Jacqueline Risset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacqueline Risset
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Besançon (Doubs)
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jacqueline Risset, née le à Besançon à Doubs et morte le à Rome[1],[2], est une poétesse française, critique littéraire, traductrice et universitaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est en particulier spécialiste de Dante et auteur d'une traduction de la Divine Comédie qui, malgré ses imperfections, a relancé l'intérêt des Français pour le grand poème.

Elle est très tôt fascinée par la ville de Florence, puis par la poésie de la Renaissance (L'Anagramme du désir. Sur la Délie de Maurice Scève, 1971)[3].

De 1967 à 1982, elle est membre du comité de rédaction de la revue Tel Quel dont son premier recueil de poésie fragmentaire joue le Jeu (1971), usant des ressources de la linguistique, de la philosophie ou de la psychanalyse[3].

Ancienne élève de l'École normale supérieure de jeunes filles, elle part étudier en Italie pour s’écarter d’un destin trop tracé[3]. Agrégée d'italien[4],traductrice de Ponge et de Sollers[3], elle devient professeur de littérature française à l'université « La Sapienza » à Rome et à l’Université « Roma3 » de Rome. Elle s'y installe et se lance dans une traduction de la Divine Comédie de Dante qui lui prend dix ans et renouvelle l'intérêt du public français pour le grand poète florentin [5].

Après un essai emblématique (L'invenzione e il modello : l'orizzonte della scrittura dal petrarchismo all'avanguardia, Rome, 1972), Jacqueline Risset travaille à une biographie, Dante écrivain, ou l'Intelletto d'amore (1982), qui la conduit à traduire elle-même un texte canonique dont elle veut retrouver la vigueur première. L’entreprise durera huit ans. Cette version de la Divine Comédie (Enfer, Purgatoire, Paradis, 1985, 1988, 1990), établie à partir de la nouvelle édition de Giorgio Petrocchi, se nourrit de sa culture d'italianiste et d'un parti pris (discutable) pour le vers libre.

Née d'un constant dialogue (Traduction et mémoire poétique. Dante, Scève, Rimbaud, Proust, 2007), l'œuvre de Jacqueline Risset, proche d'Yves Bonnefoy, se nourrit de l'expérience de la traduction, de la réflexion critique sur les modèles (Marcelin Pleynet, 1988 ; Dante, une vie, 1995 ; Une certaine joie. Essai sur Proust ; 2009) ainsi que de la confrontation de l'intelligence des formes avec l'existence ; l'universitaire (Il silenzio delle sirene : percorsi di scrittura nel novecento francese, 2006) qui vit depuis les années 1960 à Rome[3].

Jacqueline Risset a choisi l'italien un peu par hasard à son entrée à l'Ecole normale supérieure, par refus de la carrière d'enseignante normalienne typique, progressant d'un poste de province à la capitale. L'italien donc, peu étudié dans les années 50 et l'obtention d'une bourse d'études à Rome pour deux années. De retour à Paris elle réussit l'agrégation, participe au groupe Tel Quel, réfléchit au processus de la traduction. Elle traduit également Le Prince de Machiavel et Cinecittà de Fellini et de français en italien le poètes de tel Quel et l'œuvre de Francis Ponge. Outre sept recueils de poésie, elle a consacré des essais au poète de la Renaissance Maurice Scève, à Dante et à Proust. La parution de son autobiographie, Les instants, les éclairs, a fait sensation en 2014 pour son écriture onirique, parfois décalée[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Jeu, Seuil, coll. « Tel Quel », 1971.
  • Mors, Orange Export Ltd, 1976.
  • La Traduction commence, Christian Bourgois, coll. "Première livraison", 1978.
  • Sept passages de la vie d’une femme, Flammarion, 1985.
  • L'Amour de loin, Flammarion, 1988.
  • Petits éléments de physique amoureuse, Gallimard, coll. « L’infini », 1991.
  • Les Instants, Farrago, 2000.

Essais[modifier | modifier le code]

Traductions en français[modifier | modifier le code]

Traductions en italien[modifier | modifier le code]

  • Poeti di Tel Quel, Einaudi, 1970.
  • Francis Ponge, Il Partito preso delle cose, Einaudi, 1978.
  • Claude Esteban, Diario immobile, Vanni Scheiwiller/All’insegna del pesce d’oro, 1987.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mort de Jacqueline Risset, écrivain et traductrice de Dante », culturebox.francetvinfo.fr, 5 septembre 2014
  2. (it) « Addio a Jacqueline Risset, La poesia nel nome di Dante », sur unita.it, (consulté le )
  3. a b c d et e Encyclopædia Universalis, « JACQUELINE RISSET », sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  4. Selon l'annuaire des anciens élèves de l'ENS
  5. a et b « Auteur : LaProcure.com », sur La Procure (consulté le )

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Jacqueline Risset par Yves Leclair, in Encyclopaedia Universalis : Universalia 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]