Jenny Salgado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis J.Kyll)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jenny Salgado
Description de cette image, également commentée ci-après
Jenny Salgado en 2009.
Informations générales
Surnom J.Kyll
Nom de naissance Jennifer Salgado
Naissance Québec, Drapeau du Canada Canada
Activité principale Rappeuse, auteure-compositeure-interprète, réalisatrice, productrice
Genre musical Hip-hop, rap québécois
Instruments Voix
Années actives Depuis 1999
Labels Sony, BMG, VIK Recordings
Site officiel www.jennysalgado.com

Jenny Salgado, de son vrai nom Jennifer Salgado, également connue sous le nom de scène J.Kyll, parfois typographié J-Kyll[1] ou JKyll[2], née au Québec, est une rappeuse, auteure-compositeure-interprète, productrice et réalisatrice canadienne, d'origine haïtienne. Elle est réputée pour être une activiste et une citoyenne active dans la communauté canadienne, québécoise et la communauté haïtienne. Elle est la première femme MC à s'être imposée dans l'histoire du hip-hop québécois[3].

Elle fait partie des membres fondateurs du groupe Muzion, l'un des groupes les plus importants du hip-hop québécois. Elle est respectée et prisée, autant du public que des critiques, pour qui elle se démarque par son caractère original, la qualité de ses textes, son authenticité, ses propos tranchants, son engagement social et sa sensibilité. Elle est fortement responsable de l'univers sonore du groupe pour qui, dès les débuts, elle se charge d'une grande partie de la production musicale. Elle est aussi réalisatrice et est l'auteure de plusieurs textes pour des artistes de différentes origines musicales.

En 2011, elle publie son premier album solo intitulé Et tu te suivras.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts avec Muzion (1999–2005)[modifier | modifier le code]

Muzion en 2003. Jenny au milieu.

Jenny est née au Québec de parents haïtiens. Elle intègre le groupe Muzion, qui est invité en 1999 aux Francofolies de La Rochelle en France, qui joue au festival CREAM en compagnie de Moby et Daft Punk, qui part en tournée avec des grands noms du hip-hop canadien (Rascalz, Choclair, Rahzel…), puis fait l’ouverture de Eminem et de NTM.

Dans le cadre de son spectacle télévisé Sous influences, Diane Dufresne, l’une des plus grandes chanteuses québécoises, invite J.Kyll en 2000 à monter sur scène avec elle et à revisiter deux de ses chansons. J.Kyll écrit un vers sur la chanson « Actualités » puis un autre sur la très populaire Oxygène puis elle interprète ces deux pièces avec Mme Dufresne[4].

Entre 1999 et 2006, Jenny multiplie les apparitions avec son groupe Muzion comme sur la chanson Tous nés pour mourir d'Anodajay (2006), En toute sincérité d'O.T. MC (2006), Faut pas que j'lâche de Manspino (2005), C'est pour ça qu'on vit de Taktika, 24 Heures à Vivre de Wyclef Jean (2004), Tu veux hate? (2003), Témoin des Rascalz (1999) et Interurbain de 2 Faces (1999).

En 2000 et 2001, Muzion part pour une tournée d'un mois en France et en Belgique avec Kool Shen (membre du groupe français NTM et fondateur du label IV My People), qui se termine par un spectacle impressionnant au Zénith de Paris[5]. En 2001, la chanteuse Sylvie Paquette invite J.Kyll à chanter avec elle sur la chanson Désolée de son troisième album Souvenirs de Trois. La chanson devient un single pour lequel un vidéoclip fut tourné et est lancé sur Musique Plus. J.Kyll fait plusieurs spectacles en compagnie de Sylvie Paquette et son travail sur la chanson Désolée est fortement apprécié du public et des critiques[6]. Elle signe le texte de la chanson Désolé du troisième album de Sylvie Paquette, Souvenir de trois[6].

Wyclef Jean invite Muzion en 2004 et 2008 à ouvrir pour lui lors du Festival d'été international de Québec, et en 2009 à L’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Activités solo (2006–2010)[modifier | modifier le code]

Jenny Salgado.

En 2006, Jenny participe à la chanson On the Road de L'Assemblée tiré de l'album Les gars du peuple, en featuring avec Le D-Mon. Toujours en 2006, l’auteure Jeanne Painchaud invite Jenny à écrire un texte dans le recueil Histoires de Pères paru aux éditions Les 400 coups. Elle y côtoie quelques-unes des plus grandes auteures du Québec actuel. Impressionnée par la qualité de son écriture dans Histoires de Pères et considérant qu’elle devrait faire partie de la relève des nouveaux poètes et écrivains du Québec, Claudine Bertrand invite Jenny à écrire un poème pour sa revue d’art et de littérature Mouvance. Jenny y publie son poème L’enivrance de l’eau avec lequel elle compte faire une chanson sur son prochain album.

En 2007, elle produit deux beats sur l’album Mon poing de vue de Imposs et réalise deux chansons sur cet album — Intro (les rideaux s'ouvrent) et La Preuve morte — signé par K-Pone Inc. et distribué par Warner. Elle écrit également les textes de six chansons sur l’album Changer le monde du chanteur Pierre Gage : Un jour à la foi, Pardonne-moi, Mon frère (top 40 en France), J'envoie un SOS, Je veux être libre, Doudou, et Doudou Remix.

