Rouen Baseball 76

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Huskies de Rouen)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Huskies de Rouen
Généralités
Nom complet Rouen Baseball 76
Surnoms Huskies
Fondation 1986
Couleurs Blanc, bleu et rouge
Stade Saint-Exupéry
Terrain Pierre-Rolland
Siège 37, rue Verdi
76 000 Rouen
Championnat actuel Division 1
Nationale 1
Président Xavier Rolland
Entraîneur Keino Perez
Site web http://www.rouenbaseball76.com

Uniformes

Le Rouen Baseball 76 est un club français de baseball fondé en 1986. Les Huskies évoluent en Division 1 et les matches à domicile sont disputés au Terrain Pierre-Rolland à Rouen en Haute-Normandie. L'équipe réserve joue en Nationale 1.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts des Huskies[modifier | modifier le code]

Le club fut fondé par Pierre Yves Rolland, Xavier Rolland, Marcel Brihiez et Charles Michel Do Marcolino. Ses statuts furent déposés en préfecture en mars 1986.

Dans un premier temps, les entraînements se déroulent sur l'île Lacroix derrière la patinoire. Et déjà apparaissent dans le groupe des garçons comme Marc Bourguignon, Hervé Dez, François Riembault et Laurent Destrumelle, notamment. Ils porteront plusieurs saisons le maillot rouennais. Ce maillot justement, ce sera celui des Yankees de New York, le célèbre maillot blanc à fines rayures bleues. Des maillots inaugurés lors du premier match dans l'histoire du club, un samedi après midi face à Bois-Guillaume.

Les balles tombant trop souvent dans la Seine, le club se rabat sur une sorte de terrain vague : la planète de Saint-Exupéry. Le club s'y fixe définitivement. C'est là qu'en 1987, 700 spectateurs suivent le match face à Caen. Pour la première fois, les caméras de France 3 Normandie filment un match de baseball.

1987 est marquée par l'entrée en compétition officielle des Huskies qui prennent part au championnat régional d'Île-de-France. Les Huskies disputent la finale contre la réserve des Lions de Savigny à Saint-Germain-en-Laye. Les Rouennais s'imposent sur un retrait au marbre réalisé par Daryl Lee. À la suite de cette belle saison, le club est promu en Division 2.

Les Huskies disputent deux saisons en D2 (1988 et 1989) avant d'atteindre la finale de l'épreuve. Face aux Barracudas de Montpellier à Savigny-sur-Orge, les Rouennais créent la surprise en s'imposant après avoir perdu le premier des trois matchs de cette série finale. Ce titre ouvre les portes en Division 1 aux Huskies.

Pour préparer la saison 1990, Xavier Rolland se rend au Québec pour recruter deux joueurs. Après avoir assisté à plusieurs matchs Junior Elite à Québec et Montréal, son choix se porte sur l'arrêt court / lanceur des Alouettes de Charlesbourg, François Rochette. La deuxième recrue sera le receveur Sylvain Paulhus qui signera d'ailleurs ensuite comme bull pen catcher en Major League pour les Expos de Montréal. L'équipe enregistre également l'arrivée de Luc Tardif, la vedette du Rouen hockey club. Ainsi renforcés, les Huskies disputent la finale mais s'inclinent face aux Caribous de Brévannes. Malgré ce revers, l'équipe est quand même promue parmi l'élite.

Les Huskies découvrent l'Élite[modifier | modifier le code]

Le Président Xavier Rolland retrouve le Canada afin de préparer la saison 1991, la première de l'histoire du club dans le championnat élite français. Il y recrute deux lanceurs du club de Laval. Pascal Raymond et un jeune de 22 ans, Robin Roy. Cette première saison s'achève sur une quatrième place très honorable. L'année 1991 est également marquée par le départ du président Xavier Rolland. Étudiant en journalisme à Paris, il cède son fauteuil de Président à Lionel Hamel, journaliste à France 3.

