Infidèle (film, 2002)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film de Adrian Lyne. Pour le film de Liv Ullmann, voir Infidèle.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Infidèle.

Infidèle (Unfaithful) est un film américain d'Adrian Lyne, réalisé en 2002, traitant de l'adultère.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Connie Sumner (Diane Lane) a tout pour être heureuse : un mari aimant et qui a professionnellement réussi (Richard Gere) avec qui elle a déjà vécu 11 ans de mariage, un fils adorable et une spacieuse maison dans une banlieue cossue et tranquille de New York. Lors d'une journée venteuse à Manhattan, elle tombe et se blesse au genou. Elle est secourue par un jeune Français, Paul Martel (Olivier Martinez), marchand de livres anciens, qui la soigne dans son loft du quartier de SoHo. D'abord fidèle à son mari, elle résiste au charme masculin du séducteur. Mais entre désir et remords, elle cède finalement au désir et commet l'irréparable.

Edward prend conscience que sa femme devient distante vis-à-vis de lui. Il décide d'engager un détective privé, Frank Wilson (Dominic Chianese), qui lui confirme son infidélité. Edward décide de retrouver Paul dans son appartement où il a une explication froide avec le jeune homme. Mais en inspectant les lieux, il tombe sur une boule à neige qu'il reconnaît comme un cadeau qu'il a donné à Connie pour leur anniversaire de mariage. Lorsque Paul révèle que Connie la lui a offerte, Edward perd pied et lui fracture le crâne[1]. L'homme meurt dans une mare de sang. Edward retrouve son sang-froid et, alors qu'il efface ses empreintes, entend un message de sa femme laissé sur le répondeur de Paul, lui annonçant qu'elle met fin à leur relation car elle fait trop de mal à sa famille. Edward efface les messages, enveloppe le corps dans un tapis, le transporte dans le coffre de sa voiture et le laisse dans une décharge. La famille de Paul signale sa disparition. Deux inspecteurs de police trouvent le numéro de téléphone de Connie dans le loft puis une semaine plus tard son cadavre. Lorsqu'ils lui demandent comment elle l'a rencontré, elle prétend qu'elle l'a croisé lors d'une vente de charité, ce que corrobore son mari, à sa grande surprise. Connie comprend que son mari la protège lorsqu'elle découvre inopinément les photos du détective Frank Wilson et réalise qu'il est le meurtrier lorsqu'elle retrouve la boule de neige dans son propre domicile. Elle lui demande des explications mais celui-ci se met en colère, lui révélant que c'était elle qu'il voulait tuer, et non Paul. Dans les jours qui suivent, Connie découvre dans la boule à neige un compartiment caché contenant une photographie d'elle, Edward, et leur bébé Charlie, avec un message d'amour d'Edward, à ne pas ouvrir avant leur vingt-cinquième anniversaire de mariage. Alors que Connie brûle les photos d'elle et de Paul dans la cheminée, Edward lui annonce qu'il va se livrer à la police. Connie refuse, en disant qu'ils sont les seuls à connaître la vérité et qu'ils vont s'en sortir. Leur famille semble retrouver une vie normale. Une nuit en voiture, alors que Charlie dort sur la banquette arrière, Connie propose à Edward de disparaître au Mexique et de changer de vie. Ce dernier semble accepter. La scène finale montre leur voiture à un feu rouge près d'un poste de police, ce qui suggère qu'ils vivront toujours sous la menace que leur crime soit découvert[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Drame relationnel qui témoigne de la maturité du réalisateur Adrian Lyne. Après d'autres drames sulfureux comme Liaison fatale (1986), qui traitait plus naïvement du sujet et Proposition indécente (1993), qui parle de la réalisation de fantasmes érotiques, Lyne offre un film aux antipodes de ce que Hollywood propose naturellement. Il démontre avec beaucoup de connaissances psychologiques que l'infidélité brise un couple pour la vie et ne s'attarde pas sur les explications et les motivations des protagonistes.

Richard Gere avait déjà été la vedette d'un film "parent" en 1993, Intersection, remake des Choses de la vie de Claude Sautet (1970).

Thème[modifier | modifier le code]

Ce n'est pas la première fois que le thème de l'infidélité et de ses conséquences ravageuses sont traités a l'écran. Déjà en 1969, Claude Chabrol réalisa La Femme infidèle, dont le film est directement inspiré. Avec tact, Adrian Lyne reste dans le flou quant aux motivations de Connie de devenir infidèle. Les situations aléatoires et l'instinct féminin d'être désirée la dirigent insidieusement vers cet homme au charisme animal et lui ôtent tout jugement de ses actes. Les conséquences sont irréparables et Lyne exprime régulièrement les conflits psychologiques par des expressions physiques bien étudiées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jeanine Basinger, I Do and I Don't. A History of Marriage in the Movies, Knopf Doubleday Publishing Group, , p. 357
  2. (en) Jeanine Basinger, I Do and I Don't. A History of Marriage in the Movies, Knopf Doubleday Publishing Group, , p. 358

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]