Agrégation d'italien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dante (peint ici par Andrea del Castagno en 1450), auteur de la Divine Comédie et considéré pour cette raison comme le père de la littérature italienne, est régulièrement mis au programme de l'agrégation d'italien.

L'agrégation d'italien est, en France, un concours public du ministère de l'Éducation nationale.

Il est destiné à recruter des professeurs agrégés appelés à enseigner la langue, la littérature et la civilisation de l'Italie dans l'enseignement secondaire et supérieur français.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première session de l'agrégation d'italien se tint en 1900[1]. Cette année-là, deux personnes furent reçues, sur une dizaine de candidats[2], chiffres appelés à demeurer constants tout au long de la première moitié du XXe siècle.

L'objectif de cette création était alors de renforcer la formation des professeurs d'italien des lycées, en la fondant sur l'étude de la littérature de langue italienne depuis les origines. La décision se place dans le contexte de création des premières chaires de littérature italienne dans les facultés françaises, au tournant des XIXe siècle et XXe siècle, et de naissance de l'italianisme français, marquée notamment par la figure de Julien Luchaire, fondateur de l'Institut français de Florence qui vit passer de nombreux étudiants à l'agrégation.

Les agrégations d'italien et d'espagnol furent longtemps liées en raison du caractère latin des deux langues. Néanmoins, les deux concours ont connu des évolutions assez divergentes au cours du XXe siècle : alors que des questions relatives à l'histoire de l'Espagne et de l'Amérique hispanophone ont été introduites au programme de l'agrégation d'espagnol, l'agrégation d'italien est demeurée fondée sur les seules œuvres littéraires.

L'académicien Dominique Fernandez, reçu en 1955 à l'agrégation d'italien.

Parmi les agrégés d'italien célèbres, on peut mentionner :

Épreuves[modifier | modifier le code]

Il existe deux concours d'agrégation d’italien :

  • un concours externe, ouvert aux titulaires d'un master ou équivalent[5] ;
  • un concours interne, ouvert aux fonctionnaires et agents publics exerçant depuis au moins cinq ans, et pouvant justifier de la maîtrise ou d’un diplôme ou titre de niveau égal ou supérieur.

Épreuves du concours externe[modifier | modifier le code]

Entrée du campus Sainte-Marthe de l'université d'Avignon, où sont déroulées pendant plusieurs années les épreuves orales d'admission.

Depuis la réforme mise en application lors de la session 2018[6], les épreuves du concours externe d'agrégation d'italien sont les suivantes :

  • Épreuves écrites d’admissibilité
Nature de l'épreuve Durée Coefficient
Liste des épreuves
1. Composition en langue italienne[7] 7h00 4
2. Thème et version[8] 6h00 6
3. Composition en langue française[9] 7h00 4
  • Épreuves orales d’admission
Nature de l'épreuve Préparation Durée maximale Note
Liste des épreuves
1. Leçon en langue italienne[10] 5h00 45 min 6
2. Leçon en langue française[11] 5h00 45 min 6
3. Explication en langue française et traduction d'un texte ancien, suivie d'une interrogation de linguistique historique et d'une interrogation de latin[12] 1h30 45 min 4
4. Explication en langue italienne d'un texte moderne ou contemporain[13] 1h30 45 min (30 min d'explication et 15 min d'entretien) 4

À l'issue des épreuves orales d'admission, qui se déroulaient en 2018 à l'Université Jean-Moulin-Lyon-III, une note de maîtrise de la langue italienne et de la langue française (coefficient 3) est attribuée aux candidats[14].

En 2018, le jury était présidé par Pierre Girard, professeur des universités à l'Université Jean-Moulin-Lyon-III[15].

Épreuves du concours interne[16][modifier | modifier le code]

Nature de l'épreuve Durée Coefficient
Liste des épreuves
1. Composition en langue italienne[17] 7h00 1
2. Traduction[18] 6h00 1
  • Épreuves orales d’admission
Nature de l'épreuve Préparation Durée maximale Note
Liste des épreuves
1. Exposé de la préparation d'un cours suivi d'un entretien[19] 3h00 1h00 (40 minutes d'exposé et 20 minutes d'entretien 2
2. Explication de texte en langue italienne[20] 3h00 1h00 (30 minutes d'exposé et 30 minutes d'entretien) 2

En 2017, le jury était présidé par Davide Luglio, professeur des universités à l'Université Paris-Sorbonne. Les épreuves orales se déroulaient à Paris.