En 1992, nouvelle quatrième place en Elite. Les internationaux Serge Kaouane, receveur et surtout Arnaud Fau, champ extérieur, font désormais partie de l'effectif. Arnaud signera en professionnel au Japon par la suite. Citons également le canadien Dany Medley, excellent arrêt-court.

1993 est une année noire pour les Huskies. Départ du principal sponsor Inno et du vice-Président Gérard Couprie (François Colombier est alors Président). Les principaux dirigeants ont quitté le club. Le club n'a plus les moyens de recruter et les résultats sont catastrophiques. Dernier, le club est relégué en nationale 1 après trois années au plus haut niveau.

La traversée du désert[modifier | modifier le code]

Relégué, le club a du mal à se stabiliser en N1. L'équipe se traîne en fin de classement tandis que les joueurs ont découragés. Le club frôle l'abandon et la cessation d'activités. Le premier sursaut intervient avec un premier retour, celui de Jean René Tapia comme entraîneur. Pierre Yves Rolland occupe alors la présidence par intérim et porte le club tout seul pendant plus d'un an avec l'aide d'Arnauld Lastel, 1er emploi salarié au Club en CES. Sa première décision, aller chercher JR. L'équipe est alors dernière à mi-saison. Sous son impulsion, l'équipe va terminer en tête de la phase retour et gagner une place en play off.

1998 : arrivée de Dominic Therrien, un ancien joueur des Aigles de Trois-Rivières. Il a fait deux saisons inoubliables au club en Elite. Il n'a pas concédé un seul strike-out durant deux ans. Avant de jouer à Rouen, il évoluait dans les filières des Braves d'Atlanta en AA. VIP à vie au Rouen baseball 76. Aujourd'hui, il est agent de joueurs professionnels en Amérique du Nord.

Un premier retour qui en annonce d'autres. Jean-René Tapia et Pierre-Yves Rolland réussissent à convaincre Xavier Rolland de revenir s'occuper du club. Durant l'été, les trois hommes travaillent sur un plan de reprise. La ville, Valérie Fourneyron et le Conseiller général René Delcourt, puis Pascal Martin, sont séduits… Le club renaît… André Laflamme débarque de Trois-Rivières… Il est nommé à la tête de l'équipe une et surtout, sa tache est de relancer sportivement le club et de le structurer au niveau des jeunes. François Colombier, ancien président du club, rentre en France après avoir passé trois ans au Canada… L'équipe apprend à nouveau à gagner et à être ambitieuse. Le budget est multiplié par trois. Et les projets ne manquent pas. Le club embauche ses premiers emplois jeunes, inaugure son siège social à la Grand-Mare, occupe un court instant la tête du championnat Elite… Le premier Pôle Espoir de France ouvre ses portes grâce à l'excellent travail réalisé par Sylvain Virey.

Mais la croissance doit être canalisée. En 2000, les dirigeants prennent une décision douloureuse. L'équipe vient d'échouer en play-offs. Au cours d'un repas avec tous les joueurs de l'équipe une, le choix de descendre en Nationale 1 est pris. L'équipe, vieillissante, explose.

En 2001, l'équipe est confiée à Sylvain Virey. Il peut compter sur un groupe jeune encadré par deux joueurs d'expérience, Robin Roy et Yann Monnet. Coup dur en milieu de saison, le Québécois Joce Blais quitte précipitamment Rouen. Il vient de signer en professionnel et rejoint l'équipe des Capitales de Québec. Il est remplacé par l'américain Andy Justice qui fait son retour ! Le club est sacré champion de France de Nationale 1 (11 ans après la finale perdue face à Brévannes) en s'imposant à Compiègne face à Cherbourg à l'issue de deux belles rencontres qui verra Robin « the king » Roy être élu meilleur joueur. Le club lance aussi deux nouvelles sections au club. Le BabyBaseball dès 4 ans et le softball loisir mixte.

Retour gagnant parmi l'Élite[modifier | modifier le code]

En 2002, c'est le retour en Élite sous la direction de Patrice Plante. Cette année marque également l'ouverture du premier centre d'entraînement régional en France. Le 19 mai 2002, c'est l'inauguration historique du terrain désormais aux normes internationales.

