Instant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la physique image illustrant la philosophie
Cet article est une ébauche concernant la physique et la philosophie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L’instant est le plus petit élément constitutif du temps.

En physique classique, un instant est un moment infinitésimal.

Dans la conception subjective de l'instant, celui-ci est un moment très bref ; par exagération, un temps relativement court, quelle que soit sa durée absolue. L'instant est parfois assimilé au présent.

Physique[modifier | modifier le code]

En physique classique, un instant est un moment infinitésimal. Un instant est une durée suffisamment courte pour qu'une grandeur comme la position ou la tension électrique ait une valeur mesurable bien déterminée, mais suffisamment longue pour qu'on puisse définir sa variation. C'est ainsi qu'on parle de vitesse, d'accélération, de pression instantanées pour désigner une valeur mesurée de ces grandeurs quand elle varient. En ce sens, c'est l'équivalent temporel du point matériel pour l'espace[1].

C'est une abstraction fondamentale qui permet l'établissement d'une loi physique par le raisonnement, la statistique et les techniques de l'analyse mathématique.

La physique moderne précise les limites de validité de la notion d'instant,

  • Le principe d'incertitude de Heisenberg énonce qu'on ne peut connaître tous les paramètres d'un phénomène à la fois et avec une précision absolue,
  • la théorie de la relativité, tirant les conséquences de la vitesse finie de la lumière, montre qu'il n'y a pas d'instants valables en tous points pour tous les observateurs,
  • la physique quantique montre que les grandeurs physiques ne sont pas infiniment sécables, ce qui ruine un des fondements des mathématiques à une échelle proche de la limite. Dans ce domaine, on doit remettre en cause la notion d'instant[2].

Le temps de Planck, de l'ordre de 1×10−43 s est la plus petite mesure temporelle ayant une signification physique dans le cadre des théories actuellement admises. On sait aujourd'hui mesurer de très courtes durées, jusqu'à la centaine d'attosecondes (1×10−16 s). C'est encore à vingt-sept ordres de grandeur de la limite.

La durée de vie des antiparticules, en général, est estimée à l'octoseconde[Informations douteuses] [?], soit 10−24 et des physiciens parlent d'une « épaisseur du présent[3] », reprenant une métaphore de Merleau-Ponty destinée à un tout autre usage[4].

Sciences de la vie[modifier | modifier le code]

La biophysique et la chimie travaillent jusqu'à la femtoseconde (10−15) et il existe, depuis Ahmed Zewail (prix Nobel 1999) une femtochimie et une spectroscopie femtoseconde.

On ne parle guère d'instant en biologie. L'approche conjointe d'un neurobiologiste et d'un philosophe se situe délibérément dans le contexte récent « d'un divorce possible du temps de la physique et du temps de la psychologie[5] ».

Philosophie et sciences humaines[modifier | modifier le code]

Platon est le premier, du moins en Occident, à avoir pris note de la difficulté : « Il y a cette étrange entité de l'instant qui se place entre le mouvement et le repos, sans être dans aucun temps, et c'est là que vient et de là que part le changement, soit du mouvement au repos, soit du repos au mouvement[6] ». À cette époque existait dans le panthéon grec un dieu, Kairos [7], maître du moment opportun (nom commun identique : un kairos). L'équivalent latin opportunitas signifie : opportunité, saisir l'occasion), du moment de la décision bonne ou mauvaise[8].

En Inde, les Jaïnistes ont divisé le temps en atomes de temps (samaya), qui correspondent « au temps nécessaire à un atome de matière pour traverser un point d'espace[9] ». Les notions voisines (abhika, khana, ksana) et même un concept d'instantanéité (ksanikavada) attestent d'une réflexion très pousssée sur le sujet dans l'Inde brahmanique[10].

Bachelard a conjugué philosophie et poésie dans sa classique Intuition de l'instant (1931) dont le titre, à lui seul, est significatif : une intuition. Il en ressort que « la durée est faite d'instants sans durée », sachant qu'il y a « totale égalité de l'instant présent et du réel[11] ». L'auteur se réfère à un ouvrage paru peu d'années avant le sien et qui, sans celui-ci, serait probablement oublié aujourd'hui : Siloë de Gaston Roupnel (1871-1946)[12]. Bachelard oppose cette conception du temps et de la durée à celle de Bergson dans son Essai sur les données immédiates de la conscience édité la même année[13]. Cette conception fait pressentir la charge affective qui devient dominante dans les littératures romanesque et poétique[14].