Préparation et programmes[modifier | modifier le code]

Un certain nombre d'universités proposent une préparation à l'agrégation d'italien, parmi lesquelles l'Université d'Aix-Marseille[21], l'Université Grenoble-Alpes, l'Université Jean-Moulin-Lyon-III[22], l'Université de Lorraine[23] (Nancy), l'Université Sorbonne-Nouvelle[24] (Paris), Sorbonne Université (Paris)[25], l'Université de Poitiers[26], l'Université Rennes 2[27] et l'Université Toulouse-Jean-Jaurès[28]. Une préparation est également proposée par l'École Normale Supérieure de Lyon[29].


Questions au programme[modifier | modifier le code]

Le programme de chacune des deux agrégations change tous les ans. Le programme de l'agrégation externe est renouvelé de moitié chaque année, chaque question reste donc deux ans au programme. Composé de quatre questions, il couvre généralement quatre grande périodes de la littérature italienne : le Moyen Âge, la Renaissance, l'époque moderne (XVIIIe siècle et XIXe siècle) et le XXe siècle. Le programme de l'agrégation interne est composé de deux questions, qui correspondent habituellement à deux questions du programme de l'agrégation externe de la même session, une question sur le Moyen Âge ou la Renaissance, et une sur le XVIIIe siècle, le XIXe siècle ou le XXe siècle.

Agrégation externe[modifier | modifier le code]

Le compositeur italien Giuseppe Verdi, dont l'œuvre est inscrite au programme des sessions 2018 et 2019 de l'agrégation externe d'italien.
  • Session 2014 : 1. Saint François et le franciscanisme dans l’art et la littérature des XIIIème et XIVème siècles ; 2. La nouvelle italienne au XVIe siècle ; 3. Le théâtre de Carlo Goldoni ; 4. L’œuvre poétique de Salvatore Quasimodo.

Agrégation interne[modifier | modifier le code]

