et de Julie Simonnot[2]. Il est l'élève de David d'Angers[3] à École des beaux-arts de Paris. Il produit des portraits sculptés, des allégories et des sculptures décoratives et architecturales, commandes officielles du Second Empire. Il est décoré de la Légion d'honneur en 1867. Jean-Jules Allasseur est inhumé à Paris au cimetière de Montmartre (14e division)[4], quartier où se trouvait son atelier[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dossier de la Légion d'honneur. cette date est confirmée par l'acte de naissance du sculpteur dans les registres de l'état-civil reconstitué de la ville de Paris.
  2. a et b Acte de décès no 1356 (vue 9/31) de Jean-Jules Allasseur du registre des décès de l'année 1903 coté 18D 197 du 18e arrondissement de Paris. L'acte a été rédigé le 24 mars 1903, et il est mort le 23 mars 1903 à 84 ans (en ligne sur le site web des archives de Paris).
  3. Il collabora en 1858 avec Armand Toussaint à la restauration de La Jeune grecque de David d'Anger, avant que ce dernier ne revienne de Grèce en 1866 (Ekaterini Kepetzis, Bemerkungen zu David d’Angers als Republikaner und Philhellene, note 43 ((de) en ligne).
  4. Cimetière de Montmartre.
  5. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Paris, Roussard, 1999.
  6. "Les 86 statues des hommes illustres"
  7. Noted with approval by Émile Zola in his review of the Salon (on-line text).
  8. plate F/21/*7658
  9. Cette statue est inspirée de l'Aphrodite de Cnide de Praxitèle, ou Aphrodite Braschi, conservée à la Glyptothèque de Munich.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :