Diane Lamoureux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Diane Lamoureux

Diane Lamoureux est professeure de sociologie au département de science politique de l'Université Laval au Québec. Ses recherches portent sur la philosophie politique et la sociologie politique féministe[1].

Après avoir fait une maîtrise en science politique à l'Université du Québec à Montréal, elle obtient un doctorat en sociologie à Paris[2].

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Numéro thématique "Philosopher en féministes" (s.l.d. Naïma Hamrouni & Diane Lamoureux), Recherches féministes, Volume 31, Numéro 2, 2018.
  • Les possibles du féminisme. Agir sans « nous », Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2016, 280 p.
  • Pensées rebelles: autour de Rosa Luxemburg, Hannah Arendt et Françoise Collin, Montréal, Les Éditions du Remue-Ménage, 2010.
  • « Féminisme et mouvement des femmes : entre émancipation et libération », dans Gaëtan Tremblay (dir.), L’émancipation hier et aujourd’hui, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2009 : pp. 47-61.
  • « Féminisme et démocratie libérale : un rapport paradoxal », dans Martin Breaugh et Francis Dupuis-Déri (dir.), La démocratie au-delà du libéralisme : perspectives critiques, Montréal, Athéna, 2009 : pp. 139-157.
  • Avec James Cohen, « La citoyenneté et les enjeux de la "diversité" », dans James Cohen et Martine Spensky (dir.), Citoyenneté et diversité, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2009 : pp. 9-31.
  • « Comment l’Égalité entre les femmes et les hommes est devenue une "valeur fondamentale de la société québécoise" », dans Robert Laliberté (dir.), À la rencontre d’un Québec qui bouge, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques t scientifiques, 2009 : pp. 77-90.
  • « Et si le socialisme avait à apprendre du féminisme », dans Hal Draper, Les deux âmes du socialisme, Paris, Syllepses, 2008 : pp. 171-179.
  • « Reno(r/m)mer "la" lesbienne », Genres, sexualités, sociétés, no 1[3].
  • « Masculinismo en Quebec : fenomeno global y local », La Manzana, III(6), octobre-décembre 2008[4].
  • « Démocratiser radicalement la démocratie », Nouvelles pratiques sociales, 21(1), 2008 : pp. 121-138.
  • « Les mouvements sociaux, vecteurs de l’inclusion politique », dans Stephan Gervais, Dimitrios Karmis et Diane Lamoureux (dir.), Du tricoté serré au métissé serré ?, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008 : pp. 207-226.
  • « Un terreau antiféministe », dans Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri (dir.), Le mouvement masculiniste au Québec. L’antiféminisme démasqué, Montréal, Remue-ménage, 2008.
  • « Tabler sur les mouvements sociaux et la vigilance citoyenne », en collaboration avec Lorraine Guay, dans Pierre Mouterde (dir.), L’avenir est à gauche, Montréal, Éco-société, 2008.
  • « Québec 2001 : Un tournant pour les mouvements sociaux québécois ? », dans Francis Dupuis-Déri (dir.), Québec en mouvements, Montréal, Lux, 2008.
  • « Les féminismes : histoires, acquis et nouveaux défis », Recherches féministes, 2007, 20 (2) : pp. 1-5.
  • « Le mouvement pour l’égalité politique des femmes au Québec », dans Marie-Blanche Tahon (dir.), Les femmes entre la ville et la cité, Montréal, Remue-ménage, 2007 : pp. 145-163.
  • « Les féminismes », direction du volume 2, numéro 5, 2007 de la revue Recherches féministes.
  • « Les tentatives d’instrumentalisation de la société civile par l’État », dans Francine Saillant et Éric Gagnon (dir.), Communautés et socialistes, Montréal, Liber, 2005.
  • « Le féminisme et l’altermondialisation », Recherches féministes, 17 (2), 2004.