La saison 2002 restera comme une grande année dans l'histoire du club. Outre le terrain, on retiendra la montée de l'équipe 2 en Nationale 1 et le record affiché par l'équipe Élite avec 29 victoires pour une seule défaite en championnat de France. Le club remporte également son premier grand trophée avec la première édition du Challenge de France, remporté face au PUC. Une victoire qui qualifie le club pour la Coupe d'Europe des Coupes qui se déroule à Barcelone en juin 2003. De quoi faire oublier la déception en demi-finale du championnat de France avec une élimination surprise face à Savigny 2 à 1. Savigny est sacré champion de France trois semaines plus tard.

La saison 2002 à peine achevée, Patrice Plante annonce sa décision de repartir au Québec, pour des motifs personnels. Il faut lui retrouver un remplaçant, ou plutôt trois : un entraîneur, un lanceur et un responsable du centre d’entraînement. Xavier Rolland ouvre son carnet d’adresse, active ses nombreux contacts d'Amérique du Nord. Rapidement, un nom fait l’unanimité, celui de Christian Chénard, qui accepte de relever le défi. Il arrive à Rouen en mars 2003.

Entre-temps, l’hiver a été agité. Au niveau du recrutement, un ancien revient, Paul Antoine, un nouveau arrive, Brian Deler, pensionnaire de l’INSEP. L’équipe 2 de Rouen accède au championnat de Nationale 1. Une dernière recrue rejoint les Huskies. Ayant constaté un certain manque de puissance offensive, Xavier Rolland met la main sur un des frappeurs les plus redoutés au Québec, Nicolas Matte.

Autre renfort, qui aura un rôle plus qu’important cette saison, celui de Florian Siourt, kiné du Rouen Hockey Club, et qui veut tenter une nouvelle aventure dans le baseball.

En mai, un nouvel homme fort débarque à Rouen. Il arrive de Montréal avec une belle expérience d'entraîneur. Sylvain Pruneau est embauché par le club pour travailler sur la formation.

Place alors au challenge de France, nouvelle formule, quatre matches sur quatre jours à Pessac et Saint-Aubin-de-Médoc. Après deux victoires faciles contre La Guerche (17-1) et Cherbourg (15-1), les Rouennais défont Montpellier 5-0 lors du dernier match de poule, avant de s'incliner en finale face à Savigny (4-2).

L’équipe enchaîne ensuite avec la Coupe d’Europe (la première du club), avec notamment la venue d’André Tremblay, renfort de choix pour le monticule rouennais. Sant Boi, l’équipe locale, emmenée par un joueur d’exception, Xavier Civit, s’impose 7-1. Le lendemain, victoire 13-1 face aux Croates de Varaždin puis défaite face aux Néerlandais de Haarlem. Rouen sauve l’essentiel (une place dans le groupe A) en battant 7-2 les autrichiens de Hard Bull. Les Huskies terminent finalement sixièmes après la défaite en finale pour la cinquième place face aux Allemands de Ratisbonne.

En championnat, un partage contre Montpellier assure pour la deuxième année consécutive une première place en saison régulière. Les Huskies écartent difficilement le PUC en demi-finales avant d'affronter Savigny en séries finales. Rouen s'imposent et fête son premier titre.

En 2004, le club remporte la Coupe d'Europe des Champions (groupe B). En 2005, il remporte un second championnat de France Élite. En 2006, les Huskies remportent leur deuxième Coupe d'Europe des champions (groupe B) et conservent leur titre de champion de France en battant les Tigers de Toulouse par trois victoires à deux en séries finales.

Joris Bert (Crédit photo : FFBS)

En 2007, le club dispute à Saint-Marin la Coupe d'Europe et atteint la finale après avoir battu le tenant du titre en poules puis les puissants italiens de Telemarket Rimini en demi-finales. La finale de l'épreuve se déroule le samedi 16 juin 2007 et se termine par une défaite honorable 1 à 3 face aux néerlandais de Kinheim. Rouen est la première équipe non-italienne et non-néerlandaise à atteindre la finale de la plus prestigieuse Coupe d'Europe de baseball depuis 1976.

