Impact environnemental de l'eau en bouteille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bouteille d'eau en plastique

L'impact environnemental de l'eau en bouteille a lieu sur tout le long de sa chaîne (de l'extraction des matières premières jusqu'au traitement des déchets). Son impact est grandissant du fait d'une consommation qui croit d'année en année[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

La matière première utilisée pour la fabrication est le plus souvent du plastique, l'acier ou de l'aluminium (canette) ou le verre (le plus souvent des bouteilles consignées). La majorité de l'eau vendu en bouteille est détenue par quelques groupes dont Coca-Cola[2],[3],[4], Nestlé (avec sa filiale Nestlé Waters)[5], Danone[6] et PepsiCo[7],[8].

La consommation d'eau en bouteille s'est élevé à 89 milliards de litres en 2016 (en progression de 5 % cette année là)[9]. La consommation d'eau en bouteille a doublé entre 1997 et 2004[10]. Il y a eu 480 milliards de bouteilles produites dans le monde en 2016, la production n'était que 300 milliards en 2006[11]. Ce sont 20 000 unités qui sortent chaque seconde des usines de mise en bouteille[12].

En France, en 2018, c'est 135 litres d'eau en bouteille par personne qui étaient consommés soit 9,1 milliards de litres pour l'ensemble du pays[13]. Cela représente 25 millions de bouteilles quotidiennement[14].

Pourtant, 2/3 de la population française boit tous les jours l'eau du robinet et ce chiffre tend à augmenter avec le temps[15],[16]. Les Américains en consomment 26 milliards de litres, les Mexicains 18 milliards et 12 milliards pour les Brésiliens et les Chinois[17]. Les plus gros consommateurs par personne sont les Mexicains avec 250 litres d'eau en bouteille par an et par personne quand la moyenne mondiale n'est que de 50 litres[7].

Le marché européen de l'eau en bouteille représentait 12 milliards d'euros en 2018[18].

Selon l'EFBW, en 2019, les pays qui consomme le plus d'eau en bouteille en Europe sont l'Italie (200 litres/personne/an), l'Allemagne (168), le Portugal (140). À l'inverse les pays qui en consomment le moins sont la Suède (10), la Finlande (17) et le Danemark (20). Selon cette même source, l'eau en bouteille constitue près de la moitié (48 %) des boissons non-alcoolique[19].

Pollutions[modifier | modifier le code]

Sur-exploitation des nappes phréatiques[modifier | modifier le code]

Les nappes phréatiques sont parfois sur-exploitées par les entreprises d'eau en bouteille. Nestlé est par exemple accusé de prélever trop d'eau dans la source de Vittel, en Floride et au Brésil[20],[21],[22],[23].

Ressources consommées pour la mise en bouteille[modifier | modifier le code]

La fabrication des bouteilles pour les États-Unis seuls consomme 1,5 millions de baril par an (avec 159 litres par baril). La fabrication d'une bouteille de 1 litre consomme entre 0,1 et 0,33 litres de pétrole[12],[24].

La mise en œuvre d'une matière plastique utilise souvent des granulés industriels semi-finis. Une quantité importante de ces granulés plastiques se retrouve dans le milieu naturel.

De nombreux additifs toxiques (plomb, cadmium en particulier) ont été utilisés pour la fabrication de certaines matières plastiques courantes, tel que le PVC. Les bouteilles peuvent aussi contenir du bisphénol A.

Lorsque l'eau est vendue en bouteille de verre, l'utilisation de 1 kg de verre génère 0,81 kg de CO2 et ce malgré un taux de collecte du verre de 70 %[25]. Pour les canettes, l'usage d'1 kg d'acier primaire consomme 6,284 kWh et émet 2,221 kg de CO2, 1 kg d'acier recyclé requiert 3,763 kWh et cause l'émission de 0,938 kg de CO2[25]. De son côté, l'aluminium primaire consomme 43,525 kWh et émet 7,803 kg de CO2 tandis que celui de la fillière recyclée ne consomme que 2,656 kWh et émet 0,562 kg de CO2[25].

La fabrication de la bouteille représente 71 % des émissions de GES de la filière avec 30 % pour la fabrication des résines de plastique, 8 % pour l'étape de moulage et 33 % pour le nettoyage, le remplissage, l'entreposage et le packaging. Au total, une bouteille aura nécessité 0,1 litre de pétrole, 42 litres de gaz, 80 grammes de charbon et 2 litres d'eau[26],[27].

Selon l'ADEME, la consommation d'un litre d'eau en bouteille émet 400 grammes de CO2 contre 0,1 gramme par litre d'eau du robinet.

La mise en bouteille d'un litre d'eau nécessite forcement plus d'un litre d'eau prélevé du fait des pertes. En 2007, c'est 1,81 litres qui était nécéssaire contre 1,63 litres en 2011 grâce à une optimisation des processus[28].

Transport[modifier | modifier le code]

En moyenne, une bouteille d'eau réalise 300 km de l'embouteillage jusqu'à son recyclage[29],[30]. Ces déplacements nécessitent de l'énergie et causent des émissions de CO2.

Certaines eaux comme l'eau de Fiji a parcouru plus de 20 000 km au moment de sa consommation en Europe de l'Ouest, son impact environnemental est estimé 12 000 fois supérieur à celui de l'eau du robinet[31]. Autrement dit, s'hydrater pendant une journée avec de l'eau de Fiji émet autant de CO2 que de s'hydrater pendant 32 ans avec de l'eau du robinet.