  • « Traces lesbiennes dans le paysage urbain montréalais », dans Christine Bard (dir.), Le genre des territoires, Presses de l’Université d’Angers, 2004.
  • « Conclusion », dans Francine Saillant et Manon Boulianne (dir.), Transformations sociales, genre et santé, Paris/Québec, Harmattan/Presses de l’Université Laval, 2003.
  • « Le mythe de l’État-nation dans le nationalisme québécois depuis la révolution tranquille », dans Raphaël Canet et Jules Duchastel (dir.), La nation en débat, Montréal, Éditions Athéna, 2003.
  • « Canada et Québec », dans Didier Éribon (dir.), Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Paris, Larousse, 2003.
  • « Les politiques identitaires : apports et limites », Contre-Temps, 7, mai 2003.
  • « L’allocation universelle : un enjeu féministe ? », Actes de l’atelier La sécurité économique des femmes : les critiques féministes du discours économique dominant et les nouvelles avenues des politiques sociales, IREF, Montréal, 2003.
  • « Le paradoxe du corps chez Simone de Beauvoir », dans Christine Delphy et Sylvie Chaperon (dir.), Cinquantenaire du Deuxième sexe. Colloque international Simone de Beauvoir, Paris, Syllepses, 2002.
  • Avec Évelyne Pedneault, « Un féminisme international ? », dans Gilles Brunel et Claude-Yves Charron (dir.), La communication internationale. Mondialisation, acteurs et territoires socio-culturels, Montréal, Gaëtan Morin Éditeur, 2002.
  • « Mutations et limites de l’identitaire au Québec », Revue d’études constitutionnelles, 7(1-2), 2002 : pp. 255-271.
  • « Le dilemme entre politiques et pouvoir », Cahiers de recherche sociologique, 37, 2002.
  • L’amère patrie. Féminisme et nationalisme dans le Québec contemporain, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2001.
  • « La démocratie avec les femmes », Globe, 3(2), 2001 : pp. 23-42.
  • « La double postérité du Deuxième sexe », dans Cécile Coderre et Marie-Blanche Tahon (dir.), Le deuxième sexe. Une relecture en trois temps 1949-1971-1999, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2001.
  • « Le souci de soi comme substitut au souci du monde », dans Lucille Beaudry et Lawrence Olivier (dir.), Le politique par le détour de l’art, de l’éthique et de la philosophie, Sillery, Les Presses de l’Université du Québec, 2001.
  • Malaises identitaires. Échanges féministes autour d’un Québec incertain, (en collaboration avec Chantal Maillé et Micheline de Sève), Montréal, Éditions du remue-ménage, 1999.
  • « La posture du fils », dans Diane Lamoureux, Chantal Maillé et Micheline De Sève (dir.), Malaises identitaires. Échanges féministes autour d’un Québec incertain, Montréal, Éditions du remue-ménage, 1999.
  • Les limites de l’identité sexuelle, Montréal, Éditions du remue-ménage, 1998.
  • « La question lesbienne dans le féminisme montréalais », dans Frank Remiggi et Irène Demcuk (dir.), Sortir de l’ombre, VLB, Montréal, 1998.
  • « Le cœur à Sparte, la tête à Athènes », dans Lawrence Olivier et al. (dir.), Épistémologie de la science politique, Sillery, PUQ, 1998.
  • « Agir sans "nous" », dans Diane Lamoureux (dir.), Les limites de l’identité sexuelle, Montréal, Éditions du remue-ménage, 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mélissa Thériault, « Diane Lamoureux, Les possibles du féminisme. Agir sans « nous », Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2016, 280 p. », Recherches sociographiques, vol. 58, no 1,‎ , p. 198–199 (ISSN 0034-1282 et 1705-6225, DOI https://doi.org/10.7202/1039940ar, lire en ligne, consulté le 15 mai 2019)
  2. « Diane Lamoureux », sur www.fss.ulaval.ca (consulté le 14 avril 2019)
  3. http://gss.revues.org/index635.html
  4. http://www.estudiosmasculinidades.buap.mx/num6/masculinistas.html