Nicole Mosconi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mosconi.
Nicole Mosconi
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (77 ans)
Nom de naissance
Nicole AubineauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Distinction
Œuvres principales
  • La mixité dans l'enseignement secondaire, un faux-semblant ? (1989)

Nicole Mosconi, née le , est une philosophe et professeure de sciences de l'éducation émérite de l'université Paris-Nanterre. Spécialiste des questions de genre en éducation, elle est membre du comité de direction de l'Institut Émilie du Châtelet depuis 2006.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicole Mosconi, née Aubineau, fait ses études à l'école normale supérieure de Sèvres[1] et est agrégée de philosophie. Elle devient professeure de philosophie. Elle réalise en 1986 une thèse de doctorat, intitulée « La mixité dans l'enseignement secondaire : un faux-semblant ? » à l'université Paris-Nanterre, sous la direction de Gilles Ferry[2] et une habilitation universitaire intitulée « Savoir, rapport au savoir et différence des sexes » en 1992[3]. Elle est détachée comme assistante à l'université en 1984, nommée maîtresse de conférences en 1990 puis professeure de sciences de l'éducation en 1994[4].

Activités de recherche[modifier | modifier le code]

Nicole Mosconi participe, avec Jacky Beillerot et Claudine Blanchard-Laville, à l'animation de l'axe de recherche « Savoirs et rapport au savoir » du Centre de recherches éducation et formation (CREF, EA 1589) de Nanterre, dans une perspective socio-clinique qui associe sciences sociales et psychanalyse[5]. Un dialogue s'instaure avec l'équipe Escol (Bernard Charlot, Élisabeth Bautier et Jean-Yves Rochex), de l'université Paris 8, qui privilégie une approche davantage psychologique et sociologique[6],[7], dialogue auquel Nicole Mosconi contribue sur le plan épistémologique[8]. L'équipe de recherche de Nanterre publie trois livres sur le rapport au savoir : Savoir et rapport au savoir (1989), Pour une clinique du rapport au savoir (1996) et Formes et formation du rapport au savoir (2000).

Elle s'intéresse particulièrement aux rapports sociaux de sexe et à la façon dont ils se combinent avec d'autres facteurs, notamment sociaux, pour influencer les expériences scolaires et le rapport au savoir des élèves et des étudiants, contribuant selon cette auteure, à « “fabriquer” les différences de cursus scolaires, universitaires et professionnels »[9]. Ses recherches s'intéressent notamment à la façon dont les enseignants, « sans doute à leur insu, tendent à “positionner” différemment filles et garçons », faisant l'hypothèse que la perpétuation de « schémas de pensée qui divisent et hiérarchisent les sexes et les disciplines » a une « influence sur la manière dont les élèves constituent — ou modifient — leur “rapport au savoir” », et se traduit dans « leurs résultats scolaires comme dans leurs orientations »[10].

Activités éditoriales et responsabilités institutionnelles[modifier | modifier le code]

Elle est membre du comité de direction de l'Institut Émilie du Châtelet à sa fondation en 2006, puis siège au comité en tant qu'experte depuis sa retraite[11]. Elle a été membre du conseil d’administration de l'Association nationale des études féministes (1998-2008)[12].

Elle a été membre du comité de rédaction de la revue Recherche et formation et est actuellement membre du comité de rédaction de la revue Travail Genre et Sociétés[13]. Elle appartient au comité de lecture de la revue Carrefours de l'éducation.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La mixité dans l'enseignement secondaire, un faux-semblant ?, Paris, Puf, coll. « Pédagogie d'aujourd'hui », 1989, 281 p. (ISBN 9782130423270)
  • (dir.) Égalité des sexes en éducation et formation, Paris, Puf, 1998, coll. « Éducation et formation/Biennales de l'éducation et de la formation » (ISBN 9782130491507)[14]
  • (dir.) avec Jean-Pierre Pourtois, Plaisir, souffrance, indifférence en éducation, Paris, Puf, coll. « Éducation et formation/Biennales de l'éducation et de la formation », 2002 256 p. (ISBN 978-2-13-052609-4)
  • (dir.) avec Jacky Beillerot, Traité des sciences et des pratiques de l’éducation, Paris, Dunod, 2006 (ISBN 9782100717019).
  • Genre et éducation des filles. Des clartés de tout, L'Harmattan, coll. « Pédagogie : crises, mémoires », 2017, 210 p., préface d'Alain Vergnioux, (ISBN 978-2-343-11109-4)[15].

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Savoir et rapport au savoir, J. Beillerot, A. Bouillet, C. Blanchard-Laville, N. Mosconi, P. Obertelli (dir.), Éditions universitaires, 1989.
  • Pour une clinique du rapport au savoir, J. Beillerot, C. Blanchard-Laville, N. Mosconi (dir)., L'Harmattan, 1996
  • Formes et formation du rapport au savoir, N. Mosconi, J. Beillerot, C. Blanchard-Laville (dir), L'Harmattan, 2000
  • Autobiographie de Carl Rogers. Lectures plurielles, collectif « Savoirs et rapport au savoir », L’Harmattan, 2003

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recherche nominative, sur archicubes.ens.fr.
  2. Thèse de sciences de l'éducation, 1986 notice sur theses.fr [1].
  3. Habilitation universitaire, 1992, Université Paris-Nanterre, notice du Sudoc [2].
  4. Page institutionnelle, site de l'université Paris-Nanterre [3].
  5. Notice du Cref [4].
  6. Nicole Mosconi, « L’enseignant chercheur à Nanterre Paris X », Savoirs, no 10,‎ , p. 31-36 (lire en ligne, consulté le 24 avril 2018).
  7. Bernard Charlot, Du rapport au savoir, éléments pour une théorie, Paris, Anthropos, 1997, 112 p..
  8. Nicole Mosconi, « Pour une clinique du rapport au savoir à fondation anthropologique », in Formes et formations du rapport au savoir, p. 59-117, L’Harmattan, Paris, 2000.
  9. Nicole Mosconi, « Effets et limites de la mixité scolaire », Travail, genre et sociétés, 2004/1, no 11 [lire en ligne].
  10. Catherine Vincent, « Promouvoir une pédagogie antisexiste à l'école », Le Monde, (consulté le 23 avril 2018).
  11. Organigramme de l'IEC, consulté en ligne le 26 avril 2018 [5]
  12. Conseils d'administration de l'ANEF (1989-2012) [6].
  13. Comité de rédaction de Travail Genre et Sociétés [7], [consulté en ligne le 22 avril 2018].
  14. Michèle Guigue, « Mosconi (Nicole) (dir.). - Égalité des sexes en éducation et formation [compte-rendu] », 127, Revue française de pédagogie, (consulté le 22 avril 2018), p. 180-182.
  15. Jean Bernatchez, « Nicole Mosconi, Genre et éducation des filles. Des clartés de tout » [compte-rendu], Lecture [lire en ligne]
  16. Décret Journal officiel [8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]