En 2008, elle réalise le montage musical pour le défilé de mode de l’APICO (2007 et 2008). Sa chanson en solo Tel père, tel vice accompagnée par le chanteur Corneille, fait beaucoup parler. Elle devient l’une des premières chansons de rap québécois à entrer en rotation sur la radio commerciale. Cette chanson traite de l’inceste et de ses conséquences sur tous les membres d’une même famille.

...Et tu te suivras (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

En septembre 2011, Jenny sort son premier album studio solo ...Et tu te suivras (qui n'est pas un album de rap mais plutôt une œuvre conceptuelle aux influences très diverses) pour lequel elle reçoit d'excellentes critiques[7]. Jenny y compose tous les textes et toute la musique en collaboration avec les frères Martin et André Courcy. « C’est mon premier album solo, c’est mon histoire », explique-t-elle. « Mais je ne voulais pas qu’il soit trop introspectif. J’ai écrit une histoire plus globale pour que tout le monde puisse se l’approprier. C’est très imagé, pour que ça puisse être l’histoire de n’importe qui, qu’une journée, les gens aient l’impression de me connaître à travers mes chansons, et le lendemain, qu’ils se reconnaissent eux-mêmes[8]. »

Actions sociales[modifier | modifier le code]

Jenny Salgado s'implique dans sa communauté en offrant plusieurs ateliers de musique et d'écriture à des jeunes des écoles secondaires et des centres de jeunesse. Elle travaille avec des organismes venant en aide aux jeunes délinquants, aux jeunes immigrants de Montréal et aux personnes ayant une déficience intellectuelle et offre plusieurs spectacles bénéfices et conférences sur différents sujets auprès des jeunes, des femmes et de la communauté haïtienne de Montréal.

Discographie[modifier | modifier le code]

Album studio[modifier | modifier le code]

  • 2010 : ...Et tu te suivras

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Mentalité Moune Morne… (Ils n'ont pas compris) (avec Muzion)[1]
  • 2002 : J'rêvolutionne (avec Muzion)[1]

Apparition[modifier | modifier le code]

  • 2002 : K-OS - Heaven Only Knows (French Remix Single) - featuring Muzion et Butta Babees

Écriture et production[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Désolé' (du troisième album de Sylvie Paquette, Souvenir de trois)[6]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Lauréat pour le prix Félix pour « Album francophone hip-hop de l'année» pour l'album Mentalité Moune Morne, gala ADISQ
  • 2000 : Nomination pour le prix Félix pour « Auteur-compositeur de l’année » pour l'album Mentalité Moune Morne, gala ADISQ (2000)
  • 2000 : Nomination pour le prix Félix pour « Groupe de l’année » au gala ADISQ
  • 2000 : Lauréat du prix « Artiste hip hop de l’année » au gala MIMI’s
  • 2000 : Nomination « Vidéo francophone de l’année » pour le vidéo de la chanson La vi ti-nèg aux Much Music Awards
  • 2003 : Lauréat pour le prix Félix pour « Album francophone hip-hop de l'année » pour l'album J'rêvolutionne, Gala ADISQ
  • 2003 : Lauréat du prix « Album francophone de l’année » aux Urban Music Awards
  • 2004 : Lauréat du prix Miroir pour la « meilleure performance de la chanson d’expression française » au festival d'été de Québec
  • 2004 : Lauréat du prix Francophone Record of the Year Canadian Urban Music Awards
  • 2004 : Lauréat du prix pour le vidéoclip de l’année pour la chanson 24 heures à vivre au Gala MU

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Philippe Laframboise, Louise Blanchard, Suzanne Gauthier, Manon Gilbert, Dominique Lachance, 101 années de vedetteriat au Québec, Québec, Canada, Éditions Total publishing, dépôt légal 2000, 150, 154 p. (ISBN 2-89535-003-5)
  • Jeanne Painchaud, Histoires de pères, Québec, Canada, Les 400 coups, (ISBN 978-2-89540-307-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Le rap québécois est-il une affaire de rappeurs blancs? - Chapitre 2 de 5 », sur hhqc.com (consulté le 4 juin 2016).
  2. « Découverte musicale: Jenny Salgado et «Entrée dans le jeu» », sur Hollywoodpq.com, (consulté le 4 juin 2016).
  3. « Muzion se souvient du Voyou », sur La Presse canadienne, (consulté le 4 juin 2016).
  4. « LA CHANTEUSE STRAIGHT », sur Radio Canada (consulté le 4 juin 2016).
  5. « Le bon rap a envahi le Zénith », sur Le Parisien, (consulté le 4 juin 2016).
  6. a b et c « Souvenir de trois - Sylvie Paquette », sur voir.ca (consulté le 4 juin 2016).
  7. « Jenny Salgado: perdue, puis retrouvée », sur La Presse canadienne, (consulté le 4 juin 2016).
  8. Jessica Émond-Ferrat Métro, « Jenny Salgado: Suivre sa voie », sur Journal Metro, (consulté le 4 juin 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]