Le Redoutable (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Le Redoutable.

Le Redoutable
Image illustrative de l’article Le Redoutable (cuirassé)
Le Redoutable au port militaire de Brest en 1882
Type Cuirassé à coque en fer
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Lorient
Quille posée août 1873
Lancement septembre 1876
Armé décembre 1878
Statut Retiré en 1910
Équipage
Commandant Mallarmé (1896-1897)
Dieulouard (1889-1991)
Équipage 705 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 100,7 m
Maître-bau 19,8 m
Tirant d'eau 7,8 m
Déplacement 9 400 tonnes[1]
Propulsion machine à vapeur (8 chaudières)
Puissance 6.200 cv
Vitesse 14,7 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 228 mm
Kiosque = 350 mm
Armement 8 canons de 274 mm
6 canons de 138 mm
4 tubes lance-torpilles 140 mm
Aéronefs aucun

Le Redoutable est un cuirassé de la Marine française construit à partir de 1873 et lancé en 1876. C'est le premier navire de guerre mis en chantier par la Troisième République[2].

Contexte du projet[modifier | modifier le code]

En 1871, l'ingénieur du génie maritime Louis de Bussy propose au ministre les plans de navires cuirassés en acier, qui se substitue au fer. Différentes épaisseurs d'acier sont prévues suivant les spécifications, ce qui diminue le tirant d'eau. Les plans acceptés, les cinq années qui suivent donnent naissance à un nouveau type de navire, au nombre desquels on trouve la Dévastation, le Courbet et les trois exemplaires de chacune des classes Tonnerre et Tempête[3].

Conception[modifier | modifier le code]

Conçu avec une batterie centrale d'artillerie au lieu des traditionnelles bordées, il fut le premier navire au monde à utiliser l'acier comme matériau principal[réf. nécessaire]. Comparé au fer, l'acier possède une plus grande force structurelle pour un poids inférieur et la France était alors le premier pays à en fabriquer industriellement. Le procédé Martin-Siemens adopté par Schneider au Creusot permettait de produire un matériau utilisable dans la construction navale[2]. Sur Le Redoutable, le bordé extérieur restait toutefois en fer forgé, en raison de ses formes compliquées, des défauts que présentaient les plaques d'acier et des incertitudes concernant le comportement du nouveau matériau face à l'eau de mer[4]. Des navires de guerre entièrement en acier sont apparus plus tard, avec l'Iris et le Mercure (en), construits par la Royal Navy à partir de 1875-1876.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Redoutable était présent pendant la négociation du traité du avec la Chine.

Le Redoutable a été démoli à Toulon en 1913.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jordan et Caresse 2017, p. 15.
  2. a et b (en) Lawrence Sondhaus, Naval Warfare, 1815-1914, Routledge, , 272 p. (ISBN 9781134609949, lire en ligne), p. 117
  3. Étienne Tréfeu, 1888, p. 671.
  4. Michel Mollat, Marins et océans, vol. III, Economica, , 224 p. (ISBN 9782717823912, lire en ligne), p. 159

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]