Jallouli Farès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jallouli Farès
جلولي فارس
Portrait de Jallouli Farès
Portrait de Jallouli Farès
Fonctions
Président de l'Assemblée nationale
Prédécesseur Poste créé
Successeur Sadok Mokaddem
Président de l'Assemblée constituante tunisienne

(3 ans, 1 mois et 15 jours)
Élection [1]
Prédécesseur Habib Bourguiba
Successeur Assemblée dissoute
Ministre de l'Éducation tunisien

(6 mois et 29 jours)
Monarque Lamine Bey
Premier ministre Tahar Ben Ammar
Prédécesseur Poste créé
Successeur Lamine Chebbi
Biographie
Nom de naissance Jallouli Ben Ammar Ben Mohamed Farès
Date de naissance
Lieu de naissance El Hamma (Tunisie)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès El Hamma (Tunisie)
Nationalité tunisienne
Parti politique Néo-Destour puis Parti socialiste destourien

Jallouli Farès

Jallouli Farès (arabe : جلولي فارس), né le 6 mars 1909 à El Hamma et décédé le 28 octobre 2001 à El Hamma, est un homme politique tunisien.

Figure du mouvement national, il est nommé ministre dans le gouvernement de Tahar Ben Ammar avant d'être élu président de l'Assemblée constituante puis de l'Assemblée nationale après l'indépendance du pays[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Figure indépendantiste[modifier | modifier le code]

Jallouli Farès se lance tôt dans le combat politique pour l'indépendance de la Tunisie et devient vite l'une des figures du Néo-Destour : il fait partie de son bureau exécutif dès 1939[3].

Durant la Seconde Guerre mondiale, il fait partie du bureau politique du parti qui se focalise sur la résistance clandestine (1939-1941)[3]. Au lendemain du conflit, il relance la presse nationaliste après de longues années de censure[4] : il fait paraître un nouveau périodique en janvier 1947, La Tunisie vous parle, qui s'adresse aux politiques français et dont le but est de revendiquer l'indépendance[4].

Par la suite, il voyage au Caire, où se constitue une union des partis indépendantistes du Maghreb, puis se rend en France pour présenter le problème tunisien auprès des partis et des organisations de défense des droits de l'homme.

Le 28 août 1948, il quitte Paris pour Le Caire, avec Salah Ben Youssef, pour rencontrer Habib Bourguiba, président du parti qui a fui la Tunisie, et le tenir informé de leurs contacts avec les autorités françaises[4]. Durant les années suivantes, il poursuit son rôle d'instructeur et de responsable au sein du Néo-Destour et pilote la révolte armée avec Farhat Hached.

Lors du désaccord violent opposant Bourguiba et Ben Youssef, Farès confirme son soutien à Bourguiba et à sa stratégie des étapes.

Construction de l'État[modifier | modifier le code]

Le 17 septembre 1955, Jallouli Farès est nommé ministre de l'Éducation. Le 25 mars 1956, il est élu dans la circonscription de Gabès-Djerba pour siéger à l'Assemblée constituante. Élu président de l'assemblée, Bourguiba démissionne pour être nommé Premier ministre le 11 avril. Farès lui succède le 17 et dirige les travaux de l'assemblée jusqu'à sa dissolution consécutive à la proclamation de la Constitution de 1959. C'est lui qui organise la destitution du bey de Tunis et la déclaration de la république[5].

Il devient ensuite le premier président de l'Assemblée nationale et siège au bureau exécutif du Néo-Destour.

Jallouli Farès soutient Zine el-Abidine Ben Ali lorsque celui-ci destitue le président Bourguiba[2]. Il préside dès lors le Conseil des résistants et des grands militants du Rassemblement constitutionnel démocratique, dont les membres sont désignés en « hommage à leur fidélité au parti et aux services rendus à la patrie »[6]. Il meurt dans sa ville natale d'El Hamma le 28 octobre 2001.

Hommages[modifier | modifier le code]

Son nom figure de nos jours dans la liste des héros et militants de la guerre et celle des combattants d'El Hamma. C'est pourquoi l'État tunisien lui a rendu hommage lors des cérémonies du cinquantenaire de l'indépendance de la Tunisie, le 20 mars 2006[7].

Références[modifier | modifier le code]