Quelques jours plus tôt, le champ centre Joris Bert connait l'honneur d'être le premier joueur français à être repêché par une franchise de Ligue majeure de baseball (les Dodgers de Los Angeles).

Rouen conserve son titre de champion de France en août 2007. Les Huskies s'imposent en effet en finale face aux Templiers de Sénart par trois victoires à deux.

En 2008, le club dispute à Grosseto la Coupe d'Europe. Après avoir échoué en demi-finale contre les néerlandais de Kinheim, futurs vainqueurs, les Huskies terminent la compétition à la quatrième place.

Nouvelle opposition face aux Templiers de Sénart à l'occasion de la finale du championnat de France. Les Templiers semblent prendre l'ascendant sur les Huskies lors des premières parties, mais Rouen s'impose à domicile lors du match décisif.

Les Huskies retrouvent les terrains européens dès avril 2009 pour disputer un tournoi qualificatif pour la finale à quatre de la Coupe d'Europe. La compétition se tient en Italie et propose au menu des Huskies quelques ténors, tels Amsterdam, Nettuno, Tenerife, Anvers et Ratisbonne. Les deux premiers de ce groupe sont qualifiés pour la finale à quatre. Joris Bert effectue une pige sous les couleurs de Rouen à l'occasion de ce tournoi. Le 1er avril, les champions de France, les Huskies de Rouen, signent deux succès en une journée[1]. D'abord face aux champions d'Espagne, les Marlins Puerto de la Cruz (2-0), puis contre les champions des Pays-Bas, les Amsterdam Pirates (8-5 en 6 manches, match interrompu par la pluie). Il s'agit de la première victoire française en Coupe d'Europe face à un club néerlandais[2]. Le lendemain, les Huskies remportent en onze manches le match face à Anvers, champion de Belgique, mais échouent lors du dernier match pour la qualification au Final Four. Ils remportent cette année-là leur 5e titre consécutif de champion de France face à Savigny (3 victoires à 1). Les Huskies signent à cette occasion un nouveau doublé championnat/Challenge de France. Rouen remporte également le Challenge face à Savigny 7 à 5 à Montpellier.

En 2010, les Huskies vont vivre une saison en deux temps. Première partie, ratée. Irréguliers en championnat, sortis prématurément du Challenge de France, les Huskies passent au travers de leur Coupe d’Europe à Brno (République tchèque). Mais cela va provoquer une prise de conscience dans le groupe.  Robin Roy reprend l’équipe. La suite ? Un rouleau compresseur. Malgré de nombreux absents (Lefevre et Becquey sont repartis aux États-Unis par exemple), Rouen termine la saison en boulet de canon et lance des jeunes pleins de culot dans le bain (Oscar Combes fait ses débuts en Elite). Invaincu en championnat, Rouen remporte le titre face à Savigny 3 à 1 à l’issue d’une série finale particulièrement intense. Et en septembre, Rouen accueille les matchs de barrage de la Coupe d’Europe avec les Croates de Karlovac et les Allemands de Solingen. Les Huskies remportent leurs quatre matchs et se débarrassent des futurs champions d’Allemagne, les Alligators de Soligen, 4/1 et 7/2. La France restera dans le groupe A européen.

En 2011, Rouen reprend ses bonnes habitudes en remportant le Challenge de France (victoire 6/4 face à Savigny) organisé sur son terrain. A Parme, en Coupe d'Europe, en juin, Rouen termine 5me (avec une victoire 1/0 face aux Espagnols de Tenerife. Les Huskies passent tout près d’un exploit retentissant face au club local, parme (club le plus titré d’Europe) en menant 4/1, puis 4/3 jusqu’en 8me. Avant de perdre en 9me 4/5 sur un homerun... En championnat de France, Rouen se fait des frayeurs. Opposé à Montpellier, Rouen perd ses deux premiers matchs 4/3 et 8/3. Il faut réaliser un comeback improbable au retour, à domicile. Et les Huskies vont le faire. 4/2, 4/1... et finalement 4/3 dans le 5me et dernier match. Rouen décroche sa 8me couronne.