Plus récemment, au XXe siècle, le philosophe français André Lalande définit l'instant comme étant une « durée très courte que la conscience saisit comme un tout[15] ». Aujourd'hui, on n'est pas assuré que l'instant en lui-même possède une durée propre ; l'opinion générale serait plutôt, en ce sens, négative.

Dès lors, la notion d'instant s'est déployée entre deux acceptions en tentant de les accommoder :

  • une durée courte ou extrêmement courte ;
  • un signal extemporané (hors du temps) posé sur l'axe d'un temps supposé linéaire.

Littérature[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

« Toujours l'instant fatal viendra nous distraire »

— Raymond Queneau[16]

Dans les chroniques de l'histoire comme dans les drames du théâtre, l'instant est souvent fatal. C'est celui où l'histoire bascule dans la guerre, où le secret est inopinément révélé, où l'ordre se mue en chaos, où les amants ou les ennemis se rencontrent pour la première fois. Dans de nombreux contextes, l'« instant fatal » est une synecdoque de la mort. L'instant fatal n'a pas de durée, car son existence n'est que rétrospective.

Au théâtre, la mise en scène accentue ce genre d'instant par une suspension de l'action dite faire tableau. Les acteurs s'immobilisent une seconde, ou plus si les spectateurs applaudissent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Diu, La mathématique du physicien, Paris, Odile Jacob, , p. 26sq, 133.
  2. Lire au sujet de ces remises en cause Bernard d' Espagnat, « L'événement et la physique », Communications, no 18,‎ , p. 116-121 (lire en ligne).
  3. Leroux, B., « Liberté gravitationnelle du vide, épaisseur du présent et clivage dimensionnel »
  4. Marc Crepon et Frederic Worms, La philosophie face à la violence, Équateurs, .
  5. Pierre Buser & Claude Debru. Le temps, instant et durée. De la philosophie aux neurosciences. Odile Jacob, 2011, 320 p. ISBN 978-2-7381-2618-4.
  6. Platon. Le Parménide. Trad. E. Chambry. GF-Flammarion, Garnier-Frères, 1967. Comment Platon dit-il "instant" ? Par l'adverbe ἐξαίφνης (exaiphnès : tout à coup, subitement, tout de suite), pour la circonstance substantivé au féminin.
  7. Ch. Daremberg & E. Saglio. Dictionnaire des antiquités grecques et romaines. Librairie Hachette, 1877 ; voir p. 787. Moutsopoulos, E. et coll. Chronos et Kairos. Entretiens d'Athènes, 1986. Vrin, 1988 (Diotima, vol. 16 (1988), p. 7-134). Moutsopoulos, E. et coll. Kairos. La mise et l'enjeu. Vrin, 1991. Trédé, M. Kairos. L'à-propos et l'occasion. Éditions Klincksieck, 1992. Moutsopoulos, E. Le statut philosophique du kairos. In Couloubaritsis, L. & Wunenburger, J. J. Les figures du temps (ouvrage collectif), p. 49-56. Presses univ. Strasbourg, 1997.
  8. Jean-Louis Poirier. "Le moment opportun" (in : La sophistique ancienne) in Jean-Paul Dumont : Les Présocratiques. Bibliothèque de La Pléiade/Gallimard, 1988. ISBN 2-07-011139-3. Voir p. 1521.
  9. Caillat, C. & Renon, M.-S. : article "Jinisme (ou Jaïnisme)" in Encyclop. universalis (12), 2002. Il s'agit des philosophes Kanada (~VIIIe siècle av. J.-C.) fondateur légendaire du vaisheshika, Gosala (~VIe) réformateur de l'avijika, et Jaïna (~VIe, un peu plus ancien que Bouddha), fondateur du jaïnisme.
  10. Lilian Silburn. Instant et cause. Le discontinu dans la pensée philosophique de l'Inde [thèse]. Vrin, 1955. 2e édition : De Boccard, 1989, 440 p.
  11. Bachelard, G. L'intuition de l'instant. Stock, 1931[réf. insuffisante].
  12. ouvrage paru chez Stock en 1927 et consultable en microfiches à la Bibliothèque Nationale de France[réf. insuffisante]
  13. (PUF, 1927).
  14. Poulet, G. Études sur le temps humain. I [sans sous-titre] ; II- La distance intérieure ; III- Le point de départ ; IV- Mesure de l'instant. Librairie Plon, 1952-1964.
  15. André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, PUF, , p. 519
  16. « L'instant fatal », Raymond Queneau, L'instant fatal : précédé de Les Ziaux, Gallimard, coll. « Poésie », s.d. (1re éd. 1948), p. 170.

Sur les autres projets Wikimedia :