Le transport de l'eau en bouteille correspond à 30 % des émissions de l'ensemble du cycle de vie de la bouteille[26].

Traitement des déchets[modifier | modifier le code]

Plage polluée au Ghana.

Le PVC, qui a longtemps dominé le marché de l'eau en bouteille et il était difficile à recycler et à incinérer (sa combustion est une source d'acide chlorhydrique, de dioxine, de furane et d'autres organochlorés écotoxiques).

Lorsque le plastique est brulé il dégage des fumées toxiques chargées de plomb, cadmiumetc.

Chaque année, plus de 10 millions de tonnes de plastiques finissent dans les mers et les océans. Les microplastiques se retrouvent dans tous les environnements aquatiques à travers le monde. Le plastique n'est que peu biodégradable, il se transforme en microplastique qui peut se faire absorber par les animaux filtreurs et les poissons et intègre ainsi la chaîne alimentaire. Le temps de dégradation dans la nature est estimé entre 100 et 1 000 ans[32]. On estime que 80 millions de tonnes flottent actuellement dans océans du globe[26].

Le plastique peut aussi tuer des animaux plus grand (albatros, tortuesetc.) en s'accumulant dans leur gésier ou estomac et ne pouvant pas être dissous par les sucs gastriques. On a dénombré 660 espèces qui avaient consommé du plastique[26].

En 2012, le taux (approximatif) de recyclage des plastiques est égal à 2 % au niveau mondial, à 25 % en Europe et à 20 % en France.

En France, le taux de recyclage des bouteille en plastique est de 58 %[33]. Au Mexique, le pays qui a le record de consommation d'eau en bouteille par personne, seules 20 % des bouteilles ont une seconde vie[12].

Selon l'ADEME, l'incinération de 1 kg de PET génère 2 229 grammes de CO2.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nestlé et le business de l'eau en bouteille », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Coca-Cola lance une gamme d'eau en bouteille en France », Le Figaro (consulté le )
  3. « Coca-Cola convoite le juteux marché européen de l’eau en bouteille », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Coca-Cola : tant d'eau pour une bouteille », Les Échos, (consulté le ).
  5. Attac Suisse, « Nestlé et le commerce de l'eau en bouteille », sur ACME (consulté le ).
  6. « Danone Eaux », sur Entreprise agroalimentaire mondiale - Danone, (consulté le ).
  7. a et b « Environnement. L’eau en bouteille, un scandale écologique et social », Courrier international, (consulté le ).
  8. « Le duel entre Coca et Pepsi passe du soda à l’eau », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « La vente d'eau en bouteille connaît une progression mondiale », sur rts.ch, (consulté le ).
  10. « Planetoscope - Statistiques : Consommation mondiale de bouteilles d'eau en plastique », sur www.planetoscope.com (consulté le )
  11. « Les chiffres démentiels de la consommation de bouteilles en plastique dans le monde », Les Échos, (consulté le ).
  12. a b et c « L'eau en bouteille est un fléau pour l'environnement », sur Radio-télévision belge de la Communauté française La Première, (consulté le )
  13. « Volume d'eau en bouteille consommé en 2018 », sur oieau.fr, (consulté le ).
  14. « Environnement : la France championne de la consommation de bouteilles en plastique », sur France Info, (consulté le ).
  15. « L’eau en bouteille ne fait pas le poids face à l'eau du robinet », sur Challenges (consulté le ).
  16. « De plus en plus de Français boivent l'eau du robinet », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  17. « Eau en bouteille ou du robinet: le match en chiffres », sur LExpress.fr, (consulté le )
  18. « Chiffres clés sur l'eau en bouteille en Europe », sur Maison des Eaux Minérales Naturelles, (consulté le ).
  19. « EFBW: Key statistics », sur efbw.org (consulté le ).
  20. « États-Unis. En Floride, les nappes phréatiques siphonnées par l’eau en bouteille », Courrier international, (consulté le ).
  21. Actu Environnement, « Surexploitation de la nappe de Vittel : le Comité de bassin mise sur une rationalisation des gisements », sur https://www.actu-environnement.com/ae/news/nappe-phreatique-vittel-gouvernance-34255.php4, (consulté le )
  22. « Nestlé accusé de surexploiter une nappe phréatique en France », sur Mr Mondialisation, (consulté le ).
  23. « Nestlé est contraint de fermer une source minérale au Brésil », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  24. « L'absurdité des bouteilles d'eau en plastique résumée en une infographie », sur France Nature Environnement, (consulté le ).
  25. a b et c « Documentation Base Carbone », sur www.bilans-ges.ademe.fr (consulté le ).
  26. a b c et d « Pollution bouteilles plastiques - Réduire sa consommation de bouteilles », sur culligan.fr (consulté le ).
  27. réAgir, « Bouteilles et films plastiques : Stop le tout plastok », sur www.agirpourlenvironnement.org (consulté le ).
  28. (en) « EFBW: Water Use Ratio », sur efbw.org (consulté le ).
  29. « Eau en bouteille ou du robinet : le match en chiffres », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  30. « L’eau c’est La Vie », Le Figaro (consulté le ).
  31. « Consommation – De l'eau des îles Fidji a voyagé 22'000 km », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne)
  32. « La durée de vie des déchets dans la nature... », sur Radio-télévision belge de la Communauté française, .
  33. « Recyclage des bouteilles plastiques : tout savoir », sur recygo.fr (consulté le ).