2012, la plus grande année du club ? Cette saison va ressembler à 2007. Victoire au Challenge de France sur le terrain de Sénart. Puis place à la Coupe d'Europe. Chris Mezger (RHP), Ethan Paquette (3B) et Matthew Smith (UT sont venus renforcer Rouen. Et l'équipe va frapper très fort en Coupe d'Europe à Rotterdam. Cela commence lors du match d'ouverture avec une victoire retentissante face aux champions des Pays-Bas (6/3), devant leur public. Puis Rouen enchaine les victoires (12/3 face à Barcelone, 4/2 face à Regensburg, 12/0 face à Brno). Rouen gagne son billet pour le Final 4 européen qui se déroulera en Italie, à Nettuno, près de Rome.

Mais avant, Rouen a une nouvelle finale nationale à disputer. Comme souvent, Rouen perd le premier match de la série (face à Sénart), mais hausse son niveau de jeu ensuite pour remporter les trois matchs suivants. C'est avec un titre de champion de France en poche que les Huskies débarquent à Rome pour le Final Four (sans Lefevre, parti aux USA et sans Paquette, suspendu). Le miracle n'aura pas lieu. Défaite face à Bologne (4/0) et Amsterdam (8/7).

Le club célèbre également cette saison 2012 le premier titre de champion de France en U12 (victoire face à Montigny en finale à Perpignan)

2013. La saison va revivre un duel Rouen/Sénart. Au profit des Normands. D'abord, lors du Challenge de France à Paris. En finale, Rouen est mené 7/1 avant de renverser la vapeur. Victoire 9/7. Puis retrouvailles en finale du championnat de France. Menés deux victoires à une, Rouen ne va pas trembler. Devant son public, l'équipe balaie Sénart lors des deux derniers matchs. Rouen est une nouvelle fois champion ! Rouen puissance 10 ! Et la Coupe d'Europe à Barcelone ? Privé de Bert, Piquet, Gauthier, Lefevre, Rouen fait confiance à ses jeunes (Dagneau, Gleeson...). L'équipe part en Espagne en mode commando. Et l'équipe crée un nouvel exploit en battant Kinheim (NL) 9 à 7. Mais la suite est plus difficile. Malgré un grand Ozanich sur le monticule, Rouen perd 1/0 face à Brno en 9me manche sur la seule erreur du match. Puis 2/1 face à Barcelone et 6/3 face à Rimini (après avoir mené jusqu'en 9me). Rouen devra passer par les barrages pour conserver la place de la France en groupe A. Ce sera fait à Rouen en septembre avec des victoires face à Moscou et Anvers.

En clôture de la saison, nouveau titre de champion de France U12 face à Boé Bon Encontre.

2014, l'année blanche. Rien ne marche cette saison. Rouen se fait sortir du Challenge de France par Montpellier en demi finale en extra inning. Puis par Paris en demi finale du championnat de France. Pour la première fois depuis 10 ans, Rouen n'est pas en finale. Seule embellie, la Coupe d'Europe à Amsterdam. Victoires face aux Italiens de Nettuno (3/0), face aux Allemands de Soligen 8/7 en 11 manches (face à l'ex lanceur rouennais, l'Américain Chris Mezger) ou face à Prague 11/10. Malheureusement, c'est une équipe qui n'avait plus de jus qui a affronté San Marino pour une place en finale. Défaite 8/2 face aux futurs champions d'Europe.

2015, l'heure de la revanche. Les Huskies l'annoncent, ils veulent tout gagner à nouveau. Rouen a recruté le lanceur droitier des White Sox de Chicago Jeff McKenzie, l'arrêt court vénezuelien Larry Infante et le 1er but du Texas Kevin Lusson. Les Huskies survolent la saison avec une seule défaite en saison régulière, une nouvelle victoire au Challenge de France (6/3 face à Sénart) et se présentent en grand favori en finale face à Montpellier. Pourtant, ce sont les Barracudas qui démarrent la finale par une victoire (4/0). Rouen est bousculé mais va réagir. Victoires 3/0, 6/4 et 6/4. Rouen remporte son onzième titre !

