Institut Émilie-du-Châtelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Institut Émilie-du-Châtelet
Logo de l'organisation
Situation
Région Île-de-France
Création 2006
Organisation
Dirigeant Catherine Louveau
Dépend de Homme et Environnement
Muséum national d'histoire naturelle

Site web http://www.institutemilieduchatelet.org
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IEC.

L’Institut Émilie-du-Châtelet (IEC) est une institution dont les objets sont le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre. Il est présidé par Catherine Louveau.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il est fondé en novembre 2006, sous l'impulsion du conseil régional d'Île-de-France[1]. Son nom fait référence à Émilie du Châtelet, mathématicienne et femme de lettres du XVIIIe siècle. L'institut est rattaché au département de recherches « Homme et Environnement » du Musée de l'Homme à Paris. Il souhaite favoriser le dialogue entre les disciplines, ainsi que la rencontre entre le monde de la recherche et les différents acteurs de la société civile concernés par les questions liées à l'égalité des sexes[1]. Il s’appuie sur un large réseau pour contribuer à la diffusion et à la valorisation de ce champ de recherche interdisciplinaire auprès de la communauté scientifique et du grand public. organise des séminaires interdisciplinaires, des conférences[1].

Le budget de l'IEC « prévoit notamment le financement d’allocations doctorales et post-doctorales et d’une chaire d’enseignement et de recherche à destination d’une chercheuse ou d’un chercheur étranger. »

Le conseil régional d'Île-de-France ayant labellisé les problématiques du genre comme « Domaine d'Intérêt Majeur » (DIM), il a chargé l'institut de lancer un « appel à manifestations scientifiques » sur ces problématiques.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le comité de direction se compose de représentants des 15 institutions de recherche et d’enseignement supérieur membres de l'institut. En 2018, il s'agit de Catherine Louveau (Université Paris Sud), Éliane Viennot (IUF), Évelyne Peyre (CNRS/MNHN), Anne-Françoise Benhamou (École normale supérieure), Myriam Boussahba-Bravard (Université Paris Diderot), Michel Bozon (INED), Elizabeth Claire (CNRS/EHESS), Danielle Gondard (UPMC), Jacqueline Laufer (HEC), Hélène Marquié (Université Paris 8), Cendrine Marro, (Université Paris-Nanterre), Frédérique Matonti (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Pascale Molinier (Université Paris 13 SPC), Hélène Périvier (FNSP), Frédérique Pigeyre (UPEC) et Philippe Reigné,(CNAM).

Subventions[modifier | modifier le code]

De 2011 à 2014, le financement par la région Île-de-France du pôle « Genre-inégalités-discriminations » (GID) passe de 0,9 à presque 7,984 millions d’euros soit presque 20 % du total des crédits de recherche votés par la région. L'Institut Émilie-du-Châtelet (IEC) pilote le pôle Genre du Domaine d’intérêt majeur (DIM), au côté de l’Alliance de recherche sur les discriminations (ARDIS)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Présentation de l'IEC », sur http://www.institutemilieduchatelet.org, Institut Émilie du Châtelet (consulté le 24 avril 2018).
  2. DIM Genre, sur www.data.iledefrance.fr [1].

Lien externe[modifier | modifier le code]