Jean-Ernest Odend'hal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Officier général francais 4 etoiles.svg Jean-Ernest Odend'hal
Naissance
Brest (France)
Décès (à 72 ans)
Bohars (France)
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Grade Vice-amiral d'escadre
Années de service 1903 – 1943
Commandement Sans-Souci
Enseigne Roux (en)
Division de la Manche et de la mer du Nord
Tourville
Mission navale française à Londres
Conflits Troisième guerre du Maroc
Première Guerre mondiale
Guerre du Rif
Distinctions Grand-officier de la Légion d'honneur
Autres fonctions Chef d'état-major de l'inspecteur général des forces maritimes du Midi
Centre des hautes études navale

Jean-Ernest Odend'hal (Brest, - Bohars, ) est un officier de marine français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre à l'École navale en et en sort aspirant de 1re classe en . Il sert alors en Extrême-Orient sur le croiseur Pascal puis sur le cuirassé Redoutable.

Enseigne de vaisseau (), il embarque sur le contre-torpilleur Bombarde (en) en escadre du Nord et prend part en 1907 aux évènements sur les côtes du Maroc. Second du contre-torpilleur Fauconneau (en) en escadre de l'Atlantique (1909) puis en escadre du Nord sur le Branlebas (en), il devient en 1910 officier de manœuvre et instructeur sur le navire-école de pilotage de la flotte Chamois. En , il obtient un témoignage de satisfaction.

Officier d'ordonnance de l'amiral de Marolles sur le Saint-Louis (1912), il est nommé lieutenant de vaisseau en octobre puis aide de camp de l'amiral Favereau sur la Gloire (1913). En 1914, il commande le torpilleur 236 à Cherbourg puis est envoyé au 2e bureau de l’État-major général avec la charge des défenses des fronts de mer et de l'armement des bâtiments réquisitionnés.

En 1916, il sert à la division des bases du corps expéditionnaire d'Orient, commande l'aviso Sans-Souci à la division des patrouilles de l'Océan et devient en , aide de camp et chef de son secrétariat, de l'amiral de Bon. Étienne Taillemite écrit à son sujet : « Dans ces fonctions très difficiles, il se révéla comme un officier d'état-major exceptionnel et rendit les plus grands services au moment de la conférence de la paix »[1].

Capitaine de corvette (), chef du 2e bureau en escadre de Méditerranée orientale sur le cuirassé Provence, il prend part, en 1922, aux côtés de l'amiral de Bon à la conférence navale de Washington.

Capitaine de frégate (), commandant du torpilleur Enseigne Roux (en) à la division de la Manche et de la mer du Nord, il devient en 1923 chef d'état-major de l'inspecteur général des forces maritimes du Midi (de Bon) puis chef d'état-major de l'amiral Docteur, commandant de la division de la Manche et de la mer du Nord (1924).

En 1925, il commande le Marocain et la 6e escadrille de torpilleurs détachée au Maroc et prend part aux opérations déclenchées par la guerre du Rif. Il devient en 1928 élève de l’École de guerre navale et du Centre des hautes études navales et est nommé capitaine de vaisseau en août de la même année. Il est alors détaché auprès du rapporteur du budget de la marine du Sénat.

Commandant du croiseur Tourville (1929), il effectue à son bord un tour du monde et est nommé à son retour chef du cabinet militaire du ministre de la Marine. Promu contre-amiral en , il enseigne au Centre des hautes études navales et devient en , chef du cabinet militaire du ministre de la Marine François Piétri. En , il commande la 2e escadre légère dans l'Atlantique avec pavillon sur le croiseur Émile Bertin puis, en , l’École de guerre navale et le Centre des hautes études navales.

Vice-amiral (), il est nommé en chef de la mission navale française à Londres. Vice-amiral d'escadre (), il préside en la Commission supérieure des récompenses de guerre accordée à la marine marchande puis prend sa retraite en .

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Légion d'honneur : chevalier (), officier (), commandeur () et Grand-officier ()[2]
  • Médaille du mérite maritime (Officier en 1936)
  • Médaille coloniale
  • Médaille commémorative du Maroc
  • Médaille commémorative des Dardanelles
  • Distinguished Service Cross

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]