Jean-Baptiste-François Pitra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean-Baptiste-François Pitra
Image illustrative de l’article Jean-Baptiste-François Pitra
Le cardinal Pitra en 1871.
Biographie
Naissance
Champforgeuil Drapeau de la France France
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Ordination sacerdotale
Décès
Rome Drapeau de l'Italie Italie
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par Pie IX[eg41 1]
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Tommaso in Parione
Cardinal-prêtre de S. Callisto
Cardinal-évêque de Frascati
Cardinal-évêque de Porto e Santa Rufina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale [eg41 1]
Fonctions épiscopales Camerlingue du Sacré Collège
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-Baptiste-François Pitra (Son Éminence le cardinal Pitra), né à Champforgeuil le 1er août 1812 et mort le à Rome, est un cardinal de l'Église catholique romaine et théologien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Scolarisé à Cuisery en 1823, il étudie au petit et grand séminaire d'Autun (actuel lycée militaire d'Autun) où il enseigne l'histoire. Il est ordonné prêtre en 1836. Il intègre l'ordre de Saint-Benoît dans l'abbaye Saint-Pierre de Solesmes le [eg41 1]. Il fait de nombreux voyages d'études en Belgique, Pays-Bas, Suisse, Angleterre, Allemagne. Il est collaborateur de l'abbé Migne.

En 1859 sur ordre du pape, il part pour la Russie étudier la liturgie et les canons de l'Église orientale. Il est créé cardinal-prêtre le par le pape Pie IX[eg41 1], puis cardinal-évêque le [eg41 1], ensuite nommé bibliothécaire de la bibliothèque du Vatican en 1869[eg41 1]. En 1879, il est évêque de Frascati puis archevêque de Porto e Santa Rufina en 1884. Il est le traducteur du Pectorius d'Autun, consistant en sept fragments de marbre comportant une inscription en grec qui furent trouvés en 1839[1] ; il fit paraître cette traduction en 1852 dans son ouvrage en latin Spicilegium Solesmense.

De par sa culture hellénistique, sa politique épiscopale prônait des relations plus étroites avec l'Église d'Orient, il fut peu suivi et obtint plus l'écoute de Léon XIII.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Analecta sacra spicilegio solesmensi parata, 1876
  • (la) Analecta sacra spicilegio solesmensi parata, vol. 1, Paris, (lire en ligne)
    • (la) Analecta sacra spicilegio solesmensi parata, vol. 2, Paris, (lire en ligne)
    • (la) Analecta sacra spicilegio solesmensi parata, vol. 4, Paris, (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [1846] Histoire de saint Léger et de l'Église des Francs au VIIe siècle, impr. E.-J. Bailly, 573 p. (lire en ligne).
  • [1850] La Hollande catholique.
  • [1852-1858] (la) Spicilegium Solesmense (4 vol.)
  • [1864-1868] (la) Iuris ecclesiastici Graecorum historia et monumenta (2 vol.)
  • [1876-1883] (la) Analecta Sacra e Spicilegio Solesmensi (4 vol.)

Source[modifier | modifier le code]

  • Traduction des pages italienne et anglaise de Wikipédia et Autun par Denis Grivot, 1967, p312.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f p.  125
  • Joseph Décréaux, Le cardinal autunois Jean-Baptiste Pitra (1812-1889), revue « Église d'Autun » du , pages 595-597.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-Baptiste Pitra, chercheur et cardinal originaire de Champforgeuil », article de Lucien Taupenot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 149 de mars 2007, pages 4 et 5.