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Lanceurs[modifier | modifier le code]

  • Owen Ozanich
  • Keino Perez
  • Kender Villegas
  • Esteban Prioul
  • Yoann Vaugelade
  • Gerwuins Velazco
  • Theophile Danne

Joueurs de position[modifier | modifier le code]

  • Dylan Gleeson
  • David Gauthier
  • Gerwuins Velazco
  • Luc Piquet
  • Miguel Mendez
  • Johan Carias
  • Louis Brainville
  • Maxime Lefevre
  • Sébastien Duchossoy
  • Valentin Durier
  • Jose Paula
  • Kenji Hagiwara
  • Hugo Blondel
  • Gabriel Harrison
  • Auguste Guern
  • Luc Viger
  • Rodrigue Louvry
  • Martin Vissac

Tableau[modifier | modifier le code]

Saison Division Saison régulière Séries éliminatoires
Classement Vic. Déf.
1987 DH Île-de-France 1er
1988 Nationale 2 (D3)
1989 Nationale 2 (D3) finale : V 3-1 (Montpellier)
Champion
1990 Nationale 1 (D2) finale : D 1-2 (Brévannes)
Vice-champion
1991 Élite (D1) 4e
1992 Élite (D1) 4e
1993 Élite (D1)
1994 Nationale 1 (D2)
1995 Nationale 1 (D2)
1996 Nationale 1 (D2)
1997 Nationale 1 (D2)
1998 Nationale 1 (D2)
1999 Nationale 1 (D2)
2000 Nationale 1 (D2)
2001 Nationale 1 (D2) finale : V 2-0 (Cherbourg)
Champion
2002 Élite (D1) 1/2 f. : D 1-2 (Savigny)
2003 Élite (D1) 1/2 f. : V 2-1 (Paris UC)
finale : V 3-0 (Savigny)
Champion
2004 Élite (D1) 1/2 f. : D 0-2 (Montpellier)
2005 Élite (D1) 1/2 f. : V 2-0 (Sénart)
finale : V 3-1 (Savigny)
Champion
2006 Élite (D1) 2e 27 5 1/2 f. : V 3-0 (Savigny)
finale : V 3-2 (Toulouse)
Champion
2007 Élite (D1) 1er 20 4 1/2 f. : V 3-1 (Montpellier)
finale : V 3-2 (Sénart)
Champion
2008 Élite (D1) 2e 22 6 poules : 1er/4 ; 11-1
finale : V 3-2 (Sénart)
Champion
2009 Élite (D1) 1er 25 3 poules : 2e/4 ; 7-2
finale : V 3-1 (Savigny)
Champion
2010 Élite (D1) 3e 17 7 poules : 1er/4 ; 9-0
finale : V 3-1 (Savigny)
Champion
2011 Élite (D1) 3e 19 9 1/2 f. : V 3-1 (Savigny)
finale : V 3-2 (Montpellier)
Champion
2012 Division 1 1er 26 2 1/2 f. : V 3-0 (Savigny)
finale : V 3-1 (Sénart)
Champion
2013 Division 1 1er 24 4 1/2 f. : V 3-1 (Montpellier)
finale : V 3-2 (Sénart)
Champion
2014 Division 1 3e 20 8 1/2 f. : D 3-0 (Paris)
2015 Division 1 1er 27 1 1/2 f. : V 3-0 (Paris)
finale : V 3-1 (Montpellier)
Champion
2016 Division 1 1er 24 3 1/2 f. : V 3-0 (Toulouse)
finale : V 3-1 (Sénart)
Champion
2017 Division 1 1er 26 2 1/2 f. : V 3-0 (Montigny)
finale : V 3-2 (Sénart)
Champion

Références[modifier | modifier le code]

  1. Résultats sur le site de la Fédération européenne de baseball
  2. « Les Huskies de Rouen bousculent l’Europe », sur le site officiel des Huskies de Rouen

Liens externes[modifier | modifier le code]