Israel Kamakawiwoʻole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Israel Kamakawiwoʻole
Surnom IZ
Nom de naissance Israel Kamakawiwoʻole
Naissance
Honolulu, Hawaï
Décès (à 38 ans)
Honolulu, Drapeau d'Hawaï Hawaï
Genre musical Musique hawaïenne, Musique folk & traditionnelle, Pop, Musiques du monde
Instruments Ukulélé, kamaka, chant
Années actives De 1976 à 1997
Labels Big Boy
Mountain Apple

Israel Kamakawiwoʻole (/kamakaʋiwoˈʔole/), également connu sous le pseudonyme Iz, est un musicien et chanteur américain, né le à Honolulu et mort le dans la même ville. Il devient célèbre lorsque son album Facing Future est commercialisé en 1993. Son medley, Over the Rainbow / What a Wonderful World, issu de l'album Ka`Ano`I (1990)[1], est repris dans de nombreux films, séries télévisées[2] et publicités.


Sa jeunesse[modifier | modifier le code]

Israel Ka'ano'i Kamakawiwoʻole naît le sur l'île d'O`ahu à l'hôpital de Kuakini ; il est le fils d'Henry Kaleialoha Naniwa et d'Evangeline Leinani Kamakawiwoʻole. Il grandit dans la communauté de Kaimuki, dans la banlieue de Waikīkī, où ses parents se rencontrèrent et se marièrent. Il commence à jouer de la musique avec son frère aîné Skippy à l'âge de onze ans et son cousin Allen Thornton, alors qu'il est inspiré par les grands artistes hawaïens de l'époque tels que Peter Moon (en), Palani Vaughan (en), ou Don Ho, qui fréquentent l'établissement tenu par ses parents. Le musicien hawaïen notable Moe Keale était son oncle et une influence musicale majeure.

Ensuite, sa famille déménage à Makaha (en). C'est là qu'il rencontre Louis « Moon » Kauakahi, Sam Gray et Jerome Koko. Avec son frère Skippy, ils forment le groupe Makaha Sons of Ni'ihau (en). À partir de 1976, et, jusque dans les années 1980, le groupe de musique hawaïenne contemporaine Makaha devient célèbre en se produisant à Hawaï et ailleurs aux États-Unis. Il sort dix albums. En 1982, son frère, Skippy, décède. La même année, il épouse Marlène, son amour d'enfance, avec qui il aura une fille qu'ils prénommeront Ceslieanne « Wehi ».

Le musicien hawaïen Del Beazley a parlé de la première fois qu'il entendit Kamakawiwo'ole jouer, lors d'une soirée de remise des diplômes, toute la salle se taisait en l'entendant chanter. Kamakawiwo'ole a continué sa lancée lorsque son frère Skippy est entré dans l'armée en 1971 et que son cousin Allen est parti en 1976 pour le continent.

Au début de son adolescence, il a étudié à Upward Bound (UB) de l'université de Hawaii à Hilo et sa famille a déménagé à Mākaha. Là, il rencontra Louis Kauakahi, Sam Grey et Jérôme Koko. Ensemble avec son frère Skippy, ils ont formé les Fils Makaha de Ni'ihau. Faisant partie de la Renaissance hawaïenne, le mélange de styles contemporains et traditionnels du groupe a gagné en popularité au cours de sa tournée à Hawaii et aux Etats-Unis continentaux, où ils ont publié quinze albums à succès. Le but de Kamakawiwo'ole était de créer une musique qui reste fidèle au son typique de la musique hawaïenne traditionnelle. Pendant cette période, les chansons que beaucoup de gens associaient à Hawaii, en général, n'étaient pas des chansons à consonance traditionnelle.


Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Les Makaha Sons of ni'ihau ont enregistré No Kristo en 1976 et ont publié quatre autres albums, dont Kahea O Keale, Keala, Makaha Sons of Ni'ihau et Mahalo Ke Akua. En 1982, le frère de Kamakawiwo'ole, Skippy décède à l'âge de 28 ans d'une crise cardiaque liée à l'obésité. Au cours de la même année, Kamakawiwo'ole a épousé sa chérie d'enfance, Marlene. Peu de temps après, ils eurent une fille qu'ils nommèrent Ceslieanne "Wehi" (née vers 1983).

Le groupe est devenu le groupe traditionnel contemporain le plus populaire d'Hawaii avec ses albums de percussions 1984, Puana Hou Me Ke Aloha, et son suivi, Ho'ola de 1986. Le dernier album enrergistré de Kamakawiwo'ole avec le groupe était Ho'oluana en 1991. Il reste le CD le plus vendu du groupe.

En 1990, Kamakawiwo'ole publie son premier album solo, Ka'Ano'i, qui remporte les prix de l'album contemporain de l'année et du chanteur de l'année de la Hawai'i Academy of Recording Arts (HARA). Facing Future a été publié en 1993 par The Mountain Apple Company. Il présentait une version de sa chanson la plus populaire, le medley "quelque chose au dessus de l'arc-en-ciel / Quel monde merveilleux" (répertorié sous "Over the Rainbow / Quel monde merveilleux"), ainso que "Hawai'i 78", "Hawai'i", "Maui Hawaiian Sup'pa Man" et "Kaulana Kawaihae". La décision d'inclure une couverture de "Somwhere Over the Rainbow" aurait été une décision de dernière minute prise par son producteur Jon de Mello et Kamakawiwo'ole. Facing Future a fait ses débuts au 25e rang du palmarès Top Pop Catalog du magazine Billboard. Le 26 octobre 2005, Facing Future est devenu le premier album de platine certifié de Hawaii, avec la vente de plus d'un million de CD aux Etats-Unis, selon les chiffres fournis par le Recording Industry Association of America. Le 21 juillet 2006, BBC Radio 1 a annoncé que "Somwhere Over the Rainbow / quel monde merveilleux (True Dreams)" serait publié en tant que single en Amérique.

