Hugues d'Ivry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hugues d'Ivry
Biographie
Décès
Évêque de l’Église catholique
Dernier titre ou fonction Évêque de Bayeux
Évêque de Bayeux
1011/1015
Autres fonctions
Fonction laïque
Comte d'Ivry?

Hugues d'Ivry (Hugo[1]) est un évêque de Bayeux du début du XIe siècle.

Famille[modifier | modifier le code]

Hugues est le fils de Raoul, comte d'Ivry, et d'Éremburge. Sa sœur Emma, qui épouse Osbern de Crépon, sénéchal de Normandie, devient à la mort de son mari abbesse de Saint-Amand de Rouen. Son demi-frère est Jean, évêque d'Avranches puis archevêque de Rouen[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Façade occidentale de la cathédrale de Bayeux

Il accède au plus tard à l'évêché de Bayeux en 1015. Il reconstitue le temporel de la cathédrale et procède à la translation des reliques de saint Raven et saint Rasyphe[1].

Il tient, selon Orderic Vital, le château d'Ivry contre les ducs de Normandie. Guillaume de Jumièges rapporte sa révolte contre Robert le Magnifique. Tenu à l'écart du conseil du roi, il arme Ivry et part en France renforcer la garnison. Robert en profite pour assiéger le château, qui semble rester dans le domaine ducal jusqu'à la fin du règne de Guillaume le Conquérant. Longtemps en exil, il rentre en grâce en novembre 1032 et souscrit à cette occasion l'acte de fondation de l'abbaye de Cerisy[3].

À la suite d'un incendie, Hugues décide la reconstruction de la cathédrale[4]. Elle est terminée par son successeur Odon de Conteville. Les dates extrêmes de sa construction sont selon Jean Vallery-Radot comprises entre 1040 et 1080[4]. Orderic Vital donne le crédit entier de sa construction à Odon de Conteville, mais il est contredit par Robert de Torigny[4].

Il meurt en 1049, au retour de son voyage au concile de Reims tenu par le pape Léon IX. Il est inhumé dans la cathédrale, contre le mur du côté nord, dans un tombeau de marbre[5].

Héritier de Raoul[modifier | modifier le code]

À la mort de son père après 1015, l'essentiel des biens de son père lui revient, y compris le château d'Ivry. Il a peut-être hérité du titre comtal de son père, même s'il n'apparaît jamais dans les textes avec, tout comme pour son cousin l'archevêque Robert le Danois pour Évreux[3]. Il est implanté dans quatre secteurs: la forêt de Vièvre en Lieuvin, les domaines de Raoul en Hiémois, le patrimoine situé au nord de la Seine et des possessions en Évrecin[6]. Les biens en pays cauchoix étaient concentrés sur le littoral du Petit-Caux et à Vieux-Rouen-sur-Bresle. Il aurait selon David Bates reçu de son père des domaines autour de Breteuil[7].

Il cède à Raoul Taisson les coutumes épiscopales de douze églises situées en Hiémois avant 1047-1049, période à laquelle Raoul les cède à l'abbaye de Fontenay. Il cède vers 1042-1049 à l'abbaye Saint-Amand de Rouen, dont sa sœur Emma est abbesse, Boos et ses dépendances, Bouquelon et Celloville puis vers 1020-1030, à la demande de son chevalier Raoul, la terre de Rouvray et son église à l'abbaye de Jumièges. Il exempt à cette occasion les moines de tonlieu sur l'étendue de la rivière comprise entre l'entrée de la vallée et Fontaine-sous-Jouy[7]. Il cède l'église de Saint-Aquilin-de-Pacy à l'abbaye Saint-Ouen de Rouen[8]. Il échange en 1034 avec l'abbaye de Fécamp la terre d'Argences contre cent hôtes, vingt hommes libres et les églises de Biville-sur-Mer, Brunville et Penly[7].

Descendance[modifier | modifier le code]

Il a eu deux enfants connus:

  • Roger († ap. 1037/1055), peut-être Roger de Mortemer[9] ;
  • Aubrée, mariée à Robert d'Ivry puis Albert de Cravent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre Bouet et François Neveux, Les évêques normands du XIe siècle : Colloque de Cerisy-la-Salle (30 septembre - 3 octobre 1993), Caen, Presses universitaires de Caen, , 330 p. (ISBN 2-84133-021-4), « Les évêques normands de 985 à 1150 », p. 19-35
  2. Richard Allen, « ‘A proud and headstrong man’: John of Ivry, bishop of Avranches and archbishop of Rouen, 1060–79 », Historical Research, vol. 83, no 220 (mai 2010), p. 189-227.
  3. a et b Bauduin 2006, p. 210-211.
  4. a, b et c F. Desoulières, Au début de l'art roman: les églises de l'onzième siècle en France, Les Éditions d'Art et d'Histoire, Paris, 1943, p. 81-82.
  5. M. Hermant, Histoire du diocèse de Bayeux, première partie contenant l'histoire des évêques, Chez Pierre F. Doublet, Caen, 1705, p. 126-129.
  6. Bauduin 2006, p. 201.
  7. a, b et c Bauduin 2006, p. 204-207.
  8. Bauduin 2006, p. 189.
  9. « Comtes de Bayeux », sur Charles Cawley's Medieval Lands

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bauduin (préf. Régine Le Jan), La première Normandie (Xe-XIe siècle) : Sur les frontières de la haute Normandie: identité et construction d'une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Bibliothèque du pôle universitaire normand », (1re éd. 2004), 481 p. (ISBN 978-2-84133-299-1)