L'écrivain italien Boccace, dont l'œuvre est inscrite au programme des sessions 2018 et 2019 de l'agrégation interne d'italien.
  • Session 2010 : 1. La ville dans le Décaméron de Boccace ; 2. Écrivains au front. L’Italie dans la Grande Guerre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites officiels[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Mouchon, dans « Cent ans de vie du lycée Montgrand (1891-1892/1991-1992) » ( Marseille, Terra Beata, 1re édition, 1994, 400 pp., ill., 3e édition, 1998, 403 pp., ill., 4e édit. 2001), les pages 259-263 sont consacrées à l'historique des études italiennes en France sur tout le XXe siècle.
  • Jérémie Dubois, Enseigner l'Italie en France (1894-1940), thèse soutenue en 2010 à l'École pratique des hautes études (EPHE), sous la direction de Gilles Pécout, directeur d'études de la IVe section.
  • "Le panthéon de la Littérature italienne dans les programmes de l'Agrégation" (M. Lucarelli), dans : L'Italie vue d'ici - La traduction-migration (2), dir. A. Tosatti - J.-Ch. Vegliante, Paris, L'Harmattan, 2012, p. 243-60.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En même temps que l'agrégation d'espagnol (lodel.ehess.fr)
  2. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », sur Ressources numériques en histoire de l'éducation, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, (consulté le 11 mars 2015)
  3. Selon l'annuaire des anciens élèves de l'ENS
  4. site fabula.org
  5. [Conditions d'inscription présentées sur le site du ministère de l'Éducation nationale dédié aux concours de recrutement des enseignants http://www.devenirenseignant.gouv.fr/pid33987/enseigner-dans-les-classes-preparatoires-agregation.html#Les_conditions_specifiques]
  6. Description des épreuves sur le site du ministère
  7. « Composition en langue italienne sur un sujet de littérature italienne ou sur un sujet relatif à la civilisation italienne dans le cadre d'un programme ».
  8. « Les textes à traduire sont distribués simultanément aux candidats au début de l'épreuve. Ceux-ci consacrent à chacune des deux traductions le temps qui leur convient, dans les limites de l'horaire imparti à l'ensemble de l'épreuve de traduction. Les candidats rendent deux copies séparées et chaque traduction est comptabilisée pour moitié dans la notation. »
  9. « Composition en langue française sur un sujet de littérature italienne ou sur un sujet relatif à la civilisation italienne, dans le cadre d'un programme ».
  10. « La leçon en langue italienne porte sur une question se rapportant au programme. Un dictionnaire en langue italienne, indiqué par le jury, est mis à la disposition du candidat. »
  11. « La leçon en langue française porte sur une question se rapportant au programme. »
  12. « L'explication en langue française porte sur un texte italien du Moyen Âge ou de la Renaissance, inscrit au programme. L'explication est complétée par : la traduction de tout ou partie du texte et une interrogation de linguistique historique sur ce même texte ; la traduction en français d'un texte latin inscrit au programme, suivie d'un bref commentaire grammatical choisi par le jury et portant sur ce même texte. Un dictionnaire en langue italienne et un dictionnaire latin-français, indiqués par le jury, sont mis à la disposition du candidat. »
  13. « L'explication en langue italienne porte sur un texte italien moderne ou contemporain, extrait d'une œuvre au programme et est suivie d'un entretien en français avec le jury. Un dictionnaire en langue italienne, indiqué par le jury, est mis à la disposition du candidat. ».
  14. « À l'issue des épreuves orales, le jury attribue une note de maîtrise de la langue italienne et de la langue française, qui s'ajoute aux notes des épreuves d'admission. »
  15. Le jury a été présidé de 2005 à 2008 par M. Michel Feuillet, professeur à l'université Jean-Moulin-Lyon-III, puis par Myriem Bouzaher, inspectrice générale de l'Éducation nationale (groupe des langues vivantes)
  16. D'après le rapport du jury de la session 2017
  17. « Composition en langue étrangère portant sur le programme de civilisation ou de littérature du concours ».
  18. « Thème et version assortis de l'explication en français de choix de traduction portant sur des segments préalablement identifiés par le jury dans l'un ou l'autre des textes ou dans les deux textes.»
  19. « L'épreuve prend appui sur un dossier composé d'un ou de plusieurs documents en langue étrangère (tels que textes, documents audiovisuels, iconographiques ou sonores) fourni au candidat. »
  20. « Explication en langue étrangère d'un texte extrait du programme, assortie d'un court thème oral improvisé et pouvant comporter l'explication de faits de langue. [...] L'explication est suivie d'un entretien en langue étrangère avec le jury. Une partie de cet entretien peut être consacrée à l'écoute d'un court document authentique en langue vivante étrangère, d'une durée de trois minutes maximum, dont le candidat doit rendre compte en langue étrangère et qui donne lieu à une discussion en langue étrangère avec le jury. Les choix des jurys doivent être effectués de telle sorte que tous les candidats inscrits dans une même langue vivante au titre d'une même session subissent les épreuves dans les mêmes conditions. »
  21. Présentation de la formation le site de l'université d'Aix-Marseille
  22. Présentation de la formation le site de l'université Lyon-III
  23. Présentation de la formation le site de l'université de Nancy
  24. Présentation de la formation le site de l'université Sorbonne-Nouvelle
  25. Présentation de la formation le site de Sorbonne Université
  26. Présentation de la formation le site de l'université de Poitiers
  27. Présentation de la formation le site de l'université Rennes 2
  28. Présentation de la formation le site de l'université de Toulouse
  29. Présentation de la formation le site de l'ENS
  30. Programme disponible sur le site dédié aux concours de recrutement des enseignants
  31. Cf. Bulletin officiel n°16 du 21 avril 2011 du Ministère de l'Éducation nationale
  32. Cf. Bulletin officiel spécial n°7 du 8 juillet 2010 du Ministère de l'Éducation nationale
  33. Programme disponible sur le site dédié aux concours de recrutement des enseignants