En 1994, Kamakawiwo'ole a été élu artiste préféré de l'année par la Hawai'i Académy of Recording Arts (HARA).

E Ala E (1995) présentait le titre politique " 'E Ala 'E" et "Kaleohano", et N Dis Life (1996) présentait "In This Life" et "Starting All Over Again".

En 1997, HARA a de nouveau honoré Kamakawiwo'ole du prix annuel Na Hoku Hanohano du meilleur chanteur de l'année, artiste préféré de l'année, album de l'année et album de l'île contemporaine. Il a regardé la cérémonie de remise des prix depuis une chambre d'hôpital.

Alone in iz World (2001) a fait ses débuts en tant que n°1 sur le classement mondial du Billboard et n ° 135 sur les 200 meilleurs sites de Billboard, le n ° 13 du tableau des albums les plus indépendants et le n ° 15 du tableau des meilleures ventes d'albums internet.

Le film Facing Future de Kamakawiwo'ole est devenu l'album hawaien le plus vendu de tous les temps.

Prise en charge des droits hawaïens[modifier | modifier le code]

Kamakawiwo'ole était connu pour la promotions des droits hawaïens et de l'indépendance hawaïenne, à la fois par ses paroles, qui exposaient souvent directement les arguments en faveur de l'indépendance et par ses propres actions. Par exemple, les paroles de sa chanson "Hawai'i 78" : "La vie de cette terre est la vie des gens / et prendre soin de la terre (malama 'aina), c'est de prendre soin de la culture hawaïenne", est une déclaration que beaucoup considèrent pour résumer ses idéaux hawaïens. La devise de l'Etat d'Hawaii est une phrase récurrente dans la chanson et englobe le sens du message de Kamakawiwo'ole : "Ua Mau ke Ea 'Aina i ka Pono". Kamakawiwo'ole's a utilisé sa musique pour faire prendre conscience de sa conviction qu'un statut de deuxième classe avait été imposé aux autochtones par l'industrie du tourisme.

Décès[modifier | modifier le code]

Durant les dernières années de sa vie, devenu obèse (333 kg pour 1,90 m), il est hospitalisé à de multiples reprises. Il décède le 26 juin 1997, à l'âge de 38 ans, des suites d'une insuffisance respiratoire, liée à son excès de poids. À l'occasion de ses funérailles, le 10 juillet 1997, les drapeaux de l'État d'Hawaï sont mis en berne sur l'ensemble des bâtiments fédéraux. Son cercueil de bois de koa est également exposé dans le capitole de l'État à Honolulu, troisième personne et seul responsable non gouvernemental à être honoré de la sorte. Il est le troisième personnage à être honoré de la sorte dans l'histoire d'Hawaï (les deux précédents étant le gouverneur John A. Burns (en) et le sénateur Spark Matsunaga). Plus de 15 000 personnes assistent à ses obsèques. Ses cendres sont dispersées, lors d'une cérémonie d'adieu, dans l'océan Pacifique, à Mākua Beach, deux jours plus tard, le 12 juillet 1997, durant laquelle des milliers de spectateurs se sont rassemblés. L'îlot formé suite à la cérémonie de dispersion de ses cendres porte désormais son nom.


Une inspiration[modifier | modifier le code]

Le 6 décembre 2010, NPR a désigné Kamakawiwo'ole comme "la voix de Hawaii" dans sa série de 50 voix.

Le 24 mars 2011, Kamakawiwo'ole a reçu le prix national allemand de musique Echo. Les gérants de musique Wolfgang Boss et Jon de Mello ont accepté le trophée à sa place.

Un court métrage de Pixar en 2014, Lava, présente deux volcans en tant que personnage principaux. La couverture de Kamakawiwo'ole de "Somwhere Over the Rainbow" et son style de musique ont été l'inspiration partielle de James Ford Murphy pour le court métrage.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Avec le groupe Makaha Sons of Ni`ihau[modifier | modifier le code]

  • 1976 : No Kristo
  • 1978 : Keala
  • 1978 : Live at Hank's Place
  • 1979 : Makaha Sons of Ni`ihau
  • 1981 : Mahalo Ke Akua
  • 1984 : Puana Hou Me Ke Aloha
  • 1986 : Ho`Ola
  • 1990 : Makaha Bash 3
  • 1991 : Ho`Oluana
  • 1999 : Na Mele Henoheno - vol. 1
  • 1999 : Na Mele Henoheno - vol. 2

En solo[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Hit parade[modifier | modifier le code]

Facing Future (1993) fut 25e au Classement Pop du Billboard magazine, dont les classements font référence. Dans ce même magazine, Alone in IZ World (2001) fut 1er au Classement de la Musique du monde, 135e au Top 200[3], 13e au Classement des albums indépendants, et 15e au Classement des meilleures ventes d'albums sur Internet.

En France, il est classé 1er au Top 50 à partir de la fin de l'année 2010[4], soit treize ans après sa mort, jusqu’en février 2011. Il sortira du Top 50 qu’en avril 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Over the Rainbow / What a Wonderful World » (consulté le 18 février 2011)
  2. Utilisé par exemple dans l'épisode 21 de la saison 8 d’Urgence. « Fiche de l'épisode sur IMDB » (consulté le 10 mars 2011)
  3. (en) « Biographie sur le site officiel » (consulté le 25 janvier 2011)
  4. (fr) « Charts in France »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographies[modifier | modifier le code]

  • (en) Dan Kois, Facing future, London, Continuum, coll. « 33 1/3 », , 144 p. (ISBN 978-0-8